AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Sheza.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: [BG] Sheza.   Sam 10 Oct - 14:35

C’était un soir… comme les autres ?
Le soir du 28ème d’Aperirel… C’est cette nuit là que l’on entendit une femme pousser un dernier cri poursuivi de quelques pleurs. Un enfant était né.
Qui était-ce ? Comment allait-il s’appeler ? Pourquoi se devait-il d’exister ? Quel serait son rôle ? Pourquoi était-il là ? Qu’est-ce qu’il ferait de sa vie ?
La sage femme porta le nouveau-né jusqu’aux bras de sa mère.

« Ysyria… » avait soupiré un Crâ derrière la porte.
Quelques une des mèches de cette dernière étaient collées à son front, la sueur, les efforts… La maternité. Elle était pâle, mais son regard exprimait tout ce qu’elle aurait pu penser, et/ou devenir à cet instant précis. Un regard doux, des bras protecteurs, un sourire serein.
Ysyria prit sa fille dans ses bras. Elle la fixait de ses yeux rubis, son sourire se faisait de plus en plus bienveillant.
Plus rien ne comptait, le décor, l’espace, le cadre entourant la jeune mère et son enfant n’existaient plus. Elle était là, elle et sa fille. Ysyria et celle qui portera comme prénom… Sheza.



« MAMAAAAN ! » cria une petite fille aux longs cheveux roses.
Une silhouette féminine s’approcha de l’enfant à la mine boudeuse qui était assise dans un coin de la salle, salle qui devait être le salon. Légèrement recroquevillée sur elle-même, le regard vermeil, cette fois.

« Qu’est-ce qu’il y’a ma chérie ? » demanda la mère, en se mettant au niveau de l’enfant.
« Féline elle m’a mordue… » répondit la gamine d’un ton plaintif.
C’est alors que la jeune mère poussa un soupir et haussa les épaules en se relevant, et, tout en se dirigeant vers la cuisine, elle répétait, lasse, la même phrase :
« Les animaux ne sont pas des objets… »
La petite se releva, les poings serrés, le regard toujours vermeil et empli de rancœur. Elle s’écria : « J’ai joué avec elle ! J’ai tiré sur sa queue ! ».
« Sheza… Tiens toi tranquille. » insista la maman.
« Mais mômooooon… »
Ysyria ne répondit pas, Sheza avait compris et elle était allée s’occuper à faire autre chose
« Dehors, c’est nettement plus amusant… » pensait la petite, en percutant de son pied tous les cailloux qui se trouvaient sur son passage.
Les passants regardaient Sheza avec tendresse, ses yeux avaient quitté ce vermeil pour un rose plus doux, elle tirait la langue à chaque fois qu’on lui disait « Oh, la petite choute d’Ysyria et de Velonderiel. »
Cette remarque l’énervait, ainsi, elle n’existait que sous le titre d’Ysyria/Velonderiel ? N’avait-elle pas sa place en tant que Sheza ?
Ces questions philosophiques enfantines ne cessaient de tournoyer dans sa tête, c’était trop difficile d’obtenir une réponse, trop difficile pour une enfant de son âge… Alors elle laissa tomber et rebroussa chemin.
Devant elle, un disciple de Crâ d’environ la vingtaine. Les oreilles de la petite se dressèrent, et, tout en criant, elle courut rattraper le jeune homme.

« Papa ! »
Velonderiel se retourna, sourit, et se pencha pour prendre la petite dans ses bras et la faire tourner dans les airs. Sheza qui riait aux éclats fini par s’accrocher au cou de son père, en déclarant qu’elle avait le « tourniiiii ».
Ils rentrèrent ensemble, tout souriants. Ysyria vint les embrasser et gronda sa fille :
« Sortir sans prendre la permission est interdit Sheza ! »
Une fois le dos tourné, Sheza commença à imiter sa mère en exagérant ses manies ; Velonderiel essaya de se retenir, ne voulant pas offenser sa femme.

« A table ! »

Le repas se passa dans le calme. Sheza et son père sortirent ensuite, la petite voulant observer son père à l’entraînement. Quand Velonderiel rentra le soir, sa fille était endormie dans ses bras. Il monta pour la coucher dans sa chambre ; après l’avoir allongée, il s’assit au bord du lit et commença à caresser de son index la joue droite de l’Osamodas, en repensant à sa naissance.

Son regard commençait à se vider de toute trace d’émotions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheza



Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2009
Localisation : Dans son Sanctuaire.

Quelques informations...
Race: Osamodas
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: [BG] Sheza.   Lun 7 Déc - 1:08

« Non, ça ira, je vais très bien. » avait répété une voix d’un ton sec, en levant la main.
« D’accord… »

Ysyria se tenait derrière sa fille. Elle avait essayé de poser sa main sur l’épaule de celle-ci, mais elle l’en avait empêchée. Alors elle la reposa contre son cœur, baissa sa tête et ne laissa échapper aucun mot, aucun son. Elle avait tellement grandit…

Devant elle, une silhouette de jeune fille en pleine croissance, le cœur battant, même si, s’obstinant à serrer ses poings pour se débarrasser de ce sentiment, de cette chose qui ronge, doucement, doucement, et en profite.
Ayant plusieurs fois essayé de sortir un mot, elle trouvait le moyen de le refouler, voyant qu’elle allait soit craquer, soit parler de façon tremblante, et qui, de la même façon, pouvait confirmer les doutes de la mère : Sheza souffrait. Alors elle prit son temps, et fermant les yeux, se raclant la gorge, elle dit, sans pointe d’émotion dans le ton, aucune :


- Je sors faire un tour.

Ysyria était loin de se douter que ce tour, ce tour allait être celui qui allait la séparer de son enfant pour plusieurs semaines.

C’était la quatrième nuit sans elle, sans sa chair, la mère était assise, une table basse devant elle, sur laquelle étaient posés parchemins, plumes, et flacons d’encre, ainsi qu’une petite bougie. Elle finit par poser sa tête sur le meuble, et de l’ongle, commença à tapoter doucement, imitant les battements d’un cœur, d’un cœur étouffé. Les lueurs dominaient petit à petit l’obscurité de la chambre, éclairant ainsi les traits fatigués d’une femme laissant la vie lui reprendre tout ceux qu’elle avait aimés.

Son teint était beaucoup plus pâle, deux poches creuses s’étaient dessinées sous ses yeux gonflés et rougis par le fouet des évènements, le comble pour une Osamodas.

La valse des battements s’était arrêtée, elle se reprit, se releva, et saisit une plume. Et elle reprit ce qu’elle avait commencé : l’écriture.

Des mots fusaient, d’une part, d’autre, d’un commencement ou même d’une fin. Perpétuel cycle.
La bougie allait bientôt mettre un terme à sa vie, Ysyria s’arrêta alors, s’accouda à la table et posa son menton contre la paume de sa main fatiguée, observant la mort d’une… bougie.


- Tu te fais du mal pour éclairer d’autres qui ont mal aussi… Vraiment…

Elle continuait d’observer la progression, avant la mort, au fur et à mesure, les questions se traçaient, allant de la plus floue, à la plus précise, la plus tranchante, la plus directe, et c’est là que s’éteignit la bougie. Est-ce réellement ce qu’elle avait tant désiré ? Allait-elle bientôt quitter la vie, allait-elle la quitter seule ? Une femme réputée pour sa sagesse et son charisme allait avoir une fin aussi piteuse ?

L’Osamodas resta longtemps dans cette position, à regarder le noir, comme si, elle avait pu y tracer un semblant de vie … une lueur ?


- J’ai compris. On recommence à zéro, j’ai terminé, je recommence, est-ce en cela la signification d’une vie ? N’est-ce qu’un recommencement répétitif ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BG] Sheza.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Le Bosquet De Saoriandra-
Sauter vers: