AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Belomen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: [BG] Belomen   Mar 4 Aoû - 2:16

Une odeur de pain grillé, familière et agréable, vint chatouiller aux premières lueurs du jour l'odorat d'un jeune chaton, recroquevillé sur lui même. Boule de fourrure blanche d'où se devinaient des membres fins, fragiles, il s'était durant le règne de Morphée créé un véritable nid au milieu des draps, refuge de tissus, protection bien vaine contre le jour inéluctable. Les yeux toujours clos, avec un petit miaulement comme unique signe de sa lutte contre les derniers vestiges de la nuit passée, le jeune ecaflip s'étira doucement, dévoilant aux premiers rayons du soleil une autre boule de poils, d'un blanc tout aussi pur. Les brumes du sommeil encore dans le regard, un peu gauche et pataud, le jeune félin secoua doucement sa petite sœur qui avait passé la nuit blottie contre lui.

- Elyonha..., il bailla à nouveau, faisant apparaître de jeunes crocs peu acérés, allez... Elyonha... lève toi... il est déjà taaard...

Et il la secoua de nouveau, lui même peu convaincu de l'impérieuse nécessité de se lever, restant presque prostré à moitié en dehors du grand lit. Ses yeux clignaient seuls, ne semblant pas se résoudre non plus à s'ouvrir tout à fait.

- Tu vas encore être le dernier en bas grand frère !

Tandis que sa tête, se décidant à prendre la relève d'une voix par trop endormie, acquiesçait silencieusement, sa patte droite, tâtonnant, cherchait du bout des doigts un haut de lin noir sur la commode proche. Il en trouva enfin un, celui qu'il avait porté la veille... peu importe, et l'enfila maladroitement, ne parvenant pas à réprimer une grimace tandis que le tissu entrait en contact avec ses fines moustaches. Le jeune ecaflip entendait en bas les voix de sa mère et de sa sœur, déjà lancées toutes les deux dans une discussion des plus animées... son père ne devait pas être là. Traînant les pattes comme un sram que l'on amène à la potence, il descendit une à une les marches le menant à la salle commune, s'arrêtant au milieu de l'escalier pour porter un œil finalement peu intéressé sur la scène en contrebas.

- Ne cherche pas ton père, sa mère s'était tournée vers lui avec ce sourire tellement familier sur le visage qu'il ne pu s'empêcher machinalement de lui rendre, … il est parti faire graver un jeu de brelan en bois pour apprendre les rudiments du jeu à ta sœur...

Nouveau bâillement, profitant de l'excitation compréhensible d'Elyonha il lui déroba une tartine recouverte de gelée à la fraise déjà toute prête, s'en mettant, au passage, plein les moustaches.

- Chest bourchquoi déchà tout cha ?

Sa mère se retourna vers lui avec un air contrarié, bien vite balayé d'ailleurs par la vision de son fils au pelage recouvert de gelée collante. D'un petit rire habitué, et trempant une serviette proche dans le broc d'eau au milieu de la table, elle vint lui nettoyer les contours des lèvres.

- On ne parle pas la bouche pleine lorsqu'on est un ecaflip bien élevé par une mère fantastique et...

- … un papa absent !, la coupa Elyonha, faisant rire les trois ecaflips.

Hochant doucement la tête avec un petit sourire éloquent elle découpa deux nouvelles tranches de pain qu'elle déposa dans un panier sur sa droite.


- Disons les enfants que votre père est surtout mauvais joueur dans cette affaire... nous avons parié ce matin aux dés qui irait en courses en Amakna... et comme à l'habitude mon cher époux a tout fait pour perdre et me laisser la victoire...

Dans sa voix perçait une pointe d'ironie qui n'échappa pas à ses enfants, son fils se renfrogna tandis que sa fille arborait désormais un sourire immense.

- Tu vois ?, elle se tournait, triomphante, vers son grand frère, un jour moi aussi je battrais ! N'est ce pas maman ?

Pour toute réponse elle eut un petit rire avant de farfouiller d'une pattes pour chacun, dans les cheveux de ses enfants.

- Disons mes chatons que dans la famille Carls les hommes ont toujours beaucoup de mal à résister à la gente féminine..., son regard pétillait à ces mots, la rendant plus belle encore.

Quelqu'un toussa volontairement dans le dos de la petite troupe, à l'entrée de la chaumière, élancé et souriant, un ecaflip d'une trentaine d'années, un sac jeté sur l'épaule, regardait en souriant d'un air faussement contrit sa femme et ses enfants.


- Tiens donc..., il se tourna vers son fils, ne t'en fais pas bonhomme... la gente féminine saura peut-être un jour faire la différence entre la courtoisie, la galanterie des Carls... et un quelconque handicap...

Posant sur la table un sac que couva aussitôt Elyonha du regard, le mari revenu parmi les siens prit son épouse par la taille avant de faire mine de la mordre dans le cou.

- N'allez pas enfoncer de drôles d'idées dans la tête de nos enfants mademoiselle Dante...

Dante, car tel était son nom effectivement, eut un joli rire, joyeux et sincère. Basculant légèrement la tête elle plongea son regard dans celui de son mari.

- Tiens donc Messire mon mari... Auriez vous par hasard à redire à mes propos... ?

Un simulacre de grognement.

- Bien des choses oui, son regard parlait pour lui, et bien d'autres encore dont je vous parlerais..., il regarda l'étage avec un sourire, … plus tard.

Le jeune félin, silencieux depuis quelques instants, toucha à plusieurs reprises le sac au contenu presque inconnu.

- Ce sont les cartes pour Elyonha ?

Pendant les effusions parentales il s'était chargé de finir son petit déjeuner, remplaçant les traces récurrentes de gelée par des nouvelles moustaches en lailait. Son père marqua un silence étrange, une ombre sur le visage que remarqua sans la signaler Dante.

- Oui c'est bien ça, il soupesa le sac, toujours aussi pensif, … d'ailleurs...

Cette fois son épouse l'interrogea.

- … d'ailleurs ?

L'ecaflip adulte eut un petit rire sonnant un peu faux.

- Pas grand chose en fait, il secoua la tête, vraiment pas grand chose mais...

Nouveau silence, Dante insista, un brin d'agacement dans la voix.

- … Mais ?

Son mari eut une moue désolée.

- C'est la première fois que le marchand itinérant du château refuse de me faire crédit... c'est bête sans doute mais... sur le moment..., ses yeux croisèrent ceux de sa femme et nul ne su ce que ce regard avait bien pu faire passer comme message entre eux mais le silence s'installa, brisant en un instant la bonne humeur du jour, … ce n'est pas comme si je l'avais déjà fait patienter plus d'une semaine pour lui rembourser mon du...

Le jeune ecaflip, posant ses coudes sur la table, releva vers son père une figure où l'incompréhension se partageait le premier rôle avec une certaine inquiétude, ou une inquiétude certaine.

- Il y a un souci père ?

Le regard las que posa sur lui l'autorité paternelle de la maison des Carls n'eut rien de rassurant, malgré son jeune âge l'enfant comprit que quelque chose, définitivement, n'allait pas. Face à lui son père eut un soupir et se passa une main sur le visage, effaçant par ce seul geste sa mine soucieuse pour mettre à nouveau un sourire sur ses traits encore légèrement tendus.

- Votre mère vous l'a dit tout à l'heure... Je suis mauvais perdant voilà tout !, il tira la langue et arbora soudainement un air malicieux, ce qui ne veut pas dire que j'accepte cette énième défaite sans ambition de victoire prochaine !

Coinçant la tête de son fils sous son bras il frotta vigoureusement les oreilles jusqu'à obtenir un miaulement grinçant en guise de grognement.

- Huhu, il le lâcha enfin, tu sais fils... perdre est une chose qui t'arrivera régulièrement... comme à nous tous, ta mère mise à part peut-être, mais la chance est une maîtresse capricieuse...

Au mot de maîtresse il prit un très léger coup de pétrisseur sur la tête par Dante qui passait derrière lui.

- Outch !, exagérant visiblement l'importance du coup il se prit la tête dans les mains, son regard seul étant encore visible entre ses doigts croisés, … aussi fiston retiens bien ça... à chaque défaite double ta mise... encore et toujours... c'est la seule façon de gagner...

Était-il sérieux ou n'était-ce encore qu'une autre plaisanterie, une autre phase sans sens lancée dans le vide ? Le jeune eca, encore un chaton, regarda son père fixement, retenant dans un coin de son esprit chacun de ses mots, chacune de ses expressions. Le hasard n'a en ce monde qu'une place des plus limitées, tous ces événements qu'il ne comprenait pas aujourd'hui auraient un sens demain, cela... il le savait parfaitement. Laisser le temps au temps et profiter un peu plus des tartines restantes avant que sa sœur ne s'en charge... tel était déjà son beau programme. Il tendit la main.

- MAMAN ! BELO M'A EN-CO-RE PIQUE UNE TARTINE !

Quelques jours plus tard le jeune Belomen allait fêter son onzième printemps sur la terre des Douze.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
 
[BG] Belomen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Le Bosquet De Saoriandra-
Sauter vers: