AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Lun 7 Sep - 23:18

- Aaah enfin de retour ! La nuit a été longue !

Séraphin Klakzog, capitaine du Fendoir des Mers, et surtout pêcheur depuis son plus jeune âge, assécha sa dix-septième et dernière flasque de Glouto Rhum. Il avait passé la nuit à braver la tempête en pleine mer, ses filets menaçant de se déchirer à chaque mouvement du bateau, ce qui en soi avait relevé de la menace perpétuelle, tant la houle avait été forte cette nuit-là. Mais l’aube avait apporté l’accalmie, et le navire approchait du port de Madrestam, le ventre plein de victuailles que les océans avaient daigné offrir aux Amaknéens. Le soleil pointait à peine le bout de ses premiers rayons, et les quais, qui allaient grouiller de leur vie habituelle dans quelques heures, étaient encore déserts. Klakzog était habitué à cette vue et ne prêtait plus attention aux rues vides, se contentant d’inspecter le fond de chacune de ses bouteilles de Glouto Rhum – tout aussi vides – afin de s’assurer qu’il n’en restait pas une goutte. Puis le pêcheur s’attelait à la lourde tâche que représente l’estimation de son butin ; combien de pods de greu-vettes allait-il pouvoir vendre avant la fin de la matinée ? Et surtout, combien de Kamas cela allait-il lui rapporter ? Et ce magnifique requin marteau-faucille qui s’était pris dans ses filets, allait-il en tirer un bon prix ?

Absorbé par ses calculs d’apothicaire, l’Enutrof ne remarqua pas la silhouette qui se dessinait sur le quai, adossée à un tonneau, face à la mer.

Atharaxya avait passé la nuit à arpenter Madrestam de long en large, sans même essayer de trouver le sommeil. Elle savait pertinemment qu’elle ne le trouverait pas cette nuit-là, son esprit était bien trop tourmenté. Elle avait alors marché, tournant et retournant le problème dans tous les sens, sans trouver davantage de réponses à ses interrogations. Elle avait fini par s’asseoir au bord d’un quai, ses pieds ballant à quelques centimètres au-dessus de l’eau, pour contempler le lever du soleil. Ce spectacle l’avait toujours fascinée, et si la plupart des gens n’y prêtaient guère attention, elle en savourait chaque instant, tous ses sens en éveil. Une légère brise venue du large caressait les berges, repoussant en arrière les mèches de cheveux cachant le visage de la jeune femme. Son regard semblait perdu dans la contemplation des couleurs dont le ciel s’emplissait peu à peu. Du rouge sang au rose pâle, en passant par toutes les déclinaisons de l’orange, le soleil reprenait ses droits, effaçant, du moins pour quelques heures, les ténèbres de la nuit.

Cela faisait plusieurs jours qu’Atharaxya avait renoué les liens avec Englael et les siens, et elle passait de plus en plus de temps avec l’Ordre des Chevaliers de Mystra, même si elle savait rester discrète et ne pas s’imposer dans les conversations. Elle avait également fait la connaissance de Belomen, le félin joueur de cartes mais néanmoins philosophe. Bien que leurs entrevues aient été rares, quelque chose d’étrange s’était produit, et, même si elle tâchait de ne rien laisser transparaître, elle devait bien avouer qu’elle l’appréciait. Sous ses airs charmeurs, il avait quelque chose d’irrésistiblement attirant… Sans oublier que Sheza et Daisi portaient elles aussi le blason noir et blanc… Tous ceux qu’elle aimait – ou presque tous – avaient juré fidélité et allégeance à Mystra. Tandis qu’elle n’avait intégré aucune Guilde depuis son départ du Clan du Soleil. « Mieux vaut être seul que mal accompagné » disaient certains… Sauf qu’elle ne supportait plus la solitude, et avait plus que jamais besoin d’être entourée.


Allez… Qu’est-ce que je risque, après tout?

La jeune femme se redressa, farfouilla dans son sac et en sortit une plume, un parchemin et un flacon de sang de Scorbute. Avant qu’il n’ait le temps de se rendre compte de quoi que ce soit, Tuin, qui était à côté de sa maîtresse et respirait à pleins poumons l’air marin, se retrouva sur le dos, calé entre les jambes de cette dernière. Elle posa le parchemin sur la carapace de l’innocent chélonien et commença à griffonner dessus :

Ô nobles Chevaliers de Mystra,

Certains d’entre vous me connaissent, d’autres pas. Il serait donc bon que je me présente. Je suis Atharaxya, fille d’Elfythalia et Endylius, et par extension, sœur cadette – bien qu’adoptive – d’Englael. Certains d’entre vous m’ont probablement déjà croisée dans l’antre du Crocabulia, ou simplement à la taverne de l’Ordre. Cela fait quelques temps que j’erre dans le monde des Douze sans arborer le moindre blason, sans nécessairement chercher à résoudre ce « problème ». Cependant,


Atharaxya marqua une pause et leva les yeux de sa missive. Elle la relut rapidement et une moue dépitée se dessina sur ses lèvres. Elle n’avait jamais été particulièrement douée pour l’écriture, et notamment les candidatures. Cette ébauche en était une preuve supplémentaire. La jeune femme soupira et balaya du regard l’environnement qui l’entourait, et qu’elle avait presque oublié depuis quelques minutes. Le ciel avait enfin pris son habituelle couleur bleue, et les premiers passants se pressaient en direction de la halle aux poissons. Puis elle se perdit à nouveau dans la contemplation de l’horizon. Puis son esprit s’emplit à nouveau d’une myriade de questions. Avait-elle vraiment sa place dans l’Ordre ? Pourquoi l’accepteraient-ils ? S’y sentirait-elle vraiment bien ? Peut-être vaudrait-il mieux ne pas trop se faire d’illusions…

Mmmh… Je ferais mieux d’aller directement discuter avec eux… pensa-t-elle. Ou plutôt avec lui…

Elle libéra Tuin de son emprise et le reposa sur le sol, à côté d’elle. La petite créature semblait surprise que sa « torture » n’ait duré que si peu de temps, et leva ses grands yeux brillants vers la jeune femme. Cette dernière fourra le parchemin, la plume et le flacon dans son sac et se leva. Après s’être étirée et respiré à plein poumons l’air du large une dernière fois, elle se dirigea d’un pas assuré vers la taverne de l’Ordre. Elle poussa doucement la porte et constata que, une fois de plus, les lieux étaient déserts. Elle raviva le feu dans la cheminée, s’assit à même le sol et contempla le ballet des flammes naissantes, serrant contre elle une peluche de dopeul Ecaflip.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Jeu 10 Sep - 23:37

La peur de l'ombre, la peur du vide, le gouffre insondable qu'était cette crainte incontrôlable d'être seul, d'être confronté à la plus silencieuse des solitudes... chaque être, un jour, la traverse et se fait posséder par elle. Vais-je mourir seul ? Qui se souviendra de moi ? Ma vie aura t-elle compté ? A l'approche de la fin, quand, voyant s'écouler en un temps accéléré les dernières bribes de son existence, un homme voit ses questions devenir plus présentes, oppressantes, comme autant d'interrogations auxquelles la faucheuse, à son heure, viendra mettre un terme. Y répondre devient pour chacun une course vaine, animée par le désespoir d'une existence déjà déchue, motivée par l'espoir d'une subsistance de son propre souvenir.

Des jours, des semaines... des mois pour tout dire, presque un an... depuis son retour de l'ailleurs une première fois, depuis surtout la disparition de Khaalya, le sablier autrefois arrêté s'était remis à couler, égrenant lentement, avec une infinie et démoralisante lenteur, les minutes jusqu'à la fin du pacte. La certitude de la fin imminente n'avait pas eu sur Belomen un effet des plus visibles, un regard triste parfois, vite chassé, un air un peu plus rêveur peut-être... Lui qui avait toujours été si proche des gens, en, peut-être, une quête perpétuelle de reconnaissance, s'écartait de façon difficilement tangible mais réelle de ses compagnons de toujours. Certains avaient disparu, d'autres étaient partis, le temps, pourtant si éphémère et prompte à s'enfuir, était aux rencontres et nouvelles amitiés.


- Tout pourtant doit continuer comme si rien n'allait arriver..., il jeta une pièce en l'air et, la réceptionnant, la retourna sur son avant bras, .. face... encore...

Il eut une petite moue désabusée et leva les yeux au ciel.

- La onzième fois consécutive... décidément... Il y a des jours où le hasard est proche de la certitude..., il eut un petit rire et rangea la pièce.

Ses derniers temps ses repaires venaient à manquer et, comme un ultime refuge, il avait ressorti sa vieille tenue de classe, chapeau Leufère bien vissé sur la tête, cape portant le trèfle battant au vent. Une façon comme une autre de se retrouver soit même quand les certitudes viennent à manquer, même Draculito, sa chauffe souris, avait été remplacée par un adorable chacha blanc qui errait dans la taverne de l'Ordre, seul. Le petit chaton et l'ecaflip étaient devenus inséparables, partenaires perdus dans une partie sans règle, vagabonds d'un monde déjà trop parcouru et, au félin à la fourrure aussi blanche que la sienne, Belomen avait offert un nom : Gatoblanco. C'était certes un peu long, un peu inhabituel aussi, mais...


- Avoir un nom Gato... c'est savoir qui on est... c'est pouvoir se raccrocher à ce seul mot comme à une vérité...

L'ecaflip avait toujours été une sorte de solitaire dans ses ballades nocturnes, préférant à l'effet de meute, le plaisir d'arpenter seul les terres de Amakna. Ces derniers mois, et avec la disparition de sa femme, ces tendances s'étaient accentuées autant que son impression de solitude. Et, si les jeunes chevaliers avaient tendance à le considérer comme un indécrottable fainéant, la vérité était que l'ecaflip dormait de moins en moins, attiré presque maladivement par l'obscurité une fois la nuit venue. Même Below, autrefois regard omniprésent et accusateur, s'était fait moins présent, comme pour respecter par son absence la proche fin du pacte.

Un rayon de lune vint s'abattre, flèche argentée, sur l'alliance encore portée par l'ecaflip, cette dernière, avec le temps, avait perdu de son éclat, celui-ci devenant difficile, presque impossible, à discerner, même dans l'ombre. Oui... le temps était proche, très proche même.


- …


Ramassant un caillou, morceau de pavé arraché au sol de Madrestam par le temps, Belomen le jeta dans la saumâtre lagune du port, prenant plaisir à le voir rebondir quelques fois en d'élégants ricochets.

- Oui... et pourtant quel dommage...

Quel dommage qu'alors que se profilait à nouveau une existence nouvelle, riche en nouvelles personnes, en potentiels nouveaux amis... quel dommage que le temps soit ainsi immuable dans sa course, imperturbable et insensible aux suppliques les plus véhémentes. Ces derniers temps, malgré son côté baroudeur qui ne faisait que s'amplifier, Belomen avait quelques rencontres pour le moins particulières. C'était tout d'abord Englael, eniripsa étrange à l'air hanté par quelques mauvais souvenirs... ou le remord peut-être, l'ecaflip n'avait jamais su différencier les deux sur le visage d'autrui. Puis était venue Sheza, la jeune osamoda avait bouleversé quelques sales habitudes de Belo, l'amenant naturellement à se confier en une après midi qui, encore, arrachait sans peine le plus sincère des sourires au félin. Certaines choses ne se racontent pas... certaines rencontres non plus, et le souvenir seul suffit à les faire vivre. L'amitié est faite de ça.

Une douleur, intense, au creux de son corps. Le souffle coupé, la main sur la poitrine, suffoquant presque, Belomen mit un genou à terre, toussant. Un mince filet de sueur coulant le long de son dos. Un avertissement, simple alerte... cette douleur n'était qu'illusion... rien qu'une fichue illusion... Il se releva, presque étonné de ne pas voir sa paume recouverte de sang. Même son corps le lui rappelait désormais, le temps était proche. Brisé par la crise, las de ces certitudes dont il ne voulait pas, Belo s'enroula un peu plus dans sa cape pour calmer les frissons de son corps et, le regard terne, traversa lentement Madrestam, souhaitant au plus vite retrouver ses quartiers à la taverne. Parfois son bras, se soulevant difficilement, semblait chasser un fantôme quelconque traversant sa vision, jusqu'à finir par se poser sur la porte de la demeure de l'Ordre. L'ecaflip marqua une petite pause, fermant les yeux, cherchant à retrouver ses esprits.


- Les crises sont de plus en plus violentes..., il avait un regard quelque peu affolé, … je n'aurais jamais cru que j'en souffrirais autant...

Étrange chaleur, à même le seuil, le foyer de l'Ordre avait été réanimé dans l'âtre de la cheminée de la taverne, d'un regard à la vue troublée par la fatigue et les restes de la douleur passée, Belomen balaya la pièce jusqu'à poser son regard sur une jeune personne endormie non loin du feu crépitant.

- Qui... ?

Il s'arrêta, le souffle à nouveau court, et se passa la main sur le visage pour chasser le voile qui recouvrait ses sens et sa conscience blessée. Presque titubant, sa patte droite s'aidant du comptoir de bois pour assurer sa marche, il avança de quelques pas encore, perçant la brume de son regard en clignant des yeux, dents serrées.

- Mais c'est, il s'était arrêté, les yeux quelque peu écarquillés, … Atharaxya...

Elle serrait contre elle la peluche que l'ecaflip lui avait offerte lors de leur deuxième rencontre dans les profondeurs de l'antre du Crocabulia. A cette seule vision Belomen eut un petit pincement au cœur, encore un moment des plus particuliers... encore une personne qu'il n'aurait sans doute pas le temps de connaître. Se laissant presque tomber contre le coin proche du comptoir, reposant son dos contre le bois rassurant, il prit place pour la regarder dormir, ses jambes refusant de toutes façons très clairement de le mener jusqu'à l'étage. Et croisa son regard. Écho obsédant et torturé du sien, miroir modifié d'une même réalité. Atharaxya et lui avaient eu l'occasion, brève, de faire connaissance, ou plutôt de s'apprivoiser l'un l'autre pour briser des barrières hâtivement dressées... mais cette expérience ne s'était pas renouvelée, et... elle était bien la dernière personne que l'ecaflip s'attendait à trouver en ce lieu. La surprise peinait à passer, brisant le salut que sa voix portait à ses lèvres. Son regard allant de la peluche aux yeux inquisiteurs de la sacrieuse silencieuse en une question muette : Que fais tu ici ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Ven 11 Sep - 18:14

Atharaxya n’avait pas quitté sa place de toute la journée. Quelques Chevaliers étaient passés dans la taverne, traversant la pièce parfois sans même la voir, d’autres avaient échangé quelques mots avec elle, par pure courtoisie, sans réellement s’intéresser à la raison de sa venue. Mais celui qu’elle attendait ne s’était pas montré. Ou du moins ne l’avait-elle pas vu ; après tout, leur rencontre remontait à quelques temps, peut-être l’image de l’Ecaflip avait-elle été effacée de son esprit, ou simplement déformée ? N’avait-elle pas vu passer un Ecaflip brun dans l’après-midi ? Ou peut-être était-il blanc, avec un pantalon rouge. Ou alors…

La jeune femme se leva, un peu trop rapidement, et commença à faire les cent pas dans la pièce, ne prêtant guère attention aux vertiges qui l’assaillaient. Quelque chose avait dû lui échapper, mais quoi ? Elle avait pourtant tâché de rester éveillée et faire attention à toutes les personnes qui allaient et venaient dans la taverne. Elle se dirigea vers la fenêtre et passa la main sur la vitre pour en ôter la poussière. La journée touchait à sa fin ; les ombres sur les quais s’allongeait et le port était baigné dans la lumière rougeoyante du crépuscule. Ca et là, des chachas erraient entre les tonneaux et les caisses de bois, en quête d’une quelconque pitance.


Il ne viendra plus…
pensa-t-elle.

En y repensant, elle n’avait pas croisé ni même aperçu Belomen depuis leur entrevue dans l’antre du Crocabulia. Mais peut-être que cette rencontre n’avait jamais eu lieu, peut-être tout cela était-il le fruit de son esprit tourmenté ? Peut-être existait-il vraiment, mais s’était absenté pour une raison bien précise ; tant d’aventuriers partaient vers le nouveau continent ces derniers temps… Ou peut-être même s’était-elle trompée de porte ? Après tout, elle n’avait vu ni Englael, ni Sheza, ni Daisi, ni quelconque personne dont elle aurait pu certifier qu’il était Chevalier de Mystra. Balayant la pièce du regard, elle aperçut un blason noir et blanc, accroché au-dessus de la cheminée. Aucun doute, c’était bien le symbole de l’Ordre. La jeune femme soupira, tant de soulagement que de lassitude, et retourna s’asseoir devant le feu. Elle observa les flammes pendant quelques minutes puis fut à nouveau prise de vertiges. Le sang lui battait les tempes, et l’environnement oscillait autour d’elle. Elle ferma les yeux, essayant en vain de calmer son esprit et son corps. Combien de temps était-elle restée là à attendre ? Depuis combien de temps n’avait-elle pas dormi ? Quand avait-elle vu la lumière du jour pour la dernière fois ? Et quelle folie l’avait prise de venir ici ? Elle avait l’impression de tomber dans le vide, s’attendant à tout moment à s’écraser sur le sol, ou sur quelconque autre surface. Sentant comme un étau se resserrer autour de sa gorge, elle plongea une main dans son sac et en sortit la première lame qui tomba sous ses tâtonnements. Les yeux fermés à s’en fendre les paupières et la tête sur le point d’éclater, elle passa d’un coup sec la dague sur son avant-bras. La sensation tiède et familière du sang coulant sur sa peau ne se fit pas attendre, la délivrance était proche. Quelques instants plus tard, les bourdonnement cessèrent, l’air se fit moins rare et le calme – relatif – reprit peu à peu sa place dans l’esprit de la Sacrieuse. Elle se risqua à ouvrir les yeux. La pièce avait enfin retrouvé sa stabilité d’origine, et Tuin observait sa maîtresse avec comme un soupçon d’inquiétude dans le regard.

- T’inquiète pas Tuin, ça va, chuchota-t-elle, bien incapable de retrouver sa voix. C’est juste que… J’avais trop de sang... C’est ça de ne pas sortir combattre!

Elle esquissa un sourire, autant pour « rassurer » le chélonien que pour se convaincre elle-même que tout allait bien. Ramenant ses genoux vers elle, elle plongea à nouveau son regard dans les flammes, et attendit…

Un grincement lancinant, puis quelques pas à peine audibles, une respiration haletante, le frottement de quelque chose contre du bois…
Atharaxya ouvrit les yeux. Le sommeil avait eu raison d’elle, elle avait fini par s’assoupir près du feu. Mais contrairement à ce qu’on aurait pu penser, ces quelques bruits à peine perceptibles l’avaient réveillée. Elle semblait ne dormir que d’un œil depuis quelques temps, sursautant et se levant au moindre son. Elle s’assit et attendit que ses yeux s’habituent à la semi-obscurité. Balayant du regard le monde qui l’entourait, elle distingua, près du comptoir, une silhouette claire dont elle croisa le regard. Il ne lui fallut que quelques secondes pour le reconnaître, tant il l’avait hanté. Elle avait pris l’habitude que les yeux des hommes s’attardent sur elle, mais celui-ci avait quelque chose de spécial ; il n’avait rien de lubrique ni ne laissait paraître quelconque mauvaise intention, mais semblait sonder les profondeurs de son âme, ou du moins la refléter. Cependant, l’Ecaflip qui se trouvait en face d’elle n’avait rien du Belomen qu’elle avait connu, il semblait n’en être que le spectre : il était amoindri, fatigué, à bout de forces, rongé par un mal inconnu. Qu’avait-il pu arriver à cet être si charmant ?

Il fallut quelques instants à la jeune femme pour reprendre conscience de la réalité et se rendre compte que Belomen l’observait lui aussi, son regard oscillant entre la peluche, qu’elle serrait encore contre elle, et son visage. Embarrassée, elle se hâta de la dissimuler derrière son dos et tenta de rompre le silence :


- Bonsoir, Belomen, je… euh… Son regard se posa sur la tache sombre et luisante que son sang avait laissée sur le parquet, ce qui la fit rougir de plus belle. Toutes mes excuses pour la tache, je nettoierai ça dès demain !

En cet instant, elle aurait voulu être n’importe où, sauf à la place qu’elle occupait. L’Ecaflip continuait à la dévisager en silence. Elle bafouilla à nouveau :


- Je…euh… En fait, c’est toi que j’attendais…

Elle ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Elle s’était imaginé la scène maintes fois durant la journée, mais n’avait pas pensé une seconde qu’elle se retrouverait dans une situation si embarrassante. Qu’importe, il était enfin là, et, malaise ou pas, elle devait lui parler.

- J’avais besoin de te parler… J’ai beaucoup réfléchi à notre dernière – et j’aurais préféré première – rencontre. Enfin, c’est plutôt que… Je… (nouveau soupir) Voilà plusieurs mois que j’erre plus ou moins seule sur le monde des Douze, avec Englael pour seule et rare compagnie. Comme tu as dû le constater, je tente de ne pas laisser les gens m’approcher, principalement pour ne pas m’attacher à eux. De toutes façons, les quelques personnes que j’ai pu rencontrer ne présentent pas le moindre intérêt à mes yeux.

Elle marqua une pause, guettant la moindre réaction de la part de son interlocuteur, qui demeurait désespérément taciturne.

- Toutefois, il semblerait que certaines personnes se démarquent, et ne répondent pas à cette « règle ». Et… Tu en fais partie.

Elle s’arrêta à nouveau. Qu’était-elle en train de raconter ? Allait-il penser qu’elle lui faisait du charme ? Allait-il la prendre pour une folle ? Repensant à leur entrevue après avoir terrassé le Crocabulia, elle se souvint de cette sensation douce et amère qui l’avait envahie alors qu’ils avaient discuté ; amère en ce qu’elle se sentait perpétuellement sondée, mise à nu, vulnérable ; douce en ce qu’elle avait l’impression d’avoir enfin trouvé quelqu’un qui la comprenait, une âme aussi tourmentée que la sienne. Alors qu’ils s’observaient en silence, cette sensation l’envahit à nouveau, et lui donna comme un élan de « courage ».


- Quoiqu’il en soit, voilà bien longtemps que nous ne nous sommes pas croisés, et j’ai souvent pensé à toi… Que deviens-tu ?

Elle avait préféré passer sous silence la question qui lui brûlait les lèvres. Mieux valait engager la conversation de manière plus courtoise. Ils auraient bien le temps d’en venir aux faits…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 12 Sep - 14:17

- Quoiqu’il en soit, voilà bien longtemps que nous ne nous sommes pas croisés, et j’ai souvent pensé à toi… Que deviens-tu ?

Sortant de la torpeur dans laquelle la fatigue et cette apparition étrange l'avaient plongé, Belomen sursauta légèrement, clignant des yeux pour reprendre contact avec une réalité semblant pourtant déterminée à le fuir. Il plongea à nouveau son regard dans celui de la jeune sacrieuse lui accordant un sourire des plus flous. Était-elle elle aussi une forme d'hallucination ? Une pique, plus acide encore, de sa conscience pouf lui insuffler un regret de plus, un remord à rajouter à ce collier déjà si lourd qu'il supportait chaque jour ?

- Je...

Elle cligna des yeux, les joues légèrement empourprées, apparition de son imaginaire ou pas... elle semblait attendre une réponse. L'ecaflip eut un petit rire triste, bref mais nécessaire. Après tout ça ne serait pas la première fois qu'il en serait amené à se parler à lui même si telle était la vérité. Avec un fatalisme certain, incapable de faire la distinction entre les différents mondes, partagé, il leva le bras doucement, désireux de toucher le visage de la sacrieuse, comme si rompre la barrière physique entre eux pouvait permettre de dissiper ses doutes et interrogations. Il remarqua aussitôt la tension qui s'empara des traits de la sacrieuse, les yeux rivés sur son geste, n'en manquant rien, elle semblait sur le point de fuir, de se relever et de quitter la pièce... ou de s'évaporer dans l'air d'éther du soir. Il s'arrêta, effrayé par cette possibilité, et laissa retomber son bras.

- … désolé..., il baissa la tête et, d'un ton hésitant, … ne disparaît pas s'il te plaît...

Fruit de son imagination ou pas, facétie de sa conscience ou d'un malin esprit... peu importait, il ne voulait pas la voir partir, pas maintenant. Il eut un soupir, gardant les yeux baissés.

Tu as souvent pensé à moi..., un maigre sourire éclaira une fraction de seconde son visage fatigué, tout ça me semble si vieux... tellement lointain...

Se rejetant légèrement en arrière, le dos contre le comptoir à nouveau, il bascula sa tête pour se concentrer sur la blancheur du plafond que venaient révéler la douce et irrégulière lumière des flammes. Son chapeau Leufère tomba au sol, chassé de son promontoire, il n'en avait cure, plongé dans ses réflexions. Il chassa l'air de ses poumons, gardant les yeux fermés un instant.

- Je suis heureux de te voir ce soir, que tu sois là ou pas d'ailleurs...

Son ton était affirmé, et, même si la fatigue n'en était pas totalement absente, elle ne semblait pas peser outre mesure sur son ton, sur ses propos. Un sourire étrange s'était installé sur le visage de l'ecaflip, ce subtile et délicat mélange de nostalgie et de tendresse que l'on ressent à l'évocation d'un souvenir heureux.

- … j'ai encore en souvenir notre dernière rencontre tu sais... et..., il eut un petit rire presque enfantin dans lequel perçait une certaine douleur contenue, j'ai été... flatté que tu...

Il secoua la tête.

- Non... pas flatté, il sembla chercher mot se dérobant à ses lèvres, se les mordit d'ailleurs légèrement, … touché. Oui... j'ai été touché, vraiment, de te voir ce soir, ici, avec dans les bras ce modeste présent que je t'avais fait alors. Même si tu n'en as pas vraiment fait usage d'ailleurs.

Redressant la tête pour la regarder, il lui adressa un clin d'œil complice.

- J'ai aussi souvent pensé à toi... j'en ai parfois même discuté avec un de tes proches aux petites ailes, tu sais... Englael. Et j'ai parfois espéré que tu te servirais de ça, il se pencha vers elle et tapota du bout de la patte la peluche maladroitement dissimulée,pour provoquer une nouvelle rencontre en m'appelant par son intermédiaire mais...

Se rappelant que sa proximité physique gênait la jeune femme il recula, gêné... avant de cligner des yeux et d'avoir un rire joyeux, amusé, qui tranchait étonnamment avec l'ambiance du moment. Avec un sourire franc, sincère, comme une invitation à Atharaxya à faire de même, il pencha la tête de côté, retrouvant un air malicieux qu'on lui connaissait déjà plus.

- … c'est vraiment une vieille taverne... et les postulants n'y font décidément plus du tout le ménage... En cela Sheza aura été la meilleure mais aussi la dernière. Attends ne bouge pas !

Fixant des yeux une petite arakne de quelques jours sans doute qui, trouvant sans doute là un terrain de jeu merveilleux, gambadait allègrement dans l'abondante chevelure de la sacrieuse, il l'attrapa délicatement au cœur de sa paume avant de la relâcher sur le sol non loin. Atharaxya n'avait pas bougé et, encore une fois, à peine quelques secondes après avoir failli briser la barrière, le moindre événement avait suffit à la faire céder, de son fait. Il s'en rendit compte, honteux, et, les joues à son tour légèrement pourpres, la regarda, un sourire gêné aux lèvres.

- J'suis désolé... l'arakne... tes cheveux...

Elle le regardait, indéchiffrable, il prit le partie de poursuivre, tant pour reprendre sa contenance que pour échapper au trouble légitime l'habitant. A chaque instant l'ecaflip reprenait un peu plus le contrôle de son esprit, de son corps même... la douleur, désormais, n'était plus qu'un souvenir amère que son corps seul continuait à faire survivre. Était-ce le feu ? La présence, réelle ou non, de la désarmante sacrieuse ? Chaque instant le faisait se sentir mieux, bien mieux même... Il se passa la main dans les cheveux avec une petite moue en guise d'excuse.

- Tu l'auras remarqué actuellement c'est..., petit sourire furtif, … un peu difficile... et je suis pas forcément dans le plus reluisant des états... m'enfin..., il désigna d'un signe amusé de la tête la tâche de sang sur le sol, je n'en suis pas à le provoquer cet état hum ?

Il s'approcha à nouveau d'elle, le buste en avant, ses deux bras devant lui de chaque côté d'Atharaxya pour le soutenir, et planta son regard dans le sien, à quelques centimètres seulement de son visage.

- A quoi cela sert-il que je t'offre cette peluche à câliner et à, une fois encore il chercha le mot, malaxer ? Si c'est pour que tu te tortures les bras à chaque fois !

L'ecaflip eut un regard attristé pour cette vilaine coupure, une de plus, qui ferait naître une cicatrice nouvelle sur le corps de la jeune femme.

- Je te l'ai déjà dit... tu n'as pas ma fourrure pour cacher tout cela... et... ne te gâche pas, il hocha la tête pour appuyer ses propres propos et se répéta, ne te gâche pas. Je sais pas moi..., il mima le geste d'une strangulation, étrangle ta peluche quand ça ne va pas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 12 Sep - 16:35

- …étrangle ta peluche quand ça ne va pas !

Atharaxya était demeurée muette, incapable de bouger ne serait-ce qu’un sourcil. Plusieurs fois, les mains de Belomen l’avaient effleurée, accentuant son malaise déjà considérable. Plusieurs fois elle aurait voulu s’enfuir, ou que cette rencontre ne soit que le fruit de son imagination. Mais quelque chose semblait la retenir dans cette pièce, l’empêchant de quitter des yeux l’Ecaflip qu’elle avait par moments peine à reconnaître. Etait-ce un simple et futile désir de ne pas être restée à l’attendre toute la journée pour finalement prendre la poudre d’escampette au dernier moment ? Ou la crainte de le froisser, une fois de plus ? Ou cette indescriptible force surnaturelle qui annihilait presque toutes ses défenses dès qu’elle se trouvait en face de lui ? Peut-être n’était-ce simplement que le besoin de le voir, de lui parler, de sentir sa présence…

Ne pouvant soutenir son regard, elle baissa les yeux, penaude, vers la tache de sang, puis vers l’entaille qu’elle s’était faite quelques heures auparavant ; bien qu’impressionnante, elle était peu profonde et avait déjà trouvé sa place dans les mailles de cicatrices parsemant ses bras. Elle était simplement plus… voyante.


- Tu sais… Nous autres disciples de Sacrieur avons besoin de perdre une certaine quantité de sang pour conserver une sorte de… hum… D’équilibre.

Elle se rendit compte à quel point ce terme pouvait être ridicule et inadapté en ce qui la concernait. Le pendule de Xelor lui-même était indubitablement plus stable qu’elle…

Quant à la peluche, elle ne lui aurait jamais soupçonné un tel pouvoir, la considérant comme une sorte d’objet transitionnel créant simplement un lien affectif entre les deux êtres. Combien de fois l’avait-elle ainsi serrée contre elle afin de tromper sa solitude, n’estimant toutefois qu’il ne s’agissait que de tissu ? Une fois de plus, elle avait tout compris de travers…


- Et étrangler la peluche… Ce serait comme t’étrangler toi, et tu peux comprendre que cela me pose un problème…

Elle releva les yeux et constata que Belomen continuait de l’observer, impassible, son visage toujours à quelques centimètres du sien. Même s’il semblait affaibli et avait les traits tirés, dans son regard perçait toujours cette lueur, cet on-ne-sait quoi qui la fascinait tant, l’hypnotisait presque. Le rouge lui montant à nouveau aux joues, elle laissa échapper un petit rire, tant pour combler le silence que pour retrouver un tant soit peu de contenance.

- Enfin, je tâcherai de m’en souvenir, et de lutter contre mon abnégation naturelle !

Le silence s’installa à nouveau, ponctué par le crépitement du feu et un bruit sourd et régulier venant de l’étage : des ronflements. Certains arrivaient à dormir du sommeil du juste…

Il fallait qu’elle parle, elle était venue et l’avait attendu uniquement pour cela… Non, pas uniquement… Quoi qu’il en soit, elle ne pouvait plus reculer. Mais par où commencer ? Les idées, les sentiments, les doutes et les craintes s’entrechoquaient et rebondissaient dans sa tête comme un marteau sur une enclume, son esprit devenant un morceau de fer chauffé à blanc et frappé mille fois, incapable de prendre une forme précise ou satisfaisante.


- Oui, j’ai souvent pensé à toi, mais n'ai jamais osé essayer de te contacter, ni même passer les portes de cette taverne. Pour diverses raisons.

Une fois de plus, elle se souvint de son attitude déplorable vis-à-vis de Belomen la première fois qu'Englael l'avait emmenée avec eux sur les terres du vénérable Chêne Mou. Elle aurait voulu que ce moment n'ait jamais eu lieu, ou qu'il soit du moins effacé de leurs mémoires respectives.

- Et je dois t'avouer que... je me suis même inquiétée à ton sujet…

Presque inconsciemment, elle avança une main vers le visage de l’Ecaflip, dont elle effleura le pelage. Même la faible lueur des flammes suffisait à remarquer qu’il avait perdu sa blancheur éclatante, et la Sacrieuse crut sentir des os directement sous la peau.

- Apparemment, je n’avais pas complètement tort… Mais tu as aussi raison, ta fourrure dissimule ce que tu tentes de cacher à tout le monde…

Une inquiétude non feinte emplit les yeux de la jeune femme. Ses questions existentielles avaient cédé la place à une seule interrogation :

- Que se passe-t-il ?

Elle plongea à nouveau son regard dans celui du félin; cette fois, c'était elle qui essayait de sonder son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Lun 14 Sep - 23:35

- Que se passe- t-il ?

Il cligna des yeux, légèrement surpris, et une ombre, furtive, passa dans son regard tandis que son visage se fermait légèrement l'espace d'une seconde. Puis, aussitôt, le sourire revint, volontairement mutin, peut-être un peu forcé malgré tout. Derrière ce masque d'insouciance aux traits pourtant si fatigués l'inquiétude avait percé brièvement, vite réprimée.

- Ce qu'il y a ?, il cligna des yeux à nouveau, huhu j'ai l'air si mal en point que ça ?

Il palpa de la main la joue que la sacrieuse avait effleuré et eut un sourire amusé en la pinçant légèrement du bout des doigts.

- … C'est vrai que je devrais peut-être manger un peu plus... et surtout dormir un peu plus aussi sans doute...

L'ecaflip releva la tête et, répondant à celui chargé d'inquiétudes de la jeune femme, lui offrit un regard empli d'excuses muettes. Sans que sa sincérité en cela soit remise en question, sans doute gêné, il éclata bien vite d'un petit rire enfantin qui contrastait avec son apparence physique.

- Tu peux bien l'avouer Atha..., en adéquation avec sa voix son regard était pétillant, c'est après m'avoir croisé au détour d'une rue que tu n'as plus osé reprendre contact avec moi. Tu avais peur de moi !

Naturel, il reproduisit le geste qu'il avait retenu plus tôt et lui caressa doucement la joue, accompagnant cela d'un sourire flottant entre la tendresse et l'amusement. Intérieurement la crainte de voir la jeune femme disparaître s'estompa légèrement, elle était bien là... tangible... présente sous ses doigts et vivante, vraiment vivante.

- … plus sérieusement tu as déjà du entendre que nous autres félins avons plusieurs vies à disposition et..., il sifflota légèrement en prenant un air pensif, comptant sur ses doigts, … même en considérant que j'en ai utilisé plusieurs... il m'en reste suffisamment pour passer la nuit... voir même la journée à venir !

Il eut un long soupir, néanmoins inquiet que la situation soit si visible et se promit, de son mieux, d'y remédier... ou du moins de la camoufler un peu mieux. Que sa faiblesse présente choque à ce point était non seulement gênant, perturbant ses proches et lui même au plus haut point, mais, surtout, un potentiel danger. L'ecaflip, tout apprécié qu'il semblait l'être, avait quelques inimitiés réelles perdues au cœur de ce monde. Foyers d'amertumes, de jalousie ou de médisances, ces personnes ne manqueraient pas une occasion de profiter de la moindre faiblesse de la plus lâche et méprisable des façons. Ce monde est une boîte à bijoux envahi par la rouille, l'éclat de certains ne parvient pas totalement à masquer la pourriture des autres.

- Mais..., il avait retrouvé son sérieux, poussé en cela par la gravité de ses réflexions, … je ne te laisse pas parler Atharaxya...

Belomen n'avait pas encore abordé le sujet mais...

- C'est quand même étonnant de te croiser ici si tard... tu ne comptes pas repartir tout de suite si ?

Il désigna d'un signe de tête peu convaincu l'escalier menant à l'étage et, en une brève tentative, chercha à se relever avant de renoncer. Ni ses bras ni ses jambes ne semblaient réellement en état de le soutenir ou même de le relever.

- Je vais surveiller le feu... prends donc ma chambre..., il lui tendit une clef de bronze à l'anneau duquel était attaché un petit pendentif usé en forme de dé, … ce doit être la cinquième sur ta droite dès ton arrivée au premier étage...

Elle ne bougea pas, il eut une moue gêné et ses joues reprirent des couleurs qu'elles venaient pourtant à peine de quitter.

- Oh..., il secoua vivement la tête, … ne crois pas que ce soit de ma part une volonté de... ou de... enfin de te...

Il toussa, désormais tout à fait rouge de confusion, et, baissant les yeux, la clef posée à même le sol de la taverne à côté de la sacrieuse, reprit la parole d'une voix un peu moins audible.

- … je n'avais pas d'idées derrière la tête.. je resterais dormir ici... je prendrais une couverture sous le comptoir... et tu sais... rouler en boule, il releva la tête et eut un petit sourire, je dors à peu près n'importe où je crois.

Elle semblait encore hésiter, Belo se mordit la lèvre, restait-elle inquiète de son état ? Ce serait tellement idiot... et tellement vain surtout. Prenant sur lui de ne rien laisser paraître il eut un nouveau sourire.

- Et puis, il reprit son air mutin, si demain tu es encore dans les barrages... tu sais que le noir et blanc sont deux couleurs qui, j'en suis persuadé, t'iraient à merveilles ? Si tu es sage et accepte mon hospitalité ma foi... demain je te donne un blason promis.

Il parvint cette fois à se relever, usant à la fois de ses jambes et de ses bras pour y parvenir, et, désormais debout, attrapa dans la sienne la main d'Atharaxya pour y glisser la clef. Avec un petit rire devant son manque de réactions il l'embrassa furtivement sur la joue.

- A demain matin donc ?

Nouveau petit rire.

- Tu ne devrais pas trop avoir de peine à me retrouver... je doute d'avoir envie de quitter l'endroit pour le moment !

L'envie... ou la possibilité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mar 15 Sep - 17:19

- Tu ne devrais pas trop avoir de peine à me retrouver... je doute d'avoir envie de quitter l'endroit pour le moment !

Atharaxya restait muette, incertaine de saisir ne serait-ce que la moitié de la situation. Il lui avait pourtant semblé voir un Belomen affaibli, fatigué, à bout de forces, quelques secondes auparavant. Et voilà qu’il était à nouveau tout sourire, taquin, était redevenu le cabotin qu’il était lors de leur dernière rencontre. Son esprit lui jouait-il des tours ? Ou un vrai-faux Belomen avait-il pris la place de celui qui se tenait face à elle quelques instants plus tôt et qui semblait la prendre pour une illusion ? Ou peut-être… Non, c’était impossible qu’elle ait rêvé tout cela, elle avait senti le visage décharné sous ses doigts…

- A demain matin donc ?

Son regard oscilla entre son interlocuteur, quel qu’il soit, et la petite clé en bronze qu’elle tenait dans sa main, sans réellement savoir comment elle y avait atterri. L’Ecaflip arborait toujours un large sourire et l’observait, vraisemblablement dans l’attente d’une réaction de sa part. La jeune femme se risqua à une réponse, mais ne put que bafouiller :

- Hein ? Je… Moui, à demain… Sûrement…

Elle se leva, passa son sac par-dessus son épaule et se dirigea d’un pas incertain vers l’escalier. Ayant monté quelques marches, elle marqua une pause et croisa à nouveau le regard de l’Ecaflip, qui se tenait toujours debout près du feu. Si c’était une hallucination, elle ne s’était pas dissipée quand elle lui avait tourné le dos. Elle esquissa un léger sourire.

- Bonne nuit... Belomen…

Elle monta machinalement les marches restantes, perdue dans ses pensées, bien loin des lattes en bois. Arrivée sur le palier, les paroles de Sheza lui revinrent soudainement en mémoire « Tu sais, parfois les couples… Fermer la porte à clé n’empêche pas… » Bien malgré elle, elle tendit l’oreille. Seuls les ronflements qu’elle avait perçus depuis le rez-de-chaussée continuaient à briser le silence de la nuit.

… ce doit être la cinquième sur ta droite dès ton arrivée au premier étage...

Atharaxya s’avança le plus discrètement possible, malgré le parquet dont chaque latte émettait une complainte au moindre contact avec quelconque objet plus lourd qu’une plume de tofu. Une, deux, trois, quatre… La jeune femme s’arrêta devant la cinquième porte, ou du moins ce qui lui semblait être la cinquième porte. Tandis que toutes celles devant lesquelles elle était passée affichaient clairement la marque de leur occupant – l’une d’entre elles était rose et portait un heurtoir représentant une patte de dragon, une autre était couverte de sang – l’Ordre disposait donc déjà d’un disciple de Sacrieur –, une troisième arborait une immense croix et une poignée en formée d’épée,… Tandis que celle-ci était sobre, elle n’avait rien d’exceptionnel. Se serait-elle trompée d’étage ? Ou de porte peut-être ? Elle revint sur ses pas, et compta à nouveau. Aucun doute, c’était bien celle là… Prenant une profonde inspiration, elle tourna la clé dans la serrure et poussa la porte.

La pièce, de taille moyenne, était baignée par la lumière de la lune qui perçait à travers une petite fenêtre. Une table trônait contre le mur extérieur, sur laquelle était posée une chandelle aux trois quarts consumée. Ca et là étaient disposés des tas de cartes et autres dés pipés. Dans un coin plus sombre, elle pouvait deviner une espèce de coussin de forme ronde. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres lorsque, en s’approchant, elle constata qu’il s’agissait de la couronne du Wa Wabbit. Ses jambes se dérobant presque sous elle, elle se laissa tomber sur le velours orange et ferma les yeux. Puis les rouvrit. Tandis qu’ils détaillaient chaque centimètre des poutres et du plafond suspendus au-dessus d’elle, elle repensa à ce qui s’était passé durant la soirée.

Alors qu’elle était restée devant la cheminée toute la journée et avait fini par perdre tout espoir de le voir, il était apparu, comme un mirage au cœur de la nuit. Il l’avait surprise dans son sommeil alors qu’elle serrait dans ses bras le présent qu’il lui avait fait. Ce présent auquel elle tenait énormément mais qu’elle tâchait de dissimuler autant que possible. Il l’avait surprise dans un moment de « faiblesse », mettant au jour l’émoi qu’il suscitait en elle. S’en était-il seulement aperçu ? La question semblait aussi idiote que la réponse était évidente… Quoi qu’il en soit, il avait su apaiser son embarras et tenté tant bien que mal de la mettre « à l’aise »… Au point de se permettre une boutade sur son éventuelle venue dans l’Ordre. Etait-ce simplement une boutade ? Ou cela dissimulait-il une part de vérité ? Il était parfois impossible de savoir ce que l’Ecaflip avait en tête. Et d’autres fois, elle avait l’impression de retrouver en lui un reflet d’elle-même, un écho de ses propres tourments. Puis il y avait eu…

La jeune femme passa sa main sur la joue sur laquelle Belomen avait déposé un baiser quelques minutes auparavant. Un geste qui aurait été anodin pour le commun des mortels, mais qui la troublait au plus haut point. Avait-il réellement eu lieu ? Ou l’avait-elle rêvé ? N’avait-elle pas rêvé toute cette scène ? Tout semblait trop parfait, de son arrivée à ce baiser, en passant par l’allusion au blason… Sans oublier le brusque changement d’apparence de l’Ecaflip, et tous ses efforts pour la convaincre que « tout allait bien ». Quelque chose n’allait pas, elle en était certaine…

Tuin, qui avait enfin réussi à se hisser sur le coussin, se lova contre sa maîtresse, visiblement abattu par le poids de la fatigue.

- Tu as raison Tuin, je ferais bien de dormir moi aussi… On verra bien ce que demain nous réserve… Bonne…

Atharaxya se redressa et constata avec un certain affolement mêlé d'embarras qu’elle n’avait pas emporté toutes ses affaires avec elle ; la peluche était restée en bas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mer 16 Sep - 1:09

Elle était partie, sa fine silhouette lentement absorbée par l'ombre de l'étage à chacun de ses pas. Les lueurs vacillantes du feu presque endormi avaient renforcé la fragilité apparente de la sacrieuse laissant un instant le jeune homme rêveur. Indubitablement la sensibilité à fleur de peau d'Atharaxya, l'ambiance du moment, ces échanges de regard plus que de mots, mêlés aux troublants souvenirs de ce moment passé en tête à tête dans l'antre des dragoeufs... il eut un frisson et s'entoura de ses propres bras pour en contenir les effets. Peine perdue, son poil tout entier, en un soupçon perdu de délectation, hérissa doucement. Belomen jeta un regard gêné dans la salle pourtant désertée et que seuls les craquements des buches dans l'âtre venaient perturber.

- Hum..., il se frotta les bras doucement pour chasser les derniers effets du frisson, … attention Belo... attention...

La faiblesse a ça de terrible qu'elle a parfois tendance à miner toutes vos résolutions, toutes vos certitudes. Il y avait de cela plusieurs semaines, alors que l'imminence de la fin du pacte était apparue comme une certitude dans son esprit, le simple fait de savoir que... que ça arriverait, avait été une claque suffisante pour lui redonner ses esprits dans pas mal de domaines. Promesses il y avait eu, à Libouh, à Azrae, de ne plus... se tromper, de ne plus jouer de tout ça, de ne plus se jouer de lui même et de ses sentiments. L'ecaflip avait eu trop tendance, empêtré dans ses troubles, dans ses hésitations, à céder à la facilité, à cette faiblesse naturelle le poussant à céder à la moindre ébauche de sentiments à laquelle il se trouvait exposé. Il eut un soupir, à moitié affalé en avant sur le comptoir.

- Mais c'est pas évident..., il eut une petite moue contrariée, vraiment pas évident même...

Il était loin de la première ébauche, loin de la première esquisse même... c'était bien plus que cela, son trouble en était une preuve suffisante. Pour autant, et quelque part cette fois sa fatigue l'y aidait, il refusait d'y céder le moindre pouce. Beaucoup d'événements récemment, beaucoup de personnes avaient sur lui eu un impact récemment... et, déjà une fois, il s'était contraint à ne pas craquer, à ne pas se laisser aller à de tendres penchants.

- Avec une amie d'Atha en plus... ça la ferait sans doute rire, il eut un petit sourire, … n'est ce pas Sheza ?

Elle n'était pas là bien entendu, et heureusement sans doute, peut-être dormait-elle d'ailleurs à l'étage, ce serait quelque part amusant. Deux femmes si différentes, avec des échos si différent pour lui, en lui... il secoua la tête, voilà que ça le reprenait.

- Arrête donc l'ami... arrête donc..., il se passa la main sur le visage, … c'est vraiment pas le moment de te créer des cas de conscience ridicules...

Son regard se posa sur la peluche ecaflip qu'Atharaxya avait laissé au sol. Il eut un petit sourire attristé, apparemment, elle, n'avait pas ses hésitations en la matière. Avec un petit gémissement pour son corps souffrant il se pencha pour la ramasser, la déposant face à lui sur le comptoir.

- En voilà un tête à tête auquel je ne m'attendais pas.

Il en aurait sans nul doute préféré un tout autre... Un soupir, décidément, il peinait à chasser ces idées saugrenues. Belomen tapota doucement de la patte la tête de la peluche, la fit basculer, la remit droite et recommença. Il sursauta, surpris : l'idée ne l'avait pas encore traversé de la rapporter à la sacrieuse, et puis à quoi bon ? Elle devait déjà dormir...

- … peut-être...

Il se mordit la lèvre. Aller voir n'engage à rien... et puis... laisser un cadeau prendre la poussière... Il eut un petit rire nerveux.

- Tu finis par te trouver de sacrées mauvaises excuses mon vieux, il ramassa la peluche, tu en as juste envie voilà tout...

Avec un petit sourire non dénué d'une certaine culpabilité malgré ses bonnes intentions il avança vers l'escalier quand soudain un rictus déforma son visage. Tombant à nouveau en genou, une main sur sa poitrine avec un hoquet de surprise autant que de douleurs, l'ecaflip se roula en boule aussitôt, contracté sur lui même. Une deuxième crise, jamais auparavant elles n'avaient été si proches, si violentes. Tentant de reprendre sa respiration, souffle court, coupé par la douleur si vive, il rampa doucement jusqu'à l'escalier, sa patte agrippant compulsivement à la rambarde pour se redresser. Sa vue, à nouveau, était brouillée.

- … Mais.... merde..., il faillit tomber à nouveau et, en un sursaut d'énergie, resta accroché à la barre, mettant juste un genou à terre sur la première marche, la peluche contre lui, … une minute, juste une minute... le temps de reprendre mon souffle...

Il parlait à lui même pour reprendre, une fois encore, contact avec la réalité, avec sa réalité au moins. Sans même y penser, marche après marche, il gravissait l'escalier emprisonné dans ses pensées, dans sa douleur, ne voyant pas même où ses pieds le portaient. Soudain il trébucha, sa jambe s'étant levée en rien, il était parvenu à l'étage malgré tout. Malgré lui même surtout. Avec un petit rire que la douleur rendait étrange il tâtonna à la recherche de sa porte.

- J'pose la peluche... et je crois bien que j'irais dormir...

Belomen avait les yeux fermés, conscient que de toutes façons sa vue ne lui permettait pas de réellement se fier à quoi que ce soit. Sa main sembla reconnaître sa poignée, il eut un sourire soulagé, et, de l'autre, prenant appui avec la tête, il tapa trois coups sourds à la porte, espérant qu'Atharaxya ne dormait pas encore. Pas de réponse.

- Allez... s'il te plaît... ne me force pas à redescendre en bas avec cette peluche dans les bras..., sa voix était plus chargée d'ironie qu'une véritable supplique, … allez !

Il tapa aussitôt à nouveau trois fois, quelque peu impatient au vu de la situation, quand, soudain, la porte s'ouvrit. Emporté en avant, l'ecaflip fit une roulade involontaire, sa souplesse féline l'aidant en ce réflexe inné, et, avec un bruit sourd, s'arrêta allongé sur le dos, au milieu de la pièce. La surprise le fit cligner des yeux.

- Oh...

Ses joues s'empourprèrent de façon très visible, malgré la brume, malgré le choc, il n'avait pas prévu de se retrouver face à ça... vraiment pas... Il eut une moue enfantine, gêné.

- … je... désolé... ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mer 16 Sep - 1:17

Trois coups à la porte… Elle avait décidé de faire comme si de rien n’était… Mais leur insistance ne la laissait pas de marbre. Alors, les pieds dans le vide, assise au bord de la fenêtre, à caresser une Nymphea et un Cookies endormis sur ses cuisses nues, elle se décida à se relever et à ouvrir la porte. La jeune femme déposa doucement les deux bêtes endormies sur le coussin le plus proche, et poussa un petit soupir en regardant sa chambre : foutoir était le premier mot qui venait à l’esprit de celle-ci.

Trois autres coups.


« J’arrive, j’arrive » chuchotait-elle, même si elle savait que la personne ne l’entendrait sûrement pas.
L’Osamodette se dirigea donc vers la porte, l’esprit torturé par mille et une questions : qui donc pouvait venir toquer à cette heure-ci ? Elle qui pensait être la seule à ne pas fermer l’œil cette nuit-là.
Devant la porte, elle se passa une dernière fois une main dans ses cheveux. Une tignasse complètement ébouriffée, mais elle n’aurait, de toutes façons, pas eu le temps d’arranger ces détails. Sheza posa une main sur la poignée, et tout doucement, elle ouvrit la porte.



Elle lâcha inconsciemment sa prise et ne bougea plus… Parce que ce qui venait de se passer, elle ne l’aurait jamais imaginé, ni même imaginé que cela aurait pu être aussi rapide.


Oh... je… désolé… ?

Elle se tourna alors, et elle le vit.

La jeune femme ne répondit pas, se contenta juste de le regarder, de le détailler, lui… Mais elle était là, et il était devant elle, c’était réel ; et être plongée dans un mutisme pareil, là où elle devait, normalement, avoir la parole facile, ne l’aurait vraisemblablement pas arrangé, lui. Elle secoua violemment sa tête -ce qui ne faisait qu’empirer l’état de sa chevelure-, pour enfin, relever son visage et fixer la personne devant elle : Belomen.


« Oh… excuses moi Belo… Je… suis pas présentable mais… essaye de… euh… ne pas faire attention, d’accord ? » Bafouilla-t-elle en agitant ses mains, nerveuse et perdue.

Il n’avait pas répondu, il la regardait, et ce regard la pesait.


« Belo… ? » Avait-elle repris en posant une main tremblante sur sa tête.

Sheza s’approcha alors de lui tout en allumant quelques bougies, faisant éclairer une pièce légèrement désordonnée, ne pouvant distinguer que le lit, quelques meubles et plusieurs coussins, des plumes et des poils un peu partout. Elle le prit délicatement par le bras et le tira doucement vers son matelas, où elle le fit asseoir. Mais il ne bougeait pas, il ne bougeait plus. Elle resta donc un moment devant lui, puis se résigna à reculer et à se coller de dos au mur, où elle se laissa glisser jusqu’à frôler le sol, toujours en gardant un œil sur lui, l’esprit ailleurs.

Que faisait-il là ? Elle qui venait de quitter Below quelques minutes auparavant, voir Belomen dans la même soirée la troublait. Oui, voilà, elle était perdue. Mais elle espérait juste une chose, qu’il aille bien, parce que même après les paroles de Below, elle ne voulait tout simplement pas se séparer de lui.

La vérité, la jeune femme aux cheveux roses l’évitait, elle n’allait pas la laisser emporter tout ce qu’elle avait.


« Tu n’as pas le droit de t’en aller… » Furent ses pensées, exprimées oralement, la voix légèrement affectée par ses émotions, se cassant à plusieurs reprises.

Et elle était tellement aspirée par ses pensées, qu’elle ne s’était même pas rendu compte de l’avoir dit à voix haute… Sheza tourna légèrement la tête et regarda la porte, toujours ouverte, et où, une ombre stable l’intriguait… Alors elle se leva, traînant des pieds, alla récupérer l’objet…


« Atha… » Dit-elle, un petit sourire tendre aux lèvres.

L’Osamodas porta donc la peluche d’un bras, contre sa poitrine, et alla reprendre sa place, au pied du mur, le regard dans le vide. Elle tourna brusquement la tête en direction de l’Ecaflip, une lueur dans les yeux, un Espoir…

_________________


Dernière édition par Sheza le Mer 16 Sep - 2:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mer 16 Sep - 2:33

Belomen resta quelques instants, quelques minutes en fait, prostré, le regard fixé résolument vers le sol et vers rien d'autre. Le hasard, cette crise, la brume dans son regard désormais estompée, joli tas de coïncidences qui le mettaient là dans une bien fâcheuse situation. Alors qu'il avait eu bien des difficultés, compréhensibles, à se mettre dans les plus angéliques dispositions dans cette visite programmée à Atharaxya, qu'il s'était persuadé, notamment à l'idée de Sheza, de rester sage, de ne pas chercher à... de ne pas céder aux affres de la tentation, voilà qu'il se retrouvait par sa faute propulsée en une chambre qui, visiblement, n'était pas la sienne. Au delà de l'amusement de constaté, encore une fois fruit du hasard, que l'osamoda occupait la chambre voisine à la sienne, venir la déranger en pleine nuit n'avait jamais, au grand jamais, fait partie de ses projets.

Pas présentable avait-elle dit, s'il n'avait pas été aussi gêné, aussi honteux, l'ecaflip en aurait volontiers ri, malheureusement il n'en avait guère la possibilité. Mensonge comme vérité, ici, n'étaient pas permis. Qu'importait qu'elle ne soit pas parfaite comme à son habitude, ses cheveux en bataille, son air endormi et toujours ce petit sourire qui lui était si propre, la rendait si...


- … craquante...

Elle leva un sourcil intrigué et, s'empourprant un peu plus encore, Belomen s'empressa de meubler le silence.

- … je parlais du plancher menant jusqu'ici... terriblement craquant, sa voix était un peu oppressée par la situation, j'étais si concentré sur le fait de ne réveiller personne que je me suis trompé de chambre...

Il se mordit la lèvre, conscient un peu trop tardivement de ses propos.

- … enfin... ne va pas croire que j'allais rejoindre quelqu'un hein !

Belomen avait relevé la tête et donc, évidemment, les yeux. Suffisamment du coup pour apercevoir que son amie tenait en ses bras, serrée contre elle, la peluche offerte à Atharaxya au coeur du territoire des dragoeufs. Excursion à laquelle avait participé, évidemment, … Sheza. Si la honte avait pu rendre plus rouges encore les joues de Belomen, elle ne s'en serait alors pas privée.

- Oh... la peluche..., il se passa la main sur le dessus de la tête, ébouriffant ses poils blancs, … je... oui... j'allais la rendre à Atharaxya... elle dort ici sais tu cette nuit ? Je lui ai proposé ma chambre et...

L'ecaflip plaqua la main contre sa bouche, horrifié par la certitude, désormais, qu'à chacun de ses mots le malentendu le plus révélateur s'infiltrerait un peu plus dans la conversation et, pire encore, dans l'esprit de Sheza. Pourtant, malgré tout, elle restait silencieuse et souriante. Par la petite lucarne la lune, complice de son mal être, éclairait la jeune femme d'une lumière toute particulière donnant à la scène un aspect, une atmosphère des plus troublantes. Espérant que ce détail qui n'en était pas un échappait à l'osamoda, Belomen se releva de son mieux, une main sur le mur, et se dirigea vers la porte, la tête à nouveau baissée. C'était sa seule frontière, sa seule limite personnelle pour ne pas voir ses résolutions et tout le reste s'effondrer lamentablement. Car, au delà d'une simple envie, c'était son amitié qu'il risquait de voir disparaître par un instant de faiblesse malvenu.

- … encore désolé Sheza, sa voix était ferme mais douce, empreinte d'une tendresse réelle mais contenue, c'est une regrettable erreur je ne voulais pas te réveiller... vraiment pas...

Il lui tournait le dos désormais, un pied dans le couloir, une patte à l'intérieur l'autre sur la poignée de la porte. Il eut un petit sourire triste.

- … et ne va pas croire que je te fuis surtout... c'est juste qu'à cette heure... rendre visite à une demoiselle... cela ferait un peu trop... jaser.

Et même s'il aurait voulu rester plus longtemps, discuter des heures entières avec la jeune femme, même s'il avait entendu sa supplique pour le voir rester un peu plus en ce monde, ou, juste, ici en ce moment, en ce lieu, il ne pouvait s'y résoudre. Le regard un peu plus sombre, le visage un peu fermé, il reprit la parole.

- Tu sais la réputation que les gens me font... tout comme, il hésita sur le mot, l'amitié que j'ai pour toi... il est hors de question qu'on te mêle à cette fichue image que l'on a de moi... tu ne le mérites vraiment pas.

Il avait fait un pas de plus, désormais dans le couloir, sa voix était devenue plus basse encore, désireuse de ne pas réveiller les chevaliers endormis, ni leur visiteuse évidemment, il n'aurait manqué que ça pour rendre le tableau encore plus intenable. Il sut alors que Sheza allait répondre, allait parler, et la perspective, même infime, qu'elle lui demande de rester lui était insupportable, car déjà bien trop caressée par ses pensées et bien trop tentante. Sans un mot de plus il referma la porte doucement, prenant encore une fois soin de ne pas faire le moindre bruit. Avec un soupir douloureux, sa vue désormais revenue, plus vite, d'ailleurs, que son équilibre, il fit les quelques pas le séparant de sa propre chambre, normalement occupée par la sacrieuse et, une fois encore, tapa trois coups plus mesurés. Il entendit du bruit, apparemment Atharaxya ne devait pas encore dormir ou, du moins, l'avait entendu.

- … Abrégeons et rendons lui sa...

Il s'arrêta, stupéfait par sa propre bêtise, regardant ses mains totalement vides, la poupée étant naturellement restée dans les bras de Sheza. Son trouble lui avait fait oublier ce léger et pourtant capital point de détail.

- Mais c'est pas...

Belomen n'eut pas le temps de poursuivre son monologue solitaire dans le silence du couloir, deux cliquetis, presque synchrones, et deux portes s'ouvrirent, celle de Sheza, qu'il venait de quitter, et... la sienne, encore juste entrouverte. Reculant d'un pas, sentant encore venir le merveilleux quiproquo, de ceux qui vous ruinent une vie pour un malentendu, il fit face avec un fatalisme des moins sereins à l'apparition imminente des deux jeunes femmes. Il eut un soupir.

- Des fois... ou même qu'une fois, une seule fois... j'aimerai que tout cela se passe normalement... sincèrement... ça me changerait...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mer 16 Sep - 15:50

- Mais comment ai-je pu… ?

Atharaxya se laissa à nouveau tomber sur le coussin, se tapant violemment le front avec le plat de la main. La peluche ne l’avait jamais quittée depuis que Belomen la lui avait offerte, et la seule fois où elle l’oubliait quelque part, c’était en sa présence. Qu’allait-il en conclure quant à l’intérêt qu’elle portait à son présent ? Il allait certainement penser qu’elle n’avait aucune importance à ses yeux, tout comme lui. Eût-ce été n’importe qui d’autre, la Sacrieuse n’y aurait guère porté attention. Mais il s’agissait de Belomen…
Il fallait qu’elle redescende la chercher, quitte à paraître ridicule ; mieux valait paraître ridicule qu’indifférente à son égard…

La jeune femme se mit debout. Ou du moins tenta. Submergé par la fatigue accumulée au cours des jours passés sans dormir – deux ? trois ? dix ? –, son corps refusait de lui répondre, bien décidé, à l’instar de Tuin, à profiter du sommeil qui lui était dû.


- Mais c’est pas possible ça… Il faut absolument que je…

Nouvelle tentative. Cette fois, son corps entier semblait cloué à la couronne du Wa. Des bourdonnements envahirent à nouveau la tête d’Atharaxya, comme pour lui rappeler ce qui s’était passé plus tôt dans la soirée, et l’avertir que, cette fois, elle n’aurait pas le dernier mot.
Résignée, la jeune femme ferma les yeux, osant à peine penser à ce qu’il se passerait le lendemain matin si elle croisait Belomen. Pour la première fois, elle espéra que celui qu’elle avait vu cette nuit n’était qu’une illusion…


Un bruit sourd venant de la pièce voisine la sortit de sa semi-torpeur. Elle tendit l’oreille, curieuse de la nature de ce fracas. Rien. Elle avait dû rêver, ses sens fatigués devaient à nouveau lui jouer des tours. Quelques instants plus tard, alors qu’elle sombrait à nouveau dans les méandres du sommeil, quelqu’un tapa trois coups à sa porte. N’étant toutefois pas certaine d’avoir réellement entendu ces coups, elle se leva, ne prêtant guère attention au fait qu’elle avait retrouvé l’usage de ses jambes, et se dirigea vers la source du bruit. Réprimant un bâillement, elle tourna la poignée et entrouvrit la porte. Elle marqua une pause, laissant ses yeux s’habituer à la lumière des bougies éclairant le couloir. Puis passa le seuil et découvrit…

- Tiens, Belo, justement j’allais…

Son regard se posa sur les mains de l’Ecaflip : vides. N’aurait-il pas remarqué qu’elle avait laissé la peluche sur le sol de la taverne ? Pour quelle raison était-il alors venu jusqu’à sa chambre, si ce n’était pour la lui rendre ? Ses joues s’empourprant à nouveau, les yeux de la jeune femme furent attirés par une silhouette rose qui se tenait juste derrière Belomen, puis sur ce qu’elle tenait dans les bras : la peluche… SA peluche… A moins qu’il n’en ait offert à toutes les jeunes femmes qu’il avait croisées. Le léger sourire qui s’était faufilé sur son visage s’effaça instantanément, et adressa aux deux amou… chevaliers un regard dont la noirceur dissimulait à peine la tristesse dont il était empreint.

- Oh… Aucune importance… Bonne nuit…

Elle referma la porte, la claquant à moitié, et tourna la clé dans la serrure. S’adossant au bois lisse, elle se laissa glisser au sol. Elle resta ainsi prostrée quelques instants, le regard perdu dans le vide. Une larme s’échappa au coin de son œil et coula lentement le long de sa joue, celle-là même que Belomen avait effleuré des lèvres, semant un trouble des plus dévastateurs dans l’esprit de la jeune femme.

- Co… Comment ai-je… pu…

Puis son corps fut secoué de sanglots qu’elle n’eut pas la force de réprimer. Une fois de plus, on s’était joué d’elle, une fois de plus, elle avait laissé quelqu’un l’approcher trop près, une fois de plus elle en souffrait. Il semblait pourtant différent. Sans en être éperdue, elle avait été sensible à son charme et s'était énormément attachée à lui, et avait naïvement cru que cela pourrait être réciproque. Naïvement cru qu’elle pourrait intégrer l’Ordre, et ainsi être plus proche d’Englael, de Sheza, peut-être même de Belomen ; retrouver un semblant de famille. Une fois de plus, elle avait tout compris de travers…

Comment avait-elle pu être assez aveugle pour ne pas se rendre compte qu’elle n’était absolument rien à ses yeux, simplement une femme parmi tant d’autres ? Comment avait-elle pu se laisser entraîner dans de telles illusions ? Comment avait-elle pu baisser sa garde pour un simple sourire, trompeur qui plus est ? Jamais la Sacrieuse ne s’était sentie aussi insignifiante et sotte. Il avait percé sa carapace et s’était donné à cœur joie à la meurtrir au plus profond de son être, lui faisant miroiter on-ne-sait quoi, lui donnant l’impression de la comprendre, d’être une espèce d’alter ego de malheur. Oui, alter ego de malheur, ce nom lui allait à merveille…

Désormais, elle serait incapable de se tenir à nouveau en face de lui, en face d’elle, en face de quiconque ayant juré fidélité à Mystra. Elle ne s’en sentait ni la force, ni l’envie. Il fallait qu’elle quitte ces lieux au plus vite, qu’elle disparaisse à nouveau, cette fois, sans revenir. Si elle était trop stupide pour se préserver des mauvaises intentions des autres, mieux valait qu’elle continue à vivre seule…

Elle continua ainsi à pleurer en silence, indifférente à ce qui pouvait se passer ou se dire de l’autre côté de la porte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Mer 16 Sep - 20:09

Sheza regardait la porte se fermer tout doucement, la peluche contre son coeur... Atha était là, oui, mais... enfin... Elle ne devait peut-être pas la chercher vu que... elle était dans la chambre de Belo. Et si jamais elle tombait là où il ne fallait pas, ç'aurait été... gênant.
Elle avait donc décidé de lui remettre la peluche dans les plus brefs délais, d'autant plus qu'elle savait à quel point la jeune Sacrieuse y tenait.

Elle repensa alors à un Belo tout étourdi, un Belo qu'elle venait de laisser partir. Donc... Belo était parti. Peut-être, mais où ?

L'Osamodas se releva, elle avait juste l'intention de poser son regard sur lui, juste avoir une idée de la direction qu'il allait prendre, de ce qu'il allait faire, et, surtout... de voir s'il en était capable, car elle avait senti qu'il avait connu mieux, ce soir-là.
Alors elle se dirigea vers la porte, l'ouvrit et s'apprêta à dire quelque chose... Quand Atha brisa le seul obstacle qui séparait le couloir de la chambre.


- Tiens, Belo, justement j’allais…

Sheza n'avait vraiment pas eu le temps de réagir, et elle ne se sentait pas à sa place. Elle voulait juste redonner la peluche à sa maîtresse, mais ne savait pas, en même temps, que celle-ci allait tout de suite se montrer devant elle. Les trois cerveaux mirent du temps à se mettre dans l'ambiance de la scène, alors ce fut un silence qui dura plusieurs minutes qui prit place dans l'enceinte du bâtiment. Les ronflements, on ne les entendait même plus.

Et ce fut Atharaxya, la première à agir... et à briser le silence.


- Oh… Aucune importance… Bonne nuit…

En un claquement de porte, elle n'était plus là, la porte était là, par contre.

Les poils de Belo se hérissèrent, Sheza sursauta. Que s'était-il passé ? Qu'avait-elle fait ? Pourquoi Belo n'avait-il pas réagi ? Pourquoi Atharaxya s'en était allée aussi vite qu'elle n'était apparue ? Où était le problème ? Pourquoi n'avait-elle pas retiré la peluche des bras de Sheza ?

La jeune femme serra la peluche encore un peu plus fort contre elle, pas qu'elle appartienne à Atha ou à Belo, juste qu'elle se sentait assez mal et qu'elle devait impérativement extérioriser ce sentiment de... culpabilité ? Essayant de se soulager, elle finit par relâcher doucement son étreinte, puis s'avança poser une main sur l'épaule de Belomen, lui faisant signe de s'écarter. Et elle se pointa devant la porte, les bras toujours croisés autour de la poupée. Sheza poussa un soupir, puis prit une grande bouffée d'air, l'Osamodas se tourna légèrement et parla à voix basse à Belo.


"Tu peux aller te coucher, tu sembles à bout de forces, ma chambre est libre, je reste là... Je vais m'occuper d'elle, l'un d'entre vous m'expliquera ce qui se passe, sûrement..." En un haussement d'épaules.

Il recula d'un, de deux, de trois pas, jusqu'à cogner le mur. Sheza lui lança un dernier regard, accompagné d'un fin sourire où on aurait eu l'impression de déceler une pointe de tristesse, de peine, mais elle n'en dit rien.


- Bonne nuit...

Elle avança d'un pas, posa sa main sur la porte, puis serra son poignet et donna trois coups hésitants.

- Atha... ? Excuses-moi ma chérie, je... tu n'as pas... enfin... j'espère que tout va bien...

Elle cru entendre quelques bruits sourds, étouffements, reniflements. L'Osamodas ferma les yeux, se pencha pour poser la peluche devant la porte, et prit place juste à côté. Et elle n'avait même pas fait attention, voir si l'Ecaflip était toujours présent ou pas.

- Tu ouvriras la porte quand tu te sentiras prête... Je t'attends, ici.

Elle marqua un temps.

"Je suis contente que tu sois venue ici... Je ne le savais pas, et... si j'avais été mise au courant, on aurait peut-être pu passer la nuit toutes les deux..." elle étouffa un petit rire avant de reprendre. "Enfin... Je pense qu'il s'est passé quelque chose avec Belo ? Tu avais l'air bizarre tout à l'heure... et lui aussi, d'ailleurs... il... enfin..."

Elle eût un petit pincement au coeur, ferma les yeux et releva la tête, pour fixer le plafond, avant de croiser ses jambes et d'entourer ses genoux de ses bras.

- Tu ne m'entends sûrement pas... Mais je te souhaite une belle nuit. Je... je reste là, ta peluche... est juste à côté.

Et le temps défilait, mais aucune réponse, aucun signe de vie. Et Sheza avait fini par fermer ses yeux fatigués ; certes, elle n'était pas tranquille, mais elle devait rester là... Le visage enfoui dans ses bras.

Et elle continuait à ressentir une présence féline quelque part, mais sa vision était trouble, et même en essayant d'apercevoir quelque chose, de sentir quelque chose : elle ne le pouvait pas, perdant petit à petit sa lucidité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Jeu 17 Sep - 0:20

Belomen était resté de marbre, toute réaction, tout geste de sa part, aurait, de toutes façons, était mal pris, interprété, détourné. Le contexte, si faux, si trompeur soit-il, était assez parlant pour que nulle parole ne puisse y changer quoi que ce soit. Et, une fois encore, et dans ce moment des plus gênants, il doutait qu'un acte de sa part soit la plus fameuse de ses idées à avoir. Las, fatigué par sa journée, l'esprit et le corps ruinés par ses crises incompréhensibles, il laissa la sacrieuse s'enfermer sans réagir, ne comprenant que trop bien ce qui avait bien lui traverser l'esprit. Toujours impassible, statue mouvante sans vie, il laissa Sheza le déplacer... et le congédier pour rester seule avec Atharaxya... ou plutôt avec sa porte. D'un pas pesant il descendit doucement l'escalier qu'il avait eu tant de peine à monter plus tôt dans la soirée.

Depuis, laissé à l'abandon par les derniers chevaliers traînant dans le coin, le feu s'était tu, cessant d'offrir ses braises lumineuses à la pièce. La lune, seule, s'était dévouée à cette noble tâche, et, dans cette semi pénombre permettait au félin de poser des pas presque assurés. En haut, ses oreilles en frémissaient dans l'air du soir, Sheza tentait de résonner, de parler, avec Atha, Belomen ne douta pas un seul instant du côté vain de cette attitude. Une main sur le comptoir, perdu dans ses pensées, il resta un long moment pensif sur les derniers événements. Finalement, sa présence attirait tant de rancœurs, remuait tant de sentiments aussi forts que contradictoires que...


- … Ma disparition n'est peut-être pas, sa voix se cassa légèrement, une si mauvaise chose...

Les derniers mots ne furent que murmures, échos d'une prise de conscience fragile et douloureuse d'une réalité bien étrange où le bien n'est récompensé que de maux et où le mal triomphe. Il rouvrit les yeux soudain, troublé par la quiétude des lieux, par ce silence, à la fois reposant et pensant qui s'était abattu sur les quartiers de l'Ordre, sur la petite taverne toute entière en fait. Intrigué, et la fatigue étant, un peu, passée, il remonta en catimini, usant de tous ses talents de félins pour ne pas faire craquer la moindre planche, et trouva... Sheza, endormie au pied de la porte. Malgré la situation il lui fut bien difficile de réprimer un sourire attendri, il n'y parvint pas d'ailleurs et, restant silencieux, prit quelques instants pour la regarder dormir.

Après un soupir léger, imperceptible, il dépassa la jeune femme et, du bout de pied, vérifia si sa porte était bien restée entrouverte. Revenant vers elle, il se pencha et, délicatement, la souleva dans ses bras pourtant affaiblis, elle s'agita dans son sommeil, prenant même un air délicieusement boudeur, il le devinait dans l'ombre. Réfrénant un petit rire, il déposa un baiser sur le front de la jeune femme tandis qu'il franchissait le seuil de sa chambre tout doucement, prenant garde au moindre choc pouvant la réveiller tout à fait.


- C'était très gentil de ta part Sheza, rien de plus qu'un murmure, las je crois que c'est une fois encore à moi de régler ce petit malentendu...

La déposant doucement sur les draps, un brin rougissant tout de même de se retrouver ainsi dans sa chambre une nouvelle fois après la peine qu'il avait eu à en partir, il remarqua qu'elle tenait toujours serrée contre elle la peluche d'ecaflip appartenant à Atharaxya. Nouveau sourire, nouvelle vague de tendresse, doucement il tira sur la peluche, la remplaçant par un coussin tout aussi doux. Aussitôt, se retournant sur elle même, l'édredon contre elle, Sheza sembla se réveiller, le laissant interdit. Elle murmura un mot, qu'il ne comprit pas. S'asseyant sur le bord du lit, il lui caressa les cheveux lentement, se voulant apaisant.

- Dors bien toi... demain sera une journée..., vague ombre de tristesse dans son regard, … vraiment particulière...

Pour la deuxième fois, s'attardant un peu plus en son geste, il se pencha pour embrasser le front de la jeune femme. Il était temps de réparer le mal commis ce soir... il ne pouvait s'attarder plus encore en ce lieu... et... cela avait été une dernière rencontre des plus agréables. Se levant il vint déposer son paquet de cartes fétiche sur une petite table proche, espérant qu'elle le trouverait au lendemain puis il se dirigea vers l'entrée. Ce n'est que dehors, une main sur la porte qu'il jeta un dernier regard à Sheza.

- Cela aura été un rare plaisir que d'avoir fait ta connaissance petite princesse...

Sourire, un dernier, et il ferma la porte, la peluche à la main, les sourcils froncés.

- Je doute quelque peu d'être en état de faire ça m'enfin..., il se passa la main dans les cheveux, comme pour exorciser la fatigue l'habitant, … pas trop le choix...

Quelques instants plus tard, sa cape battant au vent contre lui au rythme saccadé des bourrasques marines, il se trouvait dehors, le bâtiment de l'Ordre face à lui. Il marqua une pause, quelques instants, pensif.

- Dire que j'en viens à encore faire ce genre de choses... la veille de mon départ..., il eut un petit rire, vraiment... il ne faut pas vouloir avoir de regrets...

L'image d'Atharaxya lui apparu, et il grinça des dents.

- … de regrets vraiment ?, il secoua la tête, un petit rictus sur les lèvres, tu fais ça pour elle... et pour elle uniquement...

Et finalement est-ce que cela importait vraiment ? Pour elle, pour lui même, pour le diable s'il le voulait ! Il avait envie de le faire, les raisons n'avaient aucune importance. Se concentrant, les yeux fermés, il prit une profonde inspiration... puis s'élança en courant. Sa foulée était rapide, une course presque limpide, et, se repliant sur lui même, il jeta tout son corps en avant jusqu'à saisir du bout de la patte le bord du toit d'une demeure voisine. Avec un petit gémissement, il parvint à se rétablir, grimpant doucement sur le rebord, un léger goût de sang au fond de la bouche. Il toussa légèrement et, regardant sa fourrure souillée, constata, cette fois, qu'il ne s'agissait en rien d'une illusion.

- Ma foi oui, il fallait vraiment en vouloir... tu es bien usé mon pauvre ami... bien usé...

Pourtant le temps lui était compté, chaque seconde un peu plus, et son corps, aux limites déjà depuis longtemps dépassée, ne cessait de le lui rappeler, envoyant signal après signal comme autant d'appels de détresse. D'un nouveau bond, tout aussi douloureux, il se retrouva sur le toit de la taverne, petit instant de réflexion, où se situait la lucarne de sa chambre... il hésita, fit deux fois le tour de lui même sur la corniche de tuiles, et se décida finalement, sa mémoire lui étant revenue en même temps que son sens de l'orientation. Au bord du toit, la tête penchée, il apercevait la petite lucarne éclairant ses quartiers, actuellement occupés par Atharaxya. Petite moue, là encore ça n'allait pas être une partie de plaisir. Il se pencha un peu plus.

- Comment parvenir à..., sa patte arrière gauche glissa, le muscle lâchant subitement sous la fatigue, mettant fin à cette réflexion des plus prudentes, … mais merde !

C'est plus par réflexe que par sa propre volonté que sa patte droite agrippa au passage le bord en pierre de la petite fenêtre. L'ecaflip, subissant son propre poids, vint s'écraser sur la paroi avec un gémissement à peine étouffé, il remarqua néanmoins avec satisfaction que malgré la douleur et la force de l'impact la peluche n'avait rien. Une constatation qui aurait pu paraître des plus ridicules... mais qui, dans le contexte présent, était des plus précieuses. Presque sur un bras uniquement, et pour la seconde fois malgré ses côtes désormais douloureuses, Belomen parvint à se hisser sur le petit promontoire de pierre bordant la fenêtre. Il en avait lui même choisi les verres, fumés, et savait parfaitement qu'il lui serait impossible de voir à travers. Quand à vouloir casser la vitre...

- … elle doit déjà assez m'en vouloir... pour que je ne rajoute pas la peur à tout ça...

Il ne manquerait plus en effet qu'une impression d'agression aux couleurs de ce tableau des horreurs pour le rendre parfaitement odieux. Belomen soupira à nouveau, provoquant une nouvelle quinte de toux.

- Bon..., il tendit sa patte valide, encore une fois... espérons qu'elle ne dorme pas... ou du moins pas encore...

Et, tout doucement, comme le ferait un oiseau, il tapota sur la vitre d'une griffe sortie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Jeu 17 Sep - 2:02

Les premiers et violents effets de la colère et de la déception s’étant peu à peu estompés, Atharaxya s’était levée et avait commencé à faire les cent pas au centre de la pièce. La confusion avait repris ses droits dans l’esprit de la jeune femme, la poussant à se poser des centaines de questions, auxquelles elle n’aurait probablement jamais de réponse. A quoi bon chercher à connaître la vérité, elle en souffrirait probablement encore plus. Cependant, une chose était claire pour elle : il fallait qu’elle parte. Elle était déjà restée trop longtemps dans cette taverne, côtoyé les chevaliers bien trop longuement. L’air pur de l’arbre Hakam lui manquait, elle avait besoin de retrouver la quiétude de sa petite maison. Mais comment ? Belo et Sheza étaient probablement encore derrière la porte, et de toutes façons il lui serait impossible de traverser le couloir sans se faire remarquer. Impossible de ruser par une potion non plus. Elle était décidément coincée ici, condamnée à attendre le lever du jour pour partir, et probablement croiser l’un ou l’autre… Ou même les deux, tendrement enlacés…

A cette pensée, la Sacrieuse frissonna et prit peu à peu conscience de l’effroyable mal de tête qui l’assaillait. Une fois de plus, son corps lui rappelait qu’il était temps pour elle de prendre un peu de repos. Mais comment dormir alors qu’une nouvelle souche venait de s’ajouter au fardeau déjà bien lourd qu’elle portait ? Montagne de déceptions, terril d’espoirs vains, entassement de rêves piétinés, son quotidien n’était que regrets et amertume, et cette soirée n’était, au final, qu’une soirée comme les autres…

Tandis qu’elle effectuait son énième aller-retour dans la pièce, le regard d’Atharaxya se posa sur Tuin, ou du moins ce qui restait visible lorsque la créature dormait : une carapace couverte de trous et craquelures, témoins du traitement qu’elle avait subi durant toutes ces années passées à combattre auprès de sa maîtresse. La jeune femme eut un sourire désabusé ; peut-être méritait-elle tout ce qui lui arrivait. Elle était incapable de s’occuper correctement d’un être aussi précieux que l’était Tuin à ses yeux. Incapable de ne pas oublier sur le sol poussiéreux d’une taverne l’objet auquel elle tenait le plus. Incapable de se contenter de ce que la vie lui donnait… Il était donc normal qu’on le lui reprenne. Normal que, face à son antipathie, les gens se détournent d’elle, finissent par se lasser d’essayer de l’apprivoiser. Normal que Belomen soit plus sensible aux charmes de la fraîche et souriante Sheza, qu’à elle, être fantomatique au teint blafard et à l’âme éternellement sombre. Sans même parler de charme, la jeune disciple d’Osamodas était indubitablement plus intéressante qu’elle. Et plus hardie. Elle, au moins, avait osé formuler clairement sa volonté d’intégrer l’Ordre. Alors qu’elle n’avait été capable que de pitoyables bafouillages. Elle avait eu sa chance, et l’avait jetée par la…


Fenêtre… Atharaxya fut tirée de ses pensées par un tapotement sur la lucarne. Elle s’approcha et poussa le battant, laissant la lumière de la Lune révéler sa peau d’albâtre et ses yeux rougis.

- Qu’est-ce que…

Eblouie par une clarté relative mais soudaine, elle eut peine à retrouver l’usage de ses yeux. Puis elle distingua une silhouette, repliée sur elle-même, tenant sur le rebord de la fenêtre par un quelconque miracle. Ou un sens de l’équilibre particulièrement développé... Comme celui d’un félin. Le sang de la jeune femme ne fit qu’un tour. Il se tenait là, prêt à glisser à tout moment de son perchoir instable. Sans réfléchir, elle saisit son bras et le tira vers l’intérieur, le mettant dans une sécurité certes incertaine – quelques secondes auparavant, elle avait pensé à l’étrangler – mais plus importante que lorsqu’il était perché au-dessus du vide. Sous l’effet de son propre poids et de celui de Belomen, dont le corps amorphe semblait peser une tonne, elle bascula légèrement en arrière, se rattrapant de justesse sur sa jambe, leur évitant à tous les deux une vilaine chute sur le parquet. Passant le bras de l’Ecaflip par-dessus son épaule, elle le porta jusqu’au matelas et le posa aussi délicatement que possible. Lorsqu’elle le bascula sur le dos, elle vit qu’il tenait, au creux du bras qu’il avait gardé replié contre lui, une miniature d’Ecaflip. Sa peluche…

Les joues de la jeune femme rougirent à nouveau, et l’embarras qui l’envahissait chaque fois qu’elle se trouvait en sa présence fit son grand retour. Comment avait-elle pu ne serait-ce que penser à le haïr ? Quand bien même il était imparfait… Il était venu la retrouver, bravant le vent glacial de la nuit, se livrant à des exercices d’équilibriste qu’il n’était, selon toute vraisemblance, plus en état de réussir. Il ne l’avait pas laissée seule… Une fois de plus, elle avait jugé trop vite. S’était emportée sans réfléchir… Et il semblait en pâtir. Il semblait si affaibli, si…

La fureur s’était totalement dissipée, et Atharaxya posait sur lui un regard où se mêlaient attendrissement, culpabilité et inquiétude. Cette dernière prit le dessus lorsque, serrant la patte de l’Ecaflip dans ses mains, elle y perçut une traînée rouge vif.

- Belo… Qu’as-tu fait… ?


Les larmes troublant sa vue, elle continua à observer le visage impassible de Belomen, dont les yeux restaient désespérément clos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Jeu 17 Sep - 14:27

Cookies s'était réveillé depuis, il posa une patte sur le petit corps endormi de son amie qui poussa un petit couinement et ne fit que lui tourner le dos, les yeux toujours clos. Le Léopardo afficha une mine ennuyée et sauta du coussin sur lequel sa maîtresse l'avait tendrement posé auparavant.

Il s'étira, bâilla, se lécha les pattes puis s'assit, son regard se dirigea alors vers l'Osamodas, allongée sur son lit. Il resta longtemps là, à la fixer, à l'entendre étouffer des mots ; elle semblait avoir du mal. Cela avait fini par attrister le petit être, qui, doucement, se dirigea vers elle, s'accrocha aux draps pour s'approcher. Il se mit en boule contre elle, et du regard, observait la salle : qui sait ce qui lui passait par la tête, à quoi il pouvait bien penser. Puis il plissa ses yeux, remarquant une forme étrangère sur une table non-loin. Il frotta sa tête contre celle de la jeune femme et alla voir ce qu'était cette chose. Sautant sur le rebord du lit, allant s'aggriper à un autre meuble, il finit par attérir sur la table ronde. Tout d'abord, l'air curieux, la truffe en avant, il renifla bruyamment l'objet. Il fit un bon en arrière, cligna des yeux. Il avait bien reconnu l'odeur. Cookies s'avança doucement vers le jeu de cartes, le saisit par les dents, et alla se blottir contre sa maîtresse une nouvelle fois. Il déposa le paquet sur l'oreiller de Sheza, qui avait, en fait, ouvert les yeux.


- Rawhr... ?

Elle posa une main sur ses yeux et poussa un long soupir, avant de se rendre compte qu'elle était... dans sa chambre. Affolée, elle bondit hors du lit, courut jusqu'à sa porte et essaya de sortir de là. Dans le couloir, elle se tourna vers la porte de Belo : plus de peluche.
Sheza esquissa un petit sourire, peut-être qu'Atharaxya l'avait récupérée... peut-être... pas ?
La jeune femme se passa une main dans les cheveux, rejoigna sa chambre où un petit Cookies l'attendait, juste devant le seuil de la porte, un jeu de carte en dessous d'une patte. Elle l'observa, et son regard s'arrêta sur le présent.


- Oh...

Elle se pencha, Cookies poussa l'objet à l'aide de sa truffe, et Sheza le saisit dans les mains.

- Belo...

Tendant les bras, les cartes encore dans une main, le Léopardo se laissa porter par sa maîtresse, qui se dirigea vers la fenêtre. Elle s'assit au bord de celle-ci, quand un bruit sourd la fit sursauter, feignant de tomber de là. Ses oreilles s'agitaient, et le bruit venait de la chambre voisine. Puis silence... Mais elle n'avait pas quitté la fenêtre des yeux.

Et quelques instants plus tard...

Encore un autre coup.

Que pouvait-il bien se passer ? Que faisait Atharaxya ?


- Mais qu'est-ce qu...

Elle baissa ses jambes jusqu'à frôler le bord en pierre en dessous de sa fenêtre, elle y posa ensuite son deuxième pied, s'aidant d'une main tout de même pour s'aggriper à la fenêtre et prendre le temps de réveiller son "sens" de l'équilibre. Une main dans le vide, la queue essayant de trouver sa place, à savoir aider la jeune femme à se tenir debout sur le bord. Sur la pointe des pieds, elle fit le premier pas, Cookies la suivait du regard sans essayer de la retenir : il était, en fait, l'une des seules de ses créatures qui savait que peu importaient les conséquences, quand Sheza voulait quelque chose, il ne fallait pas essayer de la persuader du contraire. Alors, retenant son sens de la protection envers celle qui prenait soin de lui, il la suivit du regard, tendu tout de même.
Poursuivant sa route sur la pointe des pieds, une main sur le mur, elle finit par frôler des doigts le rebord de la fenêtre de Belomen. Et à cet instant précis, elle s'arrêta ; baissant son regard, un sourire curieux aux lèvres, elle chuchota :


- Si quelqu'un me voyait par-là, il me prendrait certainement pour une folle... relevant sa tête et chassant les mèches lui cachant le visage en arrière. Mais qu'est-ce qu'une jeune femme habillée de cette façon fait sur un toit ?

Elle poussa un petit soupir, amusée. Puis serra sa main sur sa prise et s'avança. Brutalement, elle saisit de l'autre main le rebord. Elle constata que... La fenêtre était déjà ouverte. Sur le moment, elle ne sut pas si elle devait y jeter un coup d'oeil... Mais...


- Belo… Qu’as-tu fait… ?

Un frisson lui caressa le corps, et, instinctivement, elle posa une main le jeu de cartes, et le serra très fort...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Ven 18 Sep - 0:43

Quelques minutes s’écoulèrent ainsi, dans un silence des plus pesants. Atharaxya avait les yeux rivés sur le visage de Belomen, guettant le moindre mouvement sur ses traits inertes. Seuls quelques froncements de sourcils l’assuraient qu’une lueur de vie habitait encore le corps étendu auprès d’elle. Il était inconscient, tourmenté, mais en vie…

Une bourrasque de vent s’engouffra à travers la fenêtre restée entrouverte, faisant s’envoler quelques as de pique qui étaient éparpillés sur le sol. La jeune femme se leva, lâchant presque avec regrets la patte souillée de l’Ecaflip qu’elle serrait toujours au creux de ses mains. Elle fit quelques pas jusqu’à la fenêtre et frissonna, tant sous l’effet du vent frais de la nuit que sous celui des émotions qui se bousculaient dans son esprit.

- Il va attraper mal si je laisse la fenêtre ouverte… Déjà qu’il n’est pas au mieux de sa forme…

S’apprêtant à la refermer, Atharaxya aperçut une petite forme sur le rebord en bois. Une main. Elle s’approcha encore et suivit du regard le bras auquel était rattaché cette main, puis distingua la silhouette de celle à qui appartenait ce bras.

- Sheza…

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la Sacrieuse. Même en pleine nuit, les yeux encore pleins de sommeil, les cheveux ébouriffés, en équilibre instable à quelques mètres du sol, elle était incroyablement belle et attendrissante. Prenant conscience de sa propre apparence, qui devait être pour le moins effrayante, Atharaxya passa rapidement ses mains sur son visage, essuyant les sillons brillants que ses larmes y avaient creusé. La pâle lumière de la lune se chargerait de cacher les autres traces de ses pleurs. Visiblement concentrée sur son équilibre précaire, la jeune disciple d’Osamodas ne l’avait pas entendue. Atharaxya en profita pour reprendre un tant soit peu de contenance.

- Sheza chérie, mais… Qu’est-ce que tu peux bien faire sur le toit à une heure pareille ?

Surprise par la voix, l’Osamodette manqua de tomber et, après avoir retrouvé un tant soit peu de stabilité, adressa à la Sacrieuse un regard où hébétude et inquiétude semblaient, une fois n’est pas coutume, faire bon ménage

- Mmmh… Petite crise de somnambulisme ? Ou un besoin de te sentir Ecaflip, peut-être ?
- Je... Belo... Atha... La peluche... bafouilla-t-elle.

Atharaxya fut subitement prise de doutes. Que répondre ? Fallait-elle qu’elle informe Sheza de l’état de Belomen ? Ce dernier l’avait assurée qu’il n’y avait pas de raison de s’alarmer, était-il nécessaire de l’inquiéter, peut-être pour rien ? La disciple d’Osamodas semblait, elle aussi, éreintée, mieux valait ne pas ajouter un poids sur ses épaules ; le jour se lèverait bien assez tôt…

- Belo va… bien. Il m’a effectivement rapporté la peluche, tu n’as aucune raison de t’inquiéter. Allez, file dormir, tu m’as l’air fatiguée. En plus, j’entends Cookies qui couine à côté, il t’attend.

La jeune femme se força à sourire, se voulant rassurante, et surtout… convaincante. Après quelques secondes d’hésitation, Sheza fit demi-tour et, à pas de fourmis, retourna vers la fenêtre de sa chambre. Atharaxya referma la fenêtre et poussa un long soupir, mêlé de soulagement et de culpabilité. Elle venait de mentir à son amie… Pour quelles raisons au juste ? Ne pas l’inquiéter, ou… rester seule avec Belomen ?

Ce dernier s’agita à nouveau dans son sommeil, marmonnant des mots incompréhensibles. Atharaxya se hâta de retourner à ses côtés et, reprenant sa main dans la sienne, passant l'autre sur son front en une légère caresse, murmura quelques mots.


- Ca va aller Belo, je suis là…

Et lui, combien de temps serait-il encore là… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Ven 18 Sep - 2:47

L'effort de trop, c'est sans doute ainsi que son père aurait appelé cette escapade nocturne sur les toits de Madrestam, l'effort de trop d'un corps fatigué, usé. L'effort de trop pour une conscience déjà bien trop affaiblie, rendue friable par les dernières heures, par cette tension, ce compte à rebours s'égrenant inévitablement... rendue insupportable, aussi et surtout, par cette certitude de devoir se séparer bientôt d'êtres si chéris. Aussi, et après avoir atteint de son mieux mais avec bien du mal la fenêtre de sa propre chambre, son enveloppe charnelle n'avait pas supporté la perspective proche, inéluctable, d'une nouvelle crise... et il s'y était évanoui, roulé sur lui même, le dos offert au vent du soir. Lui qui avait toujours rêvé d'une fenêtre parfaitement opaque à la lumière, même lunaire, offrait de son corps inconscient le plus parfait des rideaux. Corps et esprit, tous avaient rejoint d'un commun accord et sans se faire prier l'obscurité la plus profonde. Nuit sur la chair, nuit sur l'âme.

Drôle de monde que celui de l'inconscient... enfin si drôle est bien le terme qu'on pouvait lui accoler. Ce fut la première constatation que se fit l'ecaflip en arrivant dans cet espace immense, infini, aux frontières sans horizon. Et d'un blanc... éclatant, presque aveuglant malgré l'absence de sources de lumière, tout étant clarté, tout étant pureté.


Tout ? Vraiment ?

L'avatar astral du félin cligna des yeux avant de les froncer, ses pupilles se dilatant légèrement. Loin, à une distance difficile à fixer, surtout en ce monde, un seul et unique point noir, tâche presque invisible sur ce ciel absolu.

Hu ?

Vraiment particulier ce monde, l'ecaflip tapa ses côtés à la recherche d'un paquet de cartes pour débuter une patience... en vain. Il remarqua à cet instant précis, sans que cela ne le gêne outre mesure, qu'en ce monde, ma foi, il était nu. Petit moment de perplexité, s'il était effectivement au cœur de son inconscient... était-ce la façon dont il se représentait ? Aussi simplement ? Sans le moindre artifice ? Quelque part c'était décevant.

Surtout que pour le coup... Je risque vraiment de m'ennuyer...

Une voix le fit sursauter, ou, plutôt, l'aurait-fait sursauter s'il avait eu un corps véritable.

- Si tu t'ennuies à c'point, tu peux toujours m'causer hein ?

Belomen remarqua avec une certaine forme de satisfaction intérieure que sa voix, elle, n'avait pas changé et qu'il pouvait, encore, lui donner le ton voulu.

- Tiens Below... Tu visites les environs ? Cela te plaît ? Tu envisages de t'y installer ?

Son sombre vis à vis se contenta d'un rictus des plus sardoniques.

- Je hante ce lieu d'puis que j'existe le pâlot. Et toi... t'envisages d'te fringuer un jour ?

L'ecaflip à la fourrure blanche, précisons au lecteur attentif que le moment était bien choisi pour vérifier l'entière vérité de ce fait, remarque à ce moment précis que, puisque Below en faisait la remarque, il était effectivement vrai que ce dernier était habillé. Nouveau sourire.

- Peut-être... entre temps, désolé de ne pas connaître les us et coutumes de l'endroit... je suis nouveau.

Belomen cligna des yeux à nouveau, au loin le point d'ombre semblait plus gros, gagnant lentement mais surement en consistance... et en volume.

- C'est quoi ça ?, il désigna de la tête la tâche croissante, Une porte ?

Below n'eut pas besoin de se retourner pour avoir un petit rire, de ceux qui vous agacent, irritant à souhait.

- Ça l'poilu... c'est ta nouvelle maison... Tu m'as obligé à être la part d'ombre de ton univers... j'vais t'forcer à être la part de lumière du mien.

L'avatar astral de Belomen haussa un sourcil interrogateur et, comme dans une salle de classe, leva le bras.

- Chuis obligé ?, un fatalisme ironique dans sa voix, c'est que tu vois... j'ai un peu la phobie du noir... depuis que j'ai croisé un ecaflip sentant le crottin... j'ai bien du mal à supporter cette couleur...

L'ecaflip noir haussa les épaules.

- Le pacte est le pacte... tu dois bien l'savoir Belo..., il tapa dans ses mains, bon voyage.

Pour expliquer l'événement qui suivit il serait sans doute plus aisé de parler de sensations plutôt que la vision même des choses, les sens, nous le savons, peuvent se tromper, la vue étant la plus apte à être corrompue par les événements extérieurs, chaleurs, distances, tailles, vitesses... et surtout en ce monde aux lois sans doute aussi étranges que ses habitants, il semblerait fort peu crédible de s'attarder sur une description des plus subjectives. Néanmoins, je crois que nous pouvons comparer ça aux fantasques mais néanmoins véridiques sensations des pêcheurs de Madrestam, qui, voguant plein d'allégresse aux abords de l'île de Moon ou d'Otomaï, avaient eu l'occasion, surprenante, de faire connaissance avec un Kralamour géant. L'impression, perturbante, d'aspiration violente, décoiffant même pour ceux ayant des cheveux jusqu'à faire une visite accélérée du système digestif du poulpe géant, était en de nombreux points semblable à celle ressentie alors par l'esprit de Belomen. Le suc gastrique en moins bien entendu.

Quoi qu'il en soit, ce monde si blanc, si ennuyeusement beau, si ennuyeusement pur... l'ecaflip s'en trouva aspiré, comme on balaye une mèche sur son visage, d'un souffle impétueux. Pour finir par se retrouver, facétie de Below peut-être, en un monde aussi noir et sombre que la fourrure de son Némésis ecaflip. Aussitôt un froid intense, glacial, frappa l'esprit de Belomen de plein fouet. Étrange idée de se dire que son âme peut être sensible à la température du lieu, si tant est que la fraicheur environnante n'était pas qu'une hallucination, une élucubration supplémentaire de sa conscience, il faut l'avouer, pour le moins perturbée. Nous le serions pour moins.

Quoi qu'il en soit, sans qu'il puisse réellement contrôler ce changement, son avatar se replia lentement sur lui même, semblant vouloir s'endormir malgré les injonctions angoissées que lui envoyait Belomen. Impossible de reprendre le contrôle, impossible de le faire se déplacer, le froid était trop présent, ce monde n'était que ténèbres, écrasant par leurs massives présences la faible entité lumineuse que représentait son âme. Il voulu crier, en vain, cette réalité n'était pas la sienne. Avant que le froid n'atteigne totalement sa conscience, il comprit en un éclair le ressenti de Below, lui aussi en un monde pour le moins hostile, et le courage qu'il avait fallu à l'ecaflip noir pour rester en vie. Puis plus rien. Lui même n'était plus.


BOUM



BOUM



BOUM

… ?

BOUM

Un éclair furtif alluma la conscience endormie de Belomen, bien vite disparu.

BOUM

Un nouvel éclair, source infime de chaleur.

BOUM

Encore un, l'ecaflip tenta de concentrer son esprit sur cette étrange sensation, sur cette étrange perception.

BOUM

Avec toutes les ressources dont son esprit était capable, le jetant en avant comme si ce dernier pouvait posséder des bras, Belomen s'accrocha à ce bruit, à cette source lointaine de chaleur de toutes ses forces, comme à une chance éphémère et unique.

BOUM

Une soif impérieuse, un besoin incroyable de se rapprocher, fouillant l'obscurité de sa conscience désormais éveillée, il reprenait la possession de ses maigres moyens, cette chaleur lui redonnant l'énergie nécessaire, même précaire, pour lutter contre l'engourdissement de son esprit, pour rester éveillé coûte que coûte.

BOUM !

Le bruit était plus présent, un battement de cœur, le sien ? Sans doute. Un autre ? Peut-être... Était-ce Atharaxya ? Était-ce Sheza ? Qui que ce soit la chaleur se faisait plus présente à chaque instant, reprenant le pouvoir, chassant l'ombre de son corps astral, lui rendant cette lumière perdue dans les ténèbres. Sa recherche se fit plus désordonnée encore, presque frénétique, la trouver lui sembla, avec une évidence, une acuité, douloureuse, sa seule chance de survie.

BOUM !!

Puis elle fut là, brûlante, vivifiante, vibrant face à lui en une source rougeoyante de vitalité. Sans la moindre once d'hésitation Belomen se noya en elle, l'étreignant de tout son cœur, de tout son esprit, se perdant avec une exaltation, avec un soulagement proche de la jouissance la plus absolue. Il était désormais au cœur même du bruit, au cœur même de cette vie qu'il sentait être étrangère à la sienne, au cœur même de ce complément si nécessaire à sa propre existence. Il se laissa porter, bercer, choyer par cette sensation de béatitude, d'extase, nageant dans ses sensations retrouvées. La chaleur, elle, continuait de se propager en lui, de prendre des ressources en un ailleurs qu'il ne connaissait pas pour le ressourcer entièrement, encore et toujours plus violente dans ses intrusions. Un autre bruit se rajouta bientôt au premier, irrégulier, lui aussi de plus en plus... impérieusement présent.

Mon propre cœur ?

C'était lui même en effet, battant en un rythme étrange, à chaque instant renouvelé, à chaque instant accéléré, était-ce son propre corps qui se réveillait ainsi sous la présence d'autrui ? Sous l'impulsion de cette personne inconnue ? Il n'aurait su le dire, emporté, ravagé avec délice par cette chaleur immodérée qui l'inondait en un torrent violent, incontrôlable. Ses propres limites vinrent le percuter avec brutalité, l'arrachant à sa torpeur, à ce cocon dans lequel il s'était installé avec une complaisance insolente. Ce mélange subtil, enivrant, de plaisir et de vitalité étroitement liés le rejetèrent en son corps, le ramenant à la douleur de l'existence, à la perception de ses cinq sens, à la réalité. Ses yeux s'ouvrirent soudainement, plongeant aussitôt dans deux miroirs nacrés, sa bouche s'entrouvrit pour parler, se mêlant involontairement plus encore à celle de la sacrieuse d'albâtre.

- … reste...

Pourquoi ce mot ? Pourquoi diable ce fichu premier mot !? Sa voix, malgré sa panique intérieure, semblait presque normal, il remarqua alors qu'il avait la patte enfouie dans l'abondante chevelure turquoise de la jeune femme, l'autre enserrant sa taille avec force... avec passion ? Avec un frisson il décida nerveusement de garder son regard braqué dans celui d'Atharaxya, refusant de savoir ce qu'il pourrait découvrir en aval de cette déjà bien troublante vision. Que diable s'était-il passé ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Ven 18 Sep - 7:00

Le soleil doux d’une tiède après-midi d’été. Le vent chargé d’embruns caressant son visage. Des bâtiments presque en ruines, vestiges d’une époque révolue dont seuls les grimoires gardaient la mémoire, surgissant du fond des mers. L’air fleure bon l’iode, les algues, des fleurs dansent nonchalamment dans les airs, arraché de leurs arbres par le vent et portées par quelque force invisible, surnaturelle. Et ce rire. Celui d’un enfant. Quel âge peut-il bien avoir ? Quatre ? Cinq ans ? Quelques mèches turquoises s’échappent de son béret carmin. Il court joyeusement le long de la digue, effrayant des pious qui picoraient sereinement quelques graines échappées des poches de quelques aventuriers pressés d’embarquer pour l’île d’Otomaï.

- Regarde comment j’suis fort !

Brandissant une épée en bois, il pourfend des ennemis imaginaires, repousse l’assaut de forces du mal sur un petit village perdu au fin fond d’Amakna, devenant le valeureux chevalier, idole de tous ceux dont il avait sauvé la vie en mettant en péril la sienne. Il est fier comme un roi, un large sourire éclairant son visage poupin.

Puis tout devient flou, s’estompe petit à petit. Le vent cesse, le ciel s’assombrit. Elle voudrait rester, mais est comme engloutie en arrière, ridicule pantin impuissant face aux mains qui le tire de cette scène idyllique. Les rires se transforment en suppliques.

- Nan, pars pas ! Pas maintenant ! Je veux pas que tu partes ! Maman…

... reste…

Atharaxya ouvrit péniblement les yeux. L’environnement oscilla quelques instants avant de recouvrer un tant soit peu de netteté, si obscure soit-elle. La tiédeur orangée du soleil avait cédé la place aux ténèbres de la nuit. Où était-elle ? Les alentours lui semblaient à la fois familiers et inconnus. Que s’était-il passé ? Sa tête lui faisait un mal de chien. Ou du moins en avait-elle l’impression. La jeune femme tenta de retrouver ses esprits. En réalité, tout n’était que douceur autour d’elle. Douceur et chaleur. La nuit était pourtant si froide, d’où venait cette tiédeur à la fois agréable et mystérieuse ? Elle crut sentir une légère caresse dans ses cheveux. Les vestiges de ce rêve ? Possible. Puis une étreinte autour de sa taille. Un autre mauvais tour de ses sens ? Tout lui semblait nouveau, mais elle avait également l’impression d’avoir toujours vécu dans cette alcôve, ce cocon de blancheur immaculée où volupté, suavité et dilection se mêlaient en une harmonie infinie. Cette douceur, cette blancheur… Du coton ? Du velours ? Et cette tiédeur, cette étreinte… Ces lieux… Cette odeur… Cette voix… La conscience d’Atharaxya émergea enfin, et elle tourna la tête, incapable de se libérer de l’étreinte qui la clouait sur place. Et son regard croisa deux rubis, dont elle ne put se détourner.

- Be… Belo… ?

L’Ecaflip continuait de la fixer d’un regard où se mêlaient tendresse, stupéfaction et, peut-être, une once d’embarras. L’embarras, c’est tout ce que ressentit Atharaxya en cet instant. Selon toute vraisemblance, elle s’était endormie près de Belomen, et se réveillait étroitement enlacée contre lui… Sentant ses joues, ses oreilles, chaque parcelle de peau visible devenir écarlate, elle tenta de briser le silence qui, malgré la magie du moment, ne tarderait pas à devenir embarrassant. Esquissant un sourire timide, elle balbutia :

- Con… Contente de te voir de retour parmi nous…

Contente ? Heureuse ? Doux euphémismes ! C’était une joie sans nom qui envahissait la jeune femme, soulagée de le voir toujours en vie, enchantée, non, comblée, et à la fois perplexe de se retrouver aussi proche de lui. Une partie d’elle lui hurlait de se dégager au plus vite de l’enlacement auquel elle s’était laissée prendre, tandis qu’une autre la paralysait, l’empêchait de bouger le moindre sourcil, et la laissait se noyer dans la mer écarlate qui avait saisi son regard et une partie de son cœur.

Cependant, une question demeurait entière : comment était-elle arrivée là, et surtout… Qu’avait-il bien pu se passer… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Ven 18 Sep - 21:07

Il avait fallu de longues minutes à Belomen pour apaiser la tension, cette dualité omniprésente, qu'il parvenait sans mal à lire dans le regard de la sacrieuse. Lui même, faisant fi des actes ayant pu se produire auparavant quand l'inconscience était seule maîtresse de son corps, n'avait pas relâché l'étreinte, désireux en son âme et cœur de montrer à la jeune femme l'attachement sincère qu'il avait pour elle. Oh... certes elle n'en était que plus attirante, plus affolante même, et leurs corps ainsi liés par la nuit ne rendaient cette vérité que plus présente, il lui était impossible de se le nier quand même son corps offrait de cela des preuves concrètes. Pourtant, et il pu le constater avec une satisfaction non feinte, il parvenait à dominer ce langage corporel pour rester fidèle à cette image de lui même qu'il souhaitait construire, se construire... pour rester sage, immobile et tendre.

D'une patte, jouant avec les cheveux de la jeune femme, il continuait à la regarder, souriant désormais calmement, en un moment d'apaisement qu'elle semblait partager, du moins en apparence. Depuis qu'elle s'était réveillée, Mystra merci elle ne semblait pas se souvenir de ce baiser furtif survenu quelques secondes plus tôt, elle n'avait presque pas bougé, ses yeux plantés dans les sien, silencieuse. Ni l'un ni l'autre n'avait osé avoir le courage de rompre ce lien étrange, cette communion silencieuse entre la nacre et le rubis, regards de roche certes... mais les cœurs eux ne sont pas de pierre. Ils étouffèrent tous deux un rire tandis que Belomen retirait, perplexe, ses doigts emmêlés dans la chevelure dense et désormais désordonnée d'Atharaxya. Avec une petite moue d'excuse qui la fit sourire il eut juste ce murmure.


- … hum... désolé ?

L'air à la fois amusé et perdu qu'elle donna aux traits de son visage alors faillit battre en brèche les résolutions de l'ecaflip. Avec un petit soupir il la serra plus fort contre lui et, relevant légèrement le buste, déposa un baiser au cœur des cheveux si longuement caressés. Son regard se perdit légèrement vers la lucarne, certes les ténèbres étaient encore maîtresses des terres d'Incarnam mais... l'heure était proche où l'aube poindrait à l'horizon et où un nouveau jour se lèverait sur la contrée. Son dernier jour... Sa patte s'arrêta dans ses caresses et il eut un soupir. Il allait devoir y aller, se lever et reprendre la route. Belomen eut un autre sourire, tel avait été le destin de tous les caravaniers du silence. Vodkazawa, Khaalya, Odhana, Ergodyne, Coko... Leekhan serait sans doute à son tour un jour poussé à prendre le large. C'était son tour, chacun avait eu ses raisons en son temps, les siennes lui étaient propres, admises, acceptées depuis le début de ce pacte.

S'appuyant sur son coude, faisant glisser Atharaxya désormais assoupie vers le creux de son bras... avant de la reposer avec une tendresse infinie bien au chaud dans la couronne du Wa Wabbit. Son sommeil semblait paisible même si ses paupières, parfois, étaient prises d'un petit frémissement. Belomen se dégagea tout doucement, se séparant à regrets mais par obligation de l'étreinte si douce que la nuit lui avait offert. Sur un coffre posé au sol dans un coin de la pièce, une vieille sacoche de cuir rouge, un cadeau de Niabea dans les premiers jours que l'ecaflip avait passé dans la guilde à son retour de... l'ailleurs. Infime vague de nostalgie, sa lèvre trembla et il du serrer les poings pour ne pas céder à une légitime tristesse. L'histoire est ainsi tracée, il est inutile de se préoccuper de savoir ce qui aurait pu être, de s'appesantir sur les occasions ratées, sur les gens qu'on a pas eu l'occasion de rencontrer, ou, simplement, de mieux connaître. Il n'était plus temps pour ce genre de choses, plus temps pour rien.


- …

Il hésita un bref instant, puis, avant de quitter la pièce, revint sur ses pas et, d'une patte douce, caressa la joue d'Atharaxya pour la réveiller. Elle sursauta, apparemment affolée, et il eut un sourire compréhensif, lui prenant la main, pendant ces éphémères moments où elle se demanda en quel lieu, en quelle compagnie, elle se trouvait.

- Atharaxya ?

Elle le regarda, perplexe, et, d'apparence, toujours aussi troublée. L'ecaflip cru lire un peu de craintes dans son regard qu'il tenta d'apaiser par une sérénité d'apparence.

- … Je vais devoir partir en voyage ce matin... pour..., il hésita, quelques jours tout au plus je pense. J'aimerais, vraiment, que tu me rendes un petit service...

La jeune femme l'écoutait, attentive, il continua donc.

- … je te taquinais hier là dessus... lors de notre entrevue près du feu en bas, léger frisson à ce souvenir si récent, si présent, mais...

Les joues de l'ecaflip prirent une teinte un peu plus rouges. Il avait souvent pensé à un éventuel retour malgré toute cette histoire, il ne pouvait tout à fait se résoudre à imaginer toute cette histoire, sa vie, comme finie. C'était douloureux d'imaginer un futur impossible, aux probabilités d'existence proches du néant le plus absolu... mais c'était là un bien cruel don offert à l'humanité que l'espoir, éternel, absolu. Cette flamme qui, même dans les pires moments tient éveillée l'homme dans l'obscurité la plus complète... cette flamme qu'il avait failli lui même abandonner au cœur de l'ailleurs plus d'une fois... et qu'à chaque fois la présence de l'autre côté d'une personne chère, d'une personne aimée, avait suffit à raviver.

- … enfin... j'aurais bien aimé..., il détourna un peu les yeux, déjà assez perturbé pour ne pouvoir, en plus, avoir à assumer le regard d'Atharaxya... voir la vision d'Atharaxya toute entière, … que tu ne sois pas loin à mon retour... après tout... tu es seule désormais et... enfin...

Il eut une petite moue avant d'éclater de rire, visiblement gêné.

- … et bien... je m'étais dit, je sais c'est bête, que peut-être accepterais tu qu'ici ça soit un peu... une nouvelle famille quoi...

La jeune femme eut l'air un peu surprise, un peu plus perdue encore aussi, ce qui ne vint pas améliorer la gêne apparente de Belomen. Il se passa la main sur le dessus des crânes, ébouriffant quelque peu ses poils blancs dressés en crête par la nuit passée à dormir enroulé en compagnie d'Atha, puis, le montrant tout d'abord avec un petit sourire, déposa sur le coffre où il avait pris plus tôt son sac, y déposa le blason de l'Ordre ainsi qu'une fiche, déjà remplie, de parrainage où l'on pouvait trouver sa signature et celle de Sheza. L'ecaflip eut un petit sourire.

- … que tu comprennes que ta venue était..., rire enfantin, … désirée, et ce bien avant hier soir, et ce bien avant cette nuit...

Elle allait se relever, il l'arrêta d'un patte posée sur son épaule. Le regard de l'ecaflip était l'alchimie étrange, subtile, de l'amusement et de la tristesse, il les conjugua en un clin d'œil complice.

- A bientôt donc... nos rencontres sont toujours aussi éphémères que délicieuses... considère cette chambre comme tienne jusqu'à mon retour si tu t'y sens bien !

Elle ouvrit la bouche, il sortit aussitôt et referma la porte derrière lui avec une précipitation non feinte, le ventre noué. Par la fenêtre du couloir quelques traits de lumière orangés, le jour se levant loin d'ici aux limites du monde connu. L'ecaflip eut un soupir.

- Il est temps d'y aller...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 19 Sep - 1:12

Une tornade venait de passer dans l’esprit d’Atharaxya. Les idées, les souvenirs, les fantasmes tourbillonnaient, emportant ce qu’il restait de ses certitudes. Cette soirée, ce malentendu, cette nuit, ce songe… Ce réveil empreint d’une douceur et d’une tendresse infinies. Puis le second, plus amer...

La nuit touchait à sa fin… Et le rêve aussi…Comme le disait si bien Belomen, leurs rencontres étaient éphémères… bien trop éphémères… A peine avait-elle eu le temps de prendre conscience des événements, de goûter aux délices d’une étreinte aussi exquise qu’inattendue (inespérée ?), que le couvercle de la réalité retombait lourdement sur elle. Les premiers rais de lumière solaire n’allaient pas tarder à enflammer le ciel, et l’Ecaflip était sur le point de quitter les lieux, la laissant seule dans cette chambre qui, visiblement, allait être la sienne jusqu’à son retour.


Quelques jours tout au plus… Malgré la brume dans laquelle baignait encore son esprit, la jeune femme avait pu saisir le manque de conviction qui pointait dans la voix de Belomen. Que pouvait-il bien lui cacher ? Son sourire se voulait franc et rassurant… Peut-être trop… Allait-il, lui aussi, l’abandonner ? Il mit fin à ses interrogations en attirant son attention vers le petit coffre posé dans un coin, sur lequel il avait posé un parchemin et… Le blason. Celui qu’elle avait si souvent convoité du regard, effleurant parfois l’éventualité de le porter, elle aussi, un jour ou l’autre… Voilà qu’il était à sa portée, en sa possession même… La Sacrieuse eut un instant envie de se pincer, pour s’assurer qu’elle n’était pas encore dans une de ces fantasmagories dont la nuit passée avait semblé si riche. Mais, une fois de plus, son corps refusait de se plier à sa volonté, elle demeura immobile, comme pétrifiée sous l’effet de ces deux nouvelles, ces deux chocs consécutifs étant venus s’ajouter à toutes les émotions accumulées au cours des dernières heures.

- … reste …

Elle avait prononcé ces mots sans vraiment s’en rendre compte. Et sans vraiment être entendue non plus, d’ailleurs. Devant elle, la porte venait de se refermer, arrachant Belomen à sa vue. Elle était désormais seule dans la petite pièce sombre, prostrée, ne sachant que faire pour sortir de cette hébétude dans laquelle elle venait de sombrer.

Seule…

Comme si quelqu’un s’était enfin décidé à sectionner les liens qui la maintenaient au sol, elle se leva rapidement, empoigna le blason et sortit en trombe de la chambre. Elle parcourut du regard le couloir encore endormi, espérant y percevoir l’ombre de l’Ecaflip. Rien. Elle se pressa jusqu’à l’escalier, qu’elle descendit à toute vitesse, ne se souciant guère des lamentations des lattes de bois. La taverne était vide, et personne n’avait encore ravivé le feu devant lequel elle avait passé tant de temps. Elle ouvrit la grande porte qui donnait directement sur les quais, et posa un pied dehors. Le port était désert à cette heure, et, plissant les yeux, elle finit par apercevoir une silhouette sombre au bout de la digue, dernier lien entre ciel, terre et mer. Ne prêtant aucune attention à la fraîcheur de l’air, Atharaxya se précipita à sa poursuite et, alors que seulement quelques mètres les séparaient, marqua une pause. Il se tenait là debout, immobile, regardant droit devant lui, sa cape flottant au gré du vent marin. Il ne l’avait vraisemblablement pas entendue approcher, ou du moins l’avait-il feint. Après l’avoir interpellé plusieurs fois, en vain, elle s’approcha de lui et lui effleura le bras. Il se retourna enfin, lui faisant face.


- Belo, je…

Une nouvelle fois, son regard croisa les deux joyaux que renfermaient les orbites de l’Ecaflip, et elle crut y percevoir une once de tristesse, de profonde tristesse. Sentant sa propre mélancolie prête à resurgir, comme un écho à celle de Belomen, elle détourna le regard. Non, pas de larmes… Pas maintenant… Prenant une profonde inspiration, elle reprit :

- Avant que tu ne partes, je… Je tenais à te remercier pour… Pour tout… Et… Prends bien soin de toi, reviens-m... Elle s’interrompit. Désormais, elle n’était plus seule, elle avait une nouvelle famille… Reviens-nous sain et sauf.

Elle leva à nouveau le regard vers celui de son interlocuteur. Grossière erreur ? Quelque chose s’embrasa instantanément en elle, comme le souvenir incertain d’une passion dont la réalité se perdait dans le brouillard nocturne. Hypnotisée par les deux rubis dans lesquels ses yeux de nacre s’étaient, une fois de plus, noyés, mue par une espèce de force surnaturelle, une passion indescriptible, elle passa ses bras autour de son cou et joignit ses lèvres aux siennes.

En cet instant, toute trace de raison avait disparu de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 19 Sep - 3:08

C'est flou... J'y arrive pas... J'y arrive pas !

Des ombres, des voix, des caresses, des frissons...

Sheza... M'entends-tu... ?

En réalité, elle ne bougeait pas, elle avait les yeux ouverts depuis une bonne vingtaine de minutes, assise sur le sol. Le dos courbé, trop penchée... Puis ses mains tremblantes vinrent se poser devant ses yeux.
Il faisait chaud, beaucoup trop chaud...


- J'ai mal... Arrêtez, j'ai mal...

Ses mains, encore, tremblantes se posèrent sur ses yeux, elle suffoquait, suait. Doucement, elles remontèrent jusqu'à écarter toute mèche de cheveux osant frôler son visage. Et elle sentait encore ce coeur fou bondir en dehors de sa poitrine, et elle sentait encore cette douleur.
Ses mains, encore, ses mains glissèrent jusqu'à son cou, la griffant par endroits, se posèrent sur son anneau.


- Pitié...

Il faut que tu l'acceptes...

- Je ne le veux pas... J'ai mal... Arrête...

Laisse toi aller...

Elle poussa un cri, et comme assomée, comme trahie par elle-même, se pencha tout doucement, inconsciemment, jusqu'à percuter le sol. Ses yeux n'avaient pas cligné, malgré le choc important qu'elle avait subi. Mais elle ne voyait que du noir.
Que diable se passait-il ?
Les mains toujours autour de son collier, elle cherchait à tirer, essayant de se libérer de façon incertaine, d'une douleur imposée, d'une vérité révélée. Elle avait mal, cette douleur l'étouffait.

Quelques minutes passèrent, elle cligna des yeux, et son coeur... son coeur s'était élevé, porté par une mélodie. Loin, loin. A l'aide de ses bras comme appui, elle se releva. Une fois assise, la jeune femme dans l'ombre regarda autour d'elle. Et comme se de rien n'était, elle alla machinalement vers une table où étaient posés quelques vêtements. Elle retira ses bretelles tout doucement, les laissant glisser le long de son corps, et, de la même façon, enfila sa robe habituelle rose.

Et elle posa son index sur son anneau, qui... tout doucement... fit une chute, jusqu'à s'écraser sur le plancher.
Et dans le noir... on pouvait voir ses yeux. Nymphea, Cookies, Kiouty, eux tous, tous, sans exception n'étaient plus là.

La silhouette enfila une dernière cape avant de quitter la chambre, telle un esprit. Personne ne l'entendait marcher, personne ne l'aurait sentie, aussi près et attentif pouvait-il être.

Ca va passer...


- Argh...

Son coeur, avait, comme qui dirait, raté une barre, un battement.
L'Osamodas posa une main sur son cou, respirant à pleins poumons, essayant tant bien que mal de se redresser... Alors qu'elle tentait, en vain, de vaincre sa pire ennemie, c'est-à-dire, elle-même ; brusquement, comme prise d'un réflexe, elle se releva, caressa son front, et continua sa route... Jusqu'à la porte.
Un seul pied franchit son seuil, tandis que son regard se baladait dehors. Il s'arrêta sur un ombre, une ombre assez imposante et qui, naturellement, avait éveillé la curiosité de cette nouvelle femme.

Guidée par ses pas, des pas sûrs à vue d'oeil, mais qui, en réalité, avaient tellement de mal à trouver leur place, à tracer leur chemin. Elle voyait des pièges, ici et là, qu'elle évitait moralement : oui, c'était dangereux, ils pouvaient causer sa perte, et il n'en était pas question.

Elle approchait de son but, plus que quelques pas, et elle y était, fixant elle-même la distance qui devait la séparer de cette silhouette.

Sheza, ou Sheza, découvrit en fait que cette ombre... était constituée de deux ombres.
Ses traits restèrent impassibles, et d'une voix sombre, elle dit :


- C'est vrai que Belo a l'air de bien aller.

D'un mouvement de main, elle dégagea la capuche de sa cape.

Et l'on découvrit une chevelure, teintée d'un rose, à peine plus longue que celle d'une Sheza, maintenant, disparue.

Maman, pourquoi... ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 19 Sep - 18:53

Perdition de l'âme, perdition des sens, qui d'un baiser, de la caresse d'une lèvre aimée, fait s'embraser un foyer nouveau, une passion déroutante aux accents tragiques. Perdu, éperdu, les bras de la sacrieuse l'entourant comme autant de raisons de rester, Belomen n'eut guère que le temps d'un soupir d'abandon avant que ses mains ne se perdent dans le dos de la sacrieuse, lui rendant sans jamais l'avoir cessé ce baiser passionné. Cette étreinte presque violente, les liant tant par la force de leurs corps que par l'intensité du désir ambiant, était teintée d'un désespoir palpable, rendant l'abandon inévitable... sinon nécessaire. Seules leurs lèvres, frémissantes, presque timides dans leurs contacts, démontraient la tendresse étonnante qui les animait tous deux en ce moment irréel. Le félin rouvrit des yeux bordés de larmes, caressant du revers de sa patte délicatement la joue d'Atharaxya, il sentait sur ses lèvres rendues si sensibles, tendues par le désir de poursuivre ce contact, le souffle de la jeune femme, un fin sourire se posa sur son visage.

- Voilà un interdit qu'il a été bien doux de violer...

Elle eut un sourire timide en réponse à ses propos, lui offrant un regard partagé entre la tristesse et le soulagement. Il cligna des yeux, surpris parce qu'il avait pu y lire, et voulu répondre quand un bruit de pas, à quelques mètres seulement d'eux, les fit tourner tous deux la tête, comme pris en faute, leurs corps encore collés l'un à l'autre comme résumé suffisant du rêve passé.

- C'est vrai que Belo a l'air de bien aller.

La voix était sombre cassante, familière pourtant, mais avec un accent si désagréable, si désabusé, si triste... qu'il aurait été impossible d'en deviner la propriétaire cachée qu'elle l'était par sa tenue et par l'obscurité encore matinale encore trop présente. Du moins en temps normal. Était-ce le vent du matin soudain qui se faisait plus mordant, plus froid, ou cette peur étrange, incompréhensible qu'il sentait naître au creux de son ventre, comme l'ignoble certitude que...

- Sheza... ?, sa voix n'était qu'un infime murmure perdu au vent.

L'inconnue, avec une lenteur sans doute voulue, retira sa capuche, révélant les traits de l'osamoda, mais d'une froideur si soudaine, si surprenante chez elle, qu'elle confinait presque à de la haine. Belomen sentit un frisson lui parcourir l'échine, tandis que le nœud en son ventre se faisait à chaque instant plus présent, bien loin de la douceur du moment passé, bien loin de la tendresse que lui inspirait Sheza dans ses souvenirs, en son cœur, celle qui se présentait à eux faisait naître chez lui une peur irraisonnée. Instinct animal peut-être l'avertissant du danger, de l'imminence d'un bouleversement dramatique, il remarqua seulement alors les cheveux plus longs et les cornes de la jeune femme, bien plus grande qu'à l'accoutumée.

- …

Elle les regardait, impassible, hautaine. Un nouveau frisson traversa Belomen, cette présence... ce n'était pas la même mais... l'intensité qu'elle dégageait était presque similaire à... Un flash, l'ailleurs, le pacte, Xelor... Il tomba à genoux, un haut le cœur le submergeant soudainement et il porta une main à sa bouche pour retenir un cri. Cette fois pas de crise, juste la compréhension, atrocement douloureuse, insupportable que...

- Atha... Fais attention, il releva la tête, une larme coulant le long de sa joue droite mais le regard étrangement calme et assuré, … ce n'est pas Sheza... ou plutôt...

Il se releva tout à fait, faisant un pas en avant vers la nouvelle arrivante, la paume tendue en signe d'apaisement. Bien vaine et éphémère protection, geste inconscient, mais révélateur de son état d'esprit et de la crainte qui lui remuait les entrailles.

- … ce n'est plus vraiment Sheza... n'est ce pas ?

Il fit un pas supplémentaire, puis un encore, la nouvelle Sheza, ou plutôt, il lui fallait bien se faire pour le moment à cette idée, cette étrangère qui lui faisait face. Le changement était total dans son comportement, dans l'aura qu'elle dégageait, et pourtant il peinait à ne pas trouver, à ne pas chercher, le moindre détail lui rappelant la jeune femme. Avant difficilement sa salive, les nerfs tendus à l'extrême, son instinct, lui hurlant de fuir, à combattre à chaque instant, il avançait, pas après pas. A un peu plus d'un mètre d'elle il s'arrêta, cherchant son regard.

- Sheza... je suis dés...

Ce fut plus un coup de vent qu'un geste véritable, peut-être juste une intention de sa part. Belomen, qui se tenait face à elle, se retrouva, soudainement, littéralement écrasé contre un mur lointain d'une quinzaine de mètres. L'impact fut d'une violence inouïe, imprimant littéralement l'empreinte de son corps dans le mur de chaux et de pailles de la maison de pêcheur. Les yeux de l'ecaflip perdirent tout éclat, tandis qu'en un craquement sinistre son corps tombait au sol, soufflé, brisé, comme un fétu de paille en pleine tempête. Il n'était plus question cette fois d'inconscience, mais bien d'une vie sur le point de s'éteindre. Sheza, elle, n'avait presque pas bougé, se contentant d'un doigt levé, battant la mesure négativement.

- Excuses refusées, tant pour elle que pour moi, je ne suis pas d'humeur...

Le corps de Belomen, désormais face contre terre, était pris de spasmes réguliers, derniers soubresauts de sa vie fuyant de toute part son corps vaincu. Tout cela n'avait duré qu'une fraction de secondes, rien de plus qu'un battement de cil, la différence pour l'ecaflip entre la vie et la mort, tapis sur une dernière partie qu'il venait de perdre dès la première main. Flamme vacillante sa conscience eut un dernier trait d'ironie, il lui serait désormais bien difficile de tenir sa parole pour le pacte. Peu importait, cette étincelle là, aussi, fut soufflée. Il aurait imaginé la mort plus froide, il aurait imaginé que ça aurait été quelque chose tout simplement et finalement ... rien, rien d'autre que cette sensation d'effacement progressif. Il n'y penserait plus de toutes façons. Il ne penserait plus de toutes façons. C'était la fin de l'histoire voilà tout.

- …

De l'autre côté de cette prison de chairs presque mortes qu'était le cadavre de l'ecaflip, pour leurs parts encore tout à fait animées et alertes, Sheza et Atharaxya se faisaient face. Dans le regard de la première toujours cette animosité, cette ire sans fond à glacer le cœur le plus brave, pour la seconde, en dehors d'une incompréhension flagrante, de nombreux sentiments se disputaient le pouvoir. Sans quitter l'osamoda du regard, la jeune femme à la peau d'albâtre marcha doucement vers Belomen. La tension était atrocement palpable, suintant même de l'air, le rendant irrespirable. S'arrêtant à côté du corps inanimé de son amant d'un instant, Atha mis un genou à terre, visiblement pensive, les spasmes d'agonie du félin avaient fait ressortir ses griffes, tranchantes bien que fines. Sans trop d'hésitation, se servant du bras inanimé comme d'un vulgaire instrument, elle s'entailla le bras sans ménagement, faisant naître autant de plaies vives et profondes que de griffes sur la patte désormais ensanglantée de l'ecaflip. Le sang, aussitôt, abonda, coulant sur le sol de la cité portuaire.

Atharaxya, qui n'avait pas eu le moindre gémissement, la moindre moue douloureuse lors de son geste, releva doucement la tête de l'ecaflip. Pressant sa bouche close contre ses blessures sanguinolentes, la jeune femme usa de l'arcane sacrieuse absolue, autrefois interdite, du transfert de vie. Le sang transportant des parcelles de vie d'un corps à l'autre était le vecteur d'un retour à la vie, il guérissait les blessures, permettait à amis, alliés, amours... de rester en vie dans les situations les plus difficiles. Las... cette fois, la mort avait déjà fait de ce corps un territoire presque conquis, et, déjà, la chaleur commençait à le quitter malgré les efforts d'Atha, malgré son sort, malgré le lien entre eux. Leur premier véritable baiser, requiem funeste, allait-il aussi été le dernier en cette éphémère existence ?


- … un baiser... ?

Elle sursauta. Cet acte tendre, ce don de soit, même passager, qu'elle avait accompli tout à l'heure sans même y penser, poussée en cela par ses sentiments, par une envie aussi folle que passagère sans doute, cet acte était peut-être... était sans doute... Reposant doucement Belomen au sol, elle porta ses blessures à sa bouche et, concentrée, nerveuse, elle débuta une bien étrange récolte, récupérant son propre sang, sa propre vie, la conservant en son sein pour mieux l'offrir. Alors, soutenant d'une main tendre la nuque de l'ecaflip, elle se pencha vers lui, ouvrant de ses lèvres rendues rouge sang celles du félin, faisant naître à travers la mort un passage vers la vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Sam 19 Sep - 22:13

- Je ne suis pas d'humeur, vraiment pas d'humeur. Avait-elle redit, insistante.

L'inconnue aux yeux des deux Chevaliers regardait Atharaxya s'approcher du corps inerte du félin. Elle pensa alors qu'il aurait été ennuyeux qu'elle la balaye elle aussi de son passage...

- Vraiment ennuyeux, oui...

Elle secoua vivement sa tête, ses cheveux découverts dansèrent suivant le mouvement de la jeune femme. Quand elle s'arrêta, sa tignasse avait pris du volume et l'on remarqua sa longueur comparée à Sheza, elle ouvrit les yeux une nouvelle fois, regardant les deux jeunes gens baigner dans le sang.

Laisse-moi tranquille !

Les rubis de l'Osamodas s'agrandirent à une vitesse affolante.

Son coeur avait encore manqué un obstacle.

Laisse-moi ! Lâche-moi !

La jeune femme tomba à genoux, serra ses dents, et poussa un vague gémissement.
A l'intérieur, une toute autre jeune femme était emprisonné dans une bulle imaginaire, dans laquelle l'inconnue pompait son énergie corporelle. Elle se débattait, criait, alors que, chaque seconde qui passait pouvait lui être fatale : elle se refusait à elle-même.
Traînant une main sur sa poitrine, et une autre à son cou, elle ferma les yeux.


- Tiens-toi tranquille, traîtresse...

Sheza tomba à terre, essoufflée, ses jambes se replièrent sous son cou... tout doucement, mais sûrement. Et un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de la nouvelle venue.

- T'es bien sage ma belle.

Elle se releva, et encore, reprenant ses pas que l'on aurait qualifié de tout, sauf de pas rapide, elle s'approcha des deux personnages. S'arrêtant à quelques mètres d'eux, elle posa une main sur sa hanche, pencha la tête et prit la parole.

- Atha, tu ne devrais pas me regarder comme ça.

Elle éclata de rire en posant l'autre main sur sa poitrine. A la fin, elle baissa, d'un geste brusque, où l'on aurait remarqué son manque d'intérêt pour ce corps, son visage et reprit son souffle, on aurait entendu un soupir.
Puis elle se retourna, un sourire, bizarrement, innocent et enfantin tracé sur ses fines lèvres rosées, elle ouvrit les bras et fit deux tours sur elle-même.


- Ca fait du bien de se sentir libre.

Elle s'arrêta, dos à Atharaxya et Belomen.

- Il va survivre, je ne l'ai même pas touché... Et il survivra, faible ou pas.

Une larme perlait, bercée par son oeil droit. Elle était choquée. D'où venait-elle ? Pourquoi avait-elle eu ce semblant d'émotion ? Sheza s'était endormie, elle ne risquait rien, et n'avait rien vu, de toute façon... Alors pourquoi ?
Sa queue fourchue vint alors caresser son cou, jusqu'à s'enrouler autour, comme l'aurait fait un serpentin et remonta jusqu'à sa joue, où elle chassa cette larme, antipathique, vraiment.

Oui, parce qu'elle aussi avait le droit d'exister. Pourquoi n'était-ce que quand Sheza était énervée qu'elle devait apparaître ? Pourquoi ne pouvait-elle pas agir elle-même ? Elle n'appartenait pas à Sheza ! Jamais ! Et non, Sheza n'allait pas la contrôler, non, non, non, et non.


Arrête.

La voix cassante, le coeur battant de plus en plus vite, elle prononça, tel un chuchotement, à celle qui la hantait de l'intérieur :

- Pourquoi toi et pas moi... ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atharaxya



Messages : 50
Date d'inscription : 29/07/2009
Localisation : Où le vent me porte...

Quelques informations...
Race: Sacrieuse
Guilde: L'Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
188/200  (188/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Dim 20 Sep - 19:44

La douce tiédeur sucrée du sang envahit sa bouche, sensation des plus agréables. Depuis combien de temps n’avait-elle pas eu l’occasion de goûter à cette saveur, qui lui était pourtant si chère ? Peu importe, l’heure n’était pas, ou plus, à l’épicurisme.

Lentement, elle approcha ses lèvres rougies de celles de Belomen et, dans ce qu’un observateur extérieur aurait considéré comme un baiser, tenta de lui insuffler une nouvelle étincelle de vie, tout du moins raviver la flamme qui avait été mouchée trop tôt, bien trop tôt… En cet instant, tandis qu’un peu de sa vie la quittait pour aller se réfugier dans l’enveloppe charnelle de l’Ecaflip, Atharaxya avait, bien qu’elle n’en soit absolument pas consciente, atteint le paroxysme, l’apogée de ce qu’aurait pu devenir son être : le fruit parfait de l’union sacrée entre Eniripsa et Sacrieur. Ironie du sort, c’est en tant qu’enfant illégitime qu’elle avait atteint cet idéal, ce parfait accomplissement de l'être…

Lorsqu’elle eut achevé son transfert de vie, elle rouvrit les yeux et regarda longuement le visage de Belomen, souillé de leurs deux sangs, qui désormais étaient étroitement liés. Elle guettait le moindre cillement, le moindre battement de paupière, le moindre signe témoignant que la vie avait repris ses droits. Rien… La Sacrieuse reposa la tête de son amant endormi sur le sol avec une infinie délicatesse puis leva un regard d’une noirceur toute aussi infinie vers celle qui avait causé ce drame : Sheza…

L’Osamodas se tenait toujours debout à quelques pas de là, les poings sur les hanches, observant la scène d’un regard carmin où semblaient se mêler stupeur et mépris. Atharaxya se mit debout, ne prêtant guère attention au sang qui continuait de s’échapper de son bras, formant peu à peu une tache à ses pieds. Elles se toisèrent ainsi quelques instants. La disciple d’Osamodas ressemblait beaucoup à Sheza, mises à part une bien plus haute stature, des cornes bien plus longues, et un regard rouge sang qu’Atharaxya n’avait pu percevoir chez son amie que lorsqu’elle était réellement en colère. Elle se souvint alors de la dernière conversation qu’elles avaient eue, où la jeune femme en rose lui avait fait part de ses craintes vis-à-vis d’une soi-disant part monstrueuse d’elle même. La Sacrieuse comprenait désormais sans mal l’appréhension de son amie. Comment la faire disparaître ? Qu’était devenue la « vraie » Sheza en cet instant ? Qu’allait-il advenir d’elle si, par un quelconque miracle, elle arrivait à se débarrasser de l’être maléfique qui avait pris possession de son corps ? Peu importaient les questions, une seule certitude martelait l’esprit de la Sacrieuse : ce n’était plus « sa » Sheza qui se tenait en face d’elle, et, par la faute de cette nouvelle, cette autre, cette non Sheza, Belomen oscillait à présent entre la Vie et la Mort. Atharaxya soutint le regard de son interlocutrice, les poings serrés à en faire blanchir les jointures.

- Toi… Qui que tu sois… Tu ne l‘auras pas… Je ne te laisserai pas l’emmener !

La créature éclata d’un rire fort et rauque, à glacer le sang du plus puissant nécromancien.

- Crois-tu vraiment que tu m’impressionnes ? Et en quel honneur devrais-je céder à ton caprice ? Pour vous laisser terminer ce que vous aviez commencé ?

Elle posa son regard sur la plaie béante du bras d’Atharaxya et eut un nouveau rire.

- Et d’abord… Qui es-tu pour oser me donner des ordres, toi qui es assez stupide pour risquer ta vie pour quelqu’un comme lui ?
- Qui je suis, ce qu’il est… Ce qu’ils sont pour moi importent peu. Il semble évident que les notions d’abnégation, de don de soi et d’amour te sont parfaitement étrangères. Alors…

Elle s’approcha un peu plus de Sheza, ou de ce qui avait été Sheza quelques instants auparavant, et, la défiant du regard :

- Parlons ton langage…

Levant à peine le bras, Sheza créa une nouvelle bourrasque de vent, envoyant Atharaxya contre le mur d’une maison voisine, aussi violemment qu’elle l’avait fait avec Belomen quelques minutes auparavant. Le choc de son dos contre la pierre brute fit naître une douleur aussi fulgurante qu’intense. A nouveau, le goût du sang afflua dans sa bouche. Atharaxya esquissa un imperceptible sourire et marmonna les trois incantations qui lui permettraient de tirer le meilleur bénéfice des blessures qui lui seraient inévitablement infligées. Lorsqu’elle se remit debout, elle constata que sa rivale avait fait appel au plus puissant pouvoir qu’Osamodas conférait à ses disciples : l’assujettissement d’un dragon et l’utilisation de sa puissance. Ce qu’elle venait d’invoquer n’avait rien à voir avec Eragon, il semblait être, à l’instar de sa maîtresse, le Mal incarné.

- Je vous laisse vous amuser ensemble. Je ne m’abaisse pas à chasser de vulgaires moucherons dans ton genre…
- Ahem… J’aurais préféré un tofu…

L’Osamodas disparut, laissant Atharaxya et le reptile face à face. C’était la première fois qu’elle se retrouvait seule face à un dragon et, ironie du sort, une fois de plus, elle allait devoir l’affronter à mains nues. Il faut un début à tout, paraît-il…

Atharaxya observa son adversaire. Ce dernier semblait faire de même, fixant sur elle ses énormes yeux dorés fendus dans la hauteur par une pupille où les ténèbres semblaient avoir élu domicile. Ses larges écailles rouges étincelaient sous les rayons du soleil levant et ondulaient au rythme de sa respiration. Sur le sommet de son crâne se dressaient deus cornes, dont une était brisée. Se pouvait-il que… ?

Décidément, les dieux avaient un sens de l’humour sans bornes ce matin là…

Le dragon fut le premier à mettre fin à cet « affrontement visuel », crachant une gerbe de feu dans la direction de la jeune femme, qui l’évita de justesse. Le feu… L’élément qu’elle avait toujours rêvé de maîtriser, en vain. Malgré ses efforts, elle y était restée vulnérable, seuls l’eau et l’air lui ayant accordé une certaine obéissance, là encore, toute relative.
« N’oublie jamais, lui avait confié un jour Englael, qu’un ennemi qui maîtrise un certain élément sera toujours vulnérable à l’élément opposé. » Ce qui voulait dire que… Son adversaire était probablement sensible à l’eau… Ils combattraient donc à armes égales, enfin, presque…

Plusieurs minutes s’écoulèrent ainsi, chacun évitant de près ou de loin les assauts de l’autre. Atharaxya veillait à garder le reptile à une distance suffisante de Belomen, gardant toujours espoir que ce dernier finirait par se réveiller. Mais les effets du transfert de vie ne tardèrent pas à se faire sentir, et la jeune femme devint moins preste, réagissant parfois trop tard pour échapper aux attaques du dragon, chaque contact entre les flammes et sa peau faisant naître une douleur presque insupportable. Presque…

- Ca sert à rien… C’est elle qu’il me faut… Pas son lézard…

Où pouvait-elle bien être ? Elle semblait s’être volatilisée. Pourtant, chacun sait qu’un fidèle d’Osamodas doit être à proximité de ses créatures pour les contrôler. Elle ne devait donc pas être bien loin… Atharaxya balaya les alentours du regard, à l’affût d’un mouvement, d’un froissement de tissu, d’un ricanement trahissant la position de sa rivale. Ses yeux furent attirés par un scintillement vermeil bref, furtif, qu’elle n’aurait probablement pas perçu si tous ses sens n’étaient pas en éveil. Le toit des quartiers de l’Ordre. Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de la Sacrieuse. Puisant dans les dernières forces que son corps daignait lui consentir, elle se hissa sur le toit et vit la source de cet éclat : le collier que Sheza portait habituellement autour du cou, auquel avait toujours été suspendue une pierre rose pâle, qui avait viré au rouge vif. Atharaxya se souvint alors de l’intégralité de ce que la petite Osamodette lui avait raconté, notamment à propos de ce collier.

- C’est donc ça…

La créature venait de s’apercevoir de sa présence et se tourna lentement vers elle. Elle était encore plus grande et imposante qu’elle ne l’avait été au sol et, n’eurent été l’engourdissement de son corps rendant peu à peu les armes et la ferme intention de mettre un terme à tout cela, Atharaxya aurait peut-être pu avoir peur d’elle. Mais la colère et la rancœur étaient devenues, depuis bien longtemps, ses meilleures armes de défense, et la seule forme de peur qui subsistait en elle était celle de perdre ceux qu’elle aimait. Quelques mètres plus bas, le dragon poussa un long rugissement, visiblement désappointé que son nouveau jouet ait disparu. Se concentrant uniquement sur son objectif, fermant son esprit à la douleur lancinante qui torturait son corps meurtri, Atharaxya prit son élan et passa aussi vite que possible près de Sheza et, d’un coup sec, tira sur la lanière de cuir qui enserrait son cou, évitant de justesse un nouvel assaut de sa part. Ou presque…

La Sacrieuse se retrouva projetée en arrière, et tomba lourdement sur les pavés. A travers ses yeux entrouverts, par-delà le voile rouge, elle aperçut le corps inanimé de Belomen, toujours étendu sur le sol.

- Ne te gâche pas…

Voyant que ses efforts pour réanimer l’Ecaflip avaient été vains, une vague de tristesse l’envahit. Elle avait manqué à sa promesse…

- J’espère ne pas t’avoir trop déçu…

Dans un soubresaut, la main d’Atharaxya se crispa sur l’objet qu’elle tenait. Elle ferma les yeux, et le rouge devint blanc. Puis noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Lun 21 Sep - 22:52

Pulsation sourde au sein même de son être, ondée enflammée rafraichissant de son souffle les braises éteintes d'une existence trop vite évaporée. La magie répondait à la magie, la vie à la mort si rapidement offerte, avec un hoquet douloureux les poumons de l'ecaflip se remplirent à nouveau, avides d'air, et, tandis que son dos s'arcboutait en un pont éphémère, tendu par la douleur de ce retour à la réalité. Son esprit revenait en son corps, l'énergie affluait à nouveau dans ses muscles et...

- Mais..., il se redressa, se palpant avec une perplexité affolée le ventre, le dos, qu'est ce que... qu'est ce qui...

Son regard se porta aux alentours, s'arrêtant tout d'abord sur ce mur duquel son corps s'était détaché et contre lequel il s'était écrasé plus tôt. Il avait cru, du moins c'est ce que ses souvenirs lui glissaient, que sa colonne vertébrale, que ses côtes... que son corps tout entier finalement, avaient été brisés, réduits en une poussière mortelle, par les soins de Sheza. L'osamoda était devenue quelque chose d'autre, de immensément puissant, mais, surtout de terriblement inhumain. Plus rien de commun avec ce qu'elle avait pu être, confondre les deux comme il l'avait fait plus tôt... était une erreur mortelle... qu'il ne tenait pas à reproduire.

- J'aurais du mourir, sa voix n'était qu'un murmure, … mourir...

Il l'avait cru, sincèrement, refusant d'ailleurs de laisser son corps lutter en vain pour une vie qu'il ne pouvait plus sauver, luttant contre cette peur inconsciente et viscérale de la mort qui anime chacun au moment de rendre l'âme, en cette agonie de l'esprit et du corps. Il cligna des yeux, pris d'un étrange pressentiment, d'une intuition néfaste, et, mettant patte à terre pour mieux pivoter sur lui même, explora les alentours du regard une nouvelle fois, à la recherche d'une personne bien précise, d'une sacrieuse à la peau d'albâtre et au regard de nacre, à la recherche d'une amie nouvelle, à la recherche de...

- Atharaxya !

Il sauta sur ses pattes, surpris de constater que son énergie était pleinement revenu, comme si toute la souffrance, tous les efforts de ces derniers jours, de cette dernière nuit, s'étaient soudainement effacés, balayés. Ce renouveau corporel ne fit qu'accroître son inquiétude, cette jouvence éveillait en son esprit de sombres soupçons sur des pratiques tout à fait particulières, et, surtout, particulièrement dangereuses. Il avait déjà eu, il y a de cela plusieurs années, et dans un combat des plus difficiles, à compter sur les talents d'une sacrieuse de ses amis, la dénommée Elea, qui, pour le sauver, avait usé du Transfert de Vie. Elle avait failli y perdre la vie tant la dépense d'énergie nécessaire à cette opération était massive, atrocement conséquente. C'est ce dernier souvenir qui rendait l'ecaflip particulièrement anxieux.

- Atharaxya ?, il plaça ses mains en porte voix, ATHA !

L'écho seul lui répondit dans l'air matinal de Madrestam, et il reprit sa course, ne pouvant s'empêcher de profiter de cette forme nouvelle, exaltante, de cette énergie... probablement issue de la sacrieuse. Sa gorge se noua quand il imagina quelle étendue ce sacrifice devait avoir pris pour pouvoir obtenir de pareils résultats. Elle se serra d'ailleurs tout à fait, douloureuse, quand au détour d'une maison de pêcheur, non loin finalement de l'endroit d'où il s'était lui même levé, il entraperçut un corps étendu.

- … oh..., sa voix, déjà fragile, se cassa totalement, … non...

Un pas, puis un second, hésitant, paralysé par la peur de ce qu'il allait découvrir, partagé entre l'envie de se précipiter, et l'horrible possibilité d'une fatale issue survenue lors de sa coupable inconscience. Finalement l'inquiétude fut la plus forte, et, se penchant doucement vers elle, le corps tout entier tremblant d'une culpabilité assumée, il posa doucement deux doigts sur l'avant bras torturé d'Atharaxya. Les plaies, déjà, étaient presque cicatrisées, preuve de l'influence dans sa vie de la déesse Sacrieur, mais le teint, d'ordinaire déjà pâle, de la jeune femme touchait désormais plus au blafard. Elle était en vie cependant, affaiblie, éreintée par le combat qu'elle avait du mener seule en son absence contre l'autre... mais en vie. Belomen eut un soupir.

- Je suis désolé... tu n'aurais jamais du avoir à..., j'aurais du pouvoir... tout ceci... jamais...

Il releva brièvement la tête, remarquant avec soulagement que Sheza n'était plus présente, et, sans la brusquer plus, l'ecaflip hissa Atharaxya sur son dos. Encore une fois l'effort ne provoqua chez lui pas la moindre douleur, il sentait le moindre de ses muscles jouer comme aux meilleurs moments passés de sa forme physique. La tête de la sacrieuse inanimée vint se poser sur son épaule tandis que les bras en arrière en un siège de fourrure, il la maintenait sur son dos. Avec un sourire, il tourna légèrement sa caboche de félin pour l'apercevoir, elle semblait juste endormie si on omettait la poussière sur son visage, il déposa un petit baiser sur sa joue proche et elle eut un frémissement quand les moustaches de l'ecaflip la frôlèrent.

- Repose toi pour le moment, il commença à marcher en direction de la taverne de l'Ordre, je m'occupe du reste...

Peu robuste de constitution Belomen parvint néanmoins sans mal à porter la sacrieuse jusqu'à ses propres quartiers, elle était si légère que l'effort avait été des plus minimes, ils avaient été chanceux, tous deux, de ne pas avoir croiser le dragonnet errant invoqué par l'osamoda. La déposant sur le lit qu'il n'utilisait jamais, il la recouvrit d'une fine couverture qu'il avait laissé plié dans son coffre et sorti plus tôt en cherchant son sac et fit glisser entre les lèvres d'Atha quelques gorgées de Ghetto Raid. Puis, jetant par la lucarne un regard lointain, pensif, vers l'extérieur, eut un soupir.

- Me reste quelque chose à faire apparemment avant de pouvoir sereinement partir...

Déposant par terre, accroché à un des battants du lit son sac, il sembla hésiter un instant... puis sortit sans traîner les pieds. Un pas lourd non loin, il se jeta dos à un mur, au moment même où l'invocation de dragonnet passait devant lui, un air mauvais, cruel. Belomen mit un genou à terre, marmonnant quelques mots inaudibles, soudain, sans un bruit, un chaton apparu devant lui. L'ecaflip eut un sourire ravi bien qu'un peu inquiet.

- Isidore... ça serait bien que tu fasses un peu distraction pour le truc devant toi...

Le petit chat roux sembla sur le coup aussi peu rassuré que son maître, mais, pourtant, se présenta sans rechigner face au dragon rouge de poche. Avec un air espiègle il commença par caresser tendrement son vis à vis cracheur de feu... avant de lui balancer une tatane magistrale, toutes griffes sorties, qui fit tituber la rouge créature pendant qu'il fuyait bravement. Belomen eut un rire.

- Bon... pendant que les animaux jouent entre eux..., il regarda vers le fond de la rue où devait, sans doute, se trouver Sheza..., moi...

Une invocatrice n'est jamais loin de sa créature Belo !

Une voix de femme lui traversa l'esprit et il sursauta, regardant autour de lui il ne vit personne, pourtant... n'était-ce qu'un souvenir ? Il lui avait pourtant semblé reconnaître... il hocha la tête et, les poings et dents serrés, parti à la recherche de la jeune femme. Il n'eut pas à aller loin.

- De retour le matou ?

La voix était sardonique, froide, il releva la tête, assise sur le toit d'une maison, orgueilleuse, toujours aussi hautaine. L'ecaflip siffla entre ses dents, agacé de ne pas l'avoir remarqué avant.

- C'est jalouse du baiser que tu as surpris que tes cornes ont poussé Sheza ?, il refusait finalement de la voir autrement, espérant réveiller l'autre facette de sa personnalité, tu aurais préféré que ce soit toi que j'embrasse avant mon départ ?

Il était volontairement provocateur à l'excès, cherchant une réaction, même des plus virulentes. Elle ne tarda pas d'ailleurs, alerté par son instinct aux abois il fit un petit bond de côté, le sol, là où il se trouvait, se fendit en profondeur, les dalles formant le sol du port brisées. Malgré le sourire bravache qu'il arbora aussitôt Belomen eut un mince filet de sueur qui lui coula le long du dos.

- Houla... Vraiment effrayante..., il eut un petit rire un peu forcé, il faudra que je t'invite à une de nos fêtes... on a toujours cherché quelqu'un pour toc... briser les noix... Je suis persuadé que tu pourrais nous être terriblement utile !

Nouveau bond sur le côté, elle avait frappé plus vite cette fois, puis encore une fois, et encore. Le sol commençait à souffrir véritablement de la colère de la jeune femme. Les coups n'étaient plus espacés que de quelques secondes et elle restait, invariablement, immobile, n'agissait-elle que par l'intermédiaire de son esprit ? Il du grimper sur un toit puis sur un autre, les tuiles volant en morceaux tout autour de lui, le rythme s'accélérait encore, croissant de seconde en seconde. Il était peut-être temps de tenter une petite attaque... au moins histoire de souffler.

- Il faudra m'excuser de ne pas aimer la danse Sheza mais..., il avait le souffle court et la voix un peu rauque dans l'effort, … mais tout ceci est un peu trop "allegro" pour moi... aussi... permets moi..., il toussa dans un rire, … de changer de rythme...

Se baissant soudainement, il donna une violente impulsion de ses quatre pattes en avant, et se propulsa dans l'air, espérant la prendre en défaut par une attaque aérienne. Mauvais calcul, il le comprit bien vite, alors qu'il s'était élevé de presque trois mètres sur le toit où se trouvait Sheza, celle-ci se décida finalement à bouger les bras, sourire méchant aux lèvres. L'impact de l'attaque fut tout aussi rapide et violent que la fois dernière et, avec un cri proche du miaulement, Belomen – la tête en arrière sous le choc – fut projeté dans les airs un peu plus encore, désormais une dizaine de mètres au dessus du sol. Mais cette fois si point de mur pour l'arrêter dans cette projection, l'air n'ayant jamais stoppé quoi que ce soit. Il parvint néanmoins à rétablir son équilibre tandis qu'il poursuivait son ascension. Il vit le sol, Sheza triomphante plus bas, beaucoup plus bas.

- Et merde... mon vieux matou... point d'Atharaxya pour te sauver la mise...

Il sentit son corps ralentir. Non seulement la sacrieuse était absente, évanouie non loin, mais... il n'avait que quelques secondes afin de trouver une solution pour éviter de s'écraser au sol. Félin ou pas... les chats retombent parfois douloureusement sur leurs pattes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?   Aujourd'hui à 9:53

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP fermé Atharaxya/Belomen/Sheza] Un nouveau départ...?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» le Club du Nouveau Départ
» Une lettre, une envie..un nouveau départ?
» Un nouveau départ pour le RP?
» Xyonne, nouveau départ, nouveau pandawa,nouvelle orientation
» .:Un nouveau départ:.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Le Bosquet De Saoriandra-
Sauter vers: