AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Myrthe, histoire d'une nouvelle vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myrthe



Messages : 35
Date d'inscription : 24/09/2009

Quelques informations...
Race: Eniripsa
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
115/200  (115/200)

MessageSujet: [BG] Myrthe, histoire d'une nouvelle vie   Ven 1 Jan - 20:32

Un malheur est si vite arrivé… Aux autres, c’était normal, jusque là c’était toujours la réflexion que s’était faite Myrthe quand elle avait volé quelqu’un, détruit une famille, ou pris une vie… Le malheur, des autres, de préférence, ça, elle connaissait. C’était naturel, c’était comme ça. Alors quand elle avait grandi, elle s’était tout naturellement laissée enrôler dans les milices de Brâkmar, et était partie faire la chasse aux Bontariens tous les jours. C’était facile, il fallait le reconnaitre : le Dieu Iop l’avait dotée d’une force presque incontrôlable, et qui plus est, chaque combat l’animait d’une telle rage qu’en général ses adversaires mouraient de peur à sa seule vue avant même qu’elle ne les frappe. Cela était tellement facile que ça ne l’amusait même plus. Et comme elle n’y prenait plus de plaisir, sa haine redoublait.

La haine, oui, voilà bien ce qui caractérisait la Iopette… Quoiqu’elle fasse, où qu’elle aille, le bonheur autour d’elle, les rires, la joie, tout cela l’insupportait, elle ne pouvait s’empêcher de le comparer à sa propre vie. Et celle-ci était un tel échec que la déesse Eniripsa elle-même, toujours prompte à s’occuper de ce qui ne la regardait pas, était venue la trouver à l’aube de son trentième anniversaire.

Elle était apparue sournoisement alors que Myrthe s’apprêtait à donner le coup de grâce à un jeune serviteur de cette déesse, et cela l’avait tellement déstabilisée qu’elle avait laissé filer le petit soigneur. Naturellement, cela l’avait mise dans une rage folle, mais malgré toute sa colère et celle du Dieu qu’elle servait, à quoi aurait-il bien pu servir de se battre contre la Déesse Eniripsa elle-même ? Cette dernière, d’ailleurs, ne semblait pas impressionnée du tout, et pour bien le souligner, elle s’était assise en face de la Iopette en lui souriant tendrement. Exaspérée, Myrthe s’était plantée devant elle l’épée à la main.

« - QUOI !
- Huhu ! On ne t’a visiblement pas appris les bonnes manières jeune fille ! dit Eniripsa en souriant avec indulgence.
- On ne m’a rien appris du tout ! répondit Myrthe, le regard furieux.
- Il est peut-être grand temps… Tu sèmes une telle désolation autour de toi que je devrais en référer à ton Dieu pour qu’il te punisse lui-même plutôt que de venir te parler… »

La déesse soupira.

« - Mais en même temps, ta vie est un tel échec qu’il est à la fois attristant et touchant de te voir te débattre ainsi quotidiennement avec toi-même. J’ai envie de faire quelque chose pour toi…
- Disparaitre, par exemple ?
- Je te déconseille de le prendre sur ce ton, demoiselle… Je m’attendais bien à ce que tu n’accueilles pas ma proposition avec joie et je suis prête à employer les grands moyens.
- Vous ne m’avez fait aucune proposition ! »

Eniripsa se mit à rire en se cachant les lèvres d’une main.

« - Non en effet, et je ne compte pas t’en faire… C’était juste pour le principe. Tu as fait tant de mal autour de toi que je compte t’appliquer une sanction exemplaire, que tu le veuilles ou non. Et, en même temps et quoi que tu en penses, cette sanction sera aussi ta rédemption, et je te donne avec elle une occasion de te racheter !
- Mais j’en m’en fous moi de ta rédemption ! Laisse-moi donc vivre et mourir en paix !
- C’est un peu de ça dont il s’agit en effet… Et que tu le veuilles ou non, je vais tout de même t’expliquer ce pour quoi je suis venue, et quel va être ton châtiment. »

Myrthe éclata d’un rire plein de dédain.

« - Je ne pense pas pouvoir souffrir plus que j’ai souffert en cette vie. Mais je vous en prie, très chère, je vous écoute avec attention !
- Tu vas vite te rendre compte que tu peux souffrir un peu plus encore. Tout d’abord, je te prépare une mort abominable, très prochaine. Puis, quand tu renaîtras – car je te ferai renaître, c’est le but – tu seras maudite.
- Je l’ai toujours été, mourir ne me fait pas peur, et votre malédiction non plus ! »
Eniripsa ferma les yeux pour cacher la lueur qui y naissait et sourit pour elle-même.
« - Laisse-moi tout de même te parler de cette malédiction. Lorsque tu renaîtras, tu ne seras plus une Iopette. »
Myrthe haussa les épaules. Elle n’aurait pas aimé renaître Crâ, ou Feca, mais avait une certaine attirance pour les Sacrieurs, ou les Srams, par exemple.
« - Peu importe… »

Eniripsa sourit tout à fait.

« Peu importe ? Alors tu seras ravie d’apprendre que tu seras lors de ta renaissance l’une de mes servantes. »
La Iopette sursauta.
« - QUOI ?? Mais ! C’est absolument hors de question !! Les Eniripsas… Ils… Ils ne savent pas se battre ! Ils sont musclés comme des flancs aux pruneaux ! Ils ne savent pas se servir d’une épée, ni tenir un marteau… Non ! Vous ne pouvez pas me faire ça !
- Si. Je peux. Je trouve que renaître dans la classe que je gouverne, qui est essentiellement altruiste, te fera le plus grand bien ! Mais ce n’est pas tout…
- Oh mais c’est pas vrai ! Et comment ça peut être encore pire que ça ?
- C’est très simple : tu as vécu pendant trente années dans cette vie, je te laisse trente années pour te faire à l’autre. Mais pas n’importe comment : tu ne grandiras pas comme tout le monde. Jusqu’à ce que tu atteignes ta trentième année, ou à peu près, ton corps ne grandira que si tu fais de bonnes actions. Ensuite, au bout de trente ans, si tu es devenue quelqu’un de meilleur, tu continueras de vivre normalement, comme n’importe qui. Sinon, tu mourras, de nouveau, dans d’atroces souffrances.
- Eh ben ça promet…
- Oh, une dernière chose… Pendant ces trente années à venir, tu n’oublieras rien de ton ancienne vie, et tu auras toute ta tête, avec tes souvenirs et ta capacité de réflexion d’aujourd’hui, d’adulte. Ce qui veut dire…
- … que même bébé je n’aurai pas de répit…
- … et que tu devras faire des efforts dès ta naissance, oui.
- Là, je commence vraiment à regretter d’être venue au monde.
- Ne dis pas ça ! fit Eniripsa en souriant. Pas tout de suite en tout cas… »
Puis elle disparut avec un sourire énigmatique.


La nuit fut brève pour Myrthe, peuplée de drôles de rêves et de réflexions étranges. Mais, au matin, elle s’était reprise. Tout allait redevenir comme avant, même si elle mourait bientôt. Et de ça, elle n’avait pas peur.
Elle prépara ses affaires et partit, comme chaque matin, en campagne pour la Cité Noire.
Elle croisa un Osamodas qui câlinait un tofu, vision insupportable s’il en était. Une rage bouillante était revenue dans ses veines et elle fonça sur le jeune Osa en hurlant, l’épée à la main. Mais au moment de le frapper, elle se blessa cruellement le poing sur le bouclier de son adversaire.
Son épée avait disparu. En baissant les yeux, elle s’aperçut que ses bottes, aussi, avaient disparu. Ses anneaux, son casque, son propre bouclier, et même sa cape, son amulette et sa ceinture… Il ne lui restait plus rien. L’Osamodas en profita. Fidèle à son Dieu, il ne l’acheva même pas d’une bonne frappe du Craqueleur comme elle l’attendait, non… Arborant un sourire sadique, il invoqua… un bouftou. Celui-ci, sans crainte, s’approcha d’elle et, tout doucement, la dévora, alors qu’elle ne pouvait plus bouger, et que les coups qu’elle portait à l’animal semblaient ne rien lui faire.
La douleur fut atroce et dura très longtemps. Des Bontariens avaient commencé à s’attrouper autour d’elle, ameutés par le disciple d’Osamodas, et regardaient en riant la fière Brâkmarienne qu’elle était hier se faire dévorer les ailes aujourd’hui par un animal a priori inoffensif. Elle avait mal, et pour la première fois, elle se mit à pleurer, non pas de rage, mais de honte face à l’humiliation qu’une telle mort représentait. Eniripsa n’avait pas menti : jamais elle n’aurait pensé autant souffrir, moralement et physiquement.


Lorsque, enfin, son âme s’envola pour rejoindre l’autre monde, elle recroisa la déesse des soigneurs, qui lui souriait gentiment. Elle lui tourna le dos.

« - J’ai pitié de toi, ma pauvre enfant… »

Myrthe ne répondit pas.

« - Je conçois qu’une telle fin soit difficile, mais que veux-tu, tu l’as bien mérité ! Prête pour ta nouvelle vie ? »
Myrthe gardait un silence obstiné. Eniripsa elle-même commença à se demander si, finalement, elle n’en avait pas trop fait.
« - Ecoute ! J’ai quelque chose à te proposer qui pourra peut-être te réconforter un peu. Y avait-il quelque chose dans ton ancienne vie que tu aimerais garder dans la nouvelle ? Un genre de souvenir ?
- Tout a disparu ! hurla Myrthe.
- Pauvre enfant… Je ne parlais pas de tes possessions matérielles… Tu n’avais donc pas quelque chose à quoi tu tenais ? Un familier, le souvenir d’un ami, quelque chose comme cela ? »
Myrthe réfléchit à toute vitesse. Finalement, elle avait peur d’affronter seule la nouvelle vie qui l’attendait.
« - J’avais bien un… genre de compagnon oui… Il ne parlait pas mais bon, il me tenait compagnie au moins… C’est…
- Ouiiii ? »

Myrthe hésita. Elle l’avait tellement maltraité… Elle murmura aussi bas que possible.

« - C’est un petit Fotome.
- Malheureusement, c’est un être vivant, enfin, si l’on peut dire… Je ne peux pas le tuer pour ton bon plaisir !
- Oh, rassurez-vous, je pense qu’il est mort en même temps que moi, dévoré par le même bouftou… Je ne m’en occupais pas très bien vous comprenez… »

Eniripsa lui lança un regard désapprobateur.

« - Bon… Dans ce cas, et s’il le désire, il pourra te suivre dans ta nouvelle vie.
- Ce serait une immense consolation pour moi… »

Myrthe avait des larmes dans la voix. Pour la première fois, elle avait peur du lendemain et se sentait faible et démunie. Elle était morte tuée par un bouftou… Jamais elle n’aurait pu penser qu’une telle chose arriverait, et maintenant qu’elle l’avait vécu, toutes ses certitudes s’étaient envolées. Elle en venait même à craindre d’apprécier en fin de compte le statut de disciple d’Eniripsa. La déesse la regarda d’un air attendri. Puis, prenant son âme par la main, et celle du petit Fotome, qui avait accepté malgré tout de bon cœur de suivre Myrthe, elle les envoya dans un trou noir et sans fond.

« - Allez, jeune fille ! L’heure de la renaissance a sonné ! »


* * * * *


Le début de sa nouvelle vie n’avait pas été facile. Il lui avait fallu trois ans pour faire ses premiers pas et quitter son berceau : en effet, le statut de nourrisson avait fait renaître la haine en elle, et elle ne supportait pas ses « parents », des disciples d’Eniripsa qui s’émerveillaient d’avoir une petite fille « anormale », et qui ne grandissait pas. Il lui avait fallu trois ans pour faire son premier sourire, et enfin se débarrasser un tout petit peu de la malédiction. Quand elle avait senti sa première dent percer, deux ans après, elle avait su qu’elle était sur la bonne voie.
Elle avait donc fait des efforts pour s’intéresser à ses parents, et, finalement, elle ne les avait pas trouvés si mal. Alors elle avait grandi. Ils la comblaient d’amour, un sentiment qu’elle n’avait jamais connu auparavant, et même si au début cela lui avait donné la nausée, elle s’y était faite, et avait fini par leur en donner aussi, si tant était qu’elle en fut capable. Et son corps, qui était resté si longtemps celui d’un bébé, en quelques mois avait pris l’apparence et les formes de la fillette de trois ans qu’elle aurait dû être. Tout heureux, ses parents lui avaient offert le Fotome, qu’ils avaient trouvé « par hasard ». Son bonheur fut immense. Elle atteignit en quelques jours la taille d’une enfant de 5 ans.


Et aujourd’hui cela faisait dix ans. Dix longues années que Myrthe avait été réincarnée en Eniripsa. Ses ailes étaient toute noires, « de la couleur de ton âme ! » avait dit la déesse, et comme de toute façon elle aimait cette couleur, elle s’en habillait aussi quotidiennement. Son petit Fotome, même s’il était désormais totalement inutile en combat, la suivait partout. Il se souvenait de tout, lui aussi, mais n’en tenait pas rigueur à la petite fille qu’elle était redevenue. Il semblait, au contraire, comprendre ses tourments, et puis, il avait tout subi à ses côtés dans son ancienne vie, et quelque part elle lui en était reconnaissante. Aussi le traitait-elle désormais avec les plus grands égards. Elle ne doutait pas d’ailleurs que si elle avait une taille normale pour la fillette de dix ans qu’elle était, elle le devait avant tout à son Fotome. Il était son seul compagnon et comme elle était désormais d’une gentillesse extrême avec lui, elle supposait que cela seulement la faisait grandir. Elle lui ouvrait d’ailleurs son cœur comme elle l’aurait fait à un être humain… si elle avait eu des amis.

Seulement voilà, il lui était toujours impossible de s’en faire. Non seulement elle gardait en elle ce fond de méchanceté qui la caractérisait, mais en plus elle avait toujours ses pensées d’adulte, alors que son corps était celui d’une petite fille. Les enfants de « son » âge ne l’intéressaient donc pas. Une fois ou deux, elle s’était forcée à jouer avec eux, mais très vite leurs enfantillages l’agaçaient. Elle restait donc toujours dans son coin et faisait peur à tous, ce qui lui importait peu au demeurant. Cependant un tout autre problème occupait ses pensées. Elle avait en effet remarqué que, depuis quelques temps, elle ne grandissait plus. Alors que tous les autres enfants de son âge poussaient comme des champignons, Myrthe, elle, stagnait. Cela la remplissait de crainte pour l’avenir – resterait-elle donc toujours l’enfant de dix ans qu’elle était ? – et l’amertume commençait à renaître dans son cœur.

Or, elle ne doutait pas un instant que la raison pour laquelle son corps était désormais bloqué était bien, justement, qu’elle ne s’était fait aucun ami. Comme en dehors de ses parents et de son Fotome, elle n’aimait personne et ne côtoyait personne, elle comprenait intuitivement que cela agissait de manière négative sur sa croissance. Mais elle n’y pouvait rien : elle ne parvenait pas à supporter les autres enfants, elle qui avait environ quarante ans d’âge mental. Elle prit alors une décision qui ne lui ressemblait pas. Nécessité fait loi, comme on dit, et la nécessité pour elle était de grandir, rapidement si possible. Elle quitta donc ses parents un beau matin après moult embrassades larmoyantes et recommandations d’usage pour se faire sa place dans le monde. L’idée pour elle était surtout de trouver un groupe d’amis, adultes de préférence, qui ne la traiteraient pas en enfant et auraient des sujets de conversation plus intéressants que les enfants de son âge apparent. Certes, elle savait au fond d’elle qu’elle en demandait beaucoup, et que sa quête serait sûrement vaine. Mais comme disait son père, « qui ne tente rien n’a rien ! » et après tout, le monde était si vaste qu’il devait bien exister quelque part quelqu’un qui correspondait à ce qu’elle espérait ! Elle était prête à tout pour continuer à grandir, y compris à aller chercher des amis au fin fond de la jungle de Moon.

Le Fotome flottant à ses côtés, elle avait donc parcouru tout ce qui lui était accessible d’Amakna à la recherche d’amis. Mais elle se rendit compte de quelque chose de nouveau pour elle, qui ne l’avait jamais atteinte dans son ancienne vie parce qu’elle ne connaissait personne : les adultes, pour la plupart, ne valaient pas mieux que des enfants. La majorité d’entre eux avait de graves problèmes de diction, et, comme ils ne parvenaient pas à se faire comprendre, la plupart de leurs phrases se terminaient par des insultes, témoignage bouleversant de leur incapacité à communiquer avec autrui. Et, souvent, ils se battaient les uns contre les autres non parce qu’ils étaient soutenus par une haine sans faille, comme elle autrefois, mais juste pour marquer leur territoire, prouver qu’ils étaient les plus forts, qu’ils pouvaient écraser les faibles… comme des animaux somme toute. Myrthe, pour la première fois, ressentit de la pitié, une pitié saine, pas la pitié méprisante d’autrefois. Tous ces gens lui faisaient mal au cœur, car quelque part elle se disait qu’avec moins de chance, elle aurait pu être l’une d’entre eux.


Pendant la petite année qu’elle passa ainsi, elle put constater que ses sentiments humains pour les gens avaient permis à ses seins de commencer à pousser. Ils formaient maintenant deux petites bosses pas plus grosses que des œufs de tofus, mais elle ne se lassait pas de regarder grandir ce témoignage d’une possible fin de ses souffrances. Encore quelques années à ce rythme-là, et elle aurait retrouvé un corps d’adulte, ou presque. Elle avait quasiment abandonné son projet de trouver des amis, ne rencontrant personne qui lui paraisse digne d’intérêt, mais au bout d’un certain temps, elle dut admettre que les deux petites bosses refusaient de se développer plus. Elle remit donc sa solitude en question et décidé d’explorer plus avant les terres amaknéennes.

Elle commença par Bonta, cela lui semblait correspondre à ce que désirait Eniripsa, et Myrthe ne voulait en cet instant que lui plaire. Mais, là aussi, elle se rendit compte que ces gens qui soi-disant représentaient le bien, face au mal que représentait Brâkmar, étaient loin d’être tous bons. Nombre de représentants des milices bontariennes, les ailes à plumes blanches flottant au vent, n’avaient rien à envier à leurs opposants brâkmariens pour ce qui était de la violence. Une guerre, d’ailleurs, n’aurait pas dû être justifiable pour des partisans du bien, se disait-elle. Et puis, elle reconnut parmi la foule de neutres qui se pressaient aux hôtels de vente quelques uns des serviteurs de ses anciens alliés brâkmariens, et elle se souvint combien la vie était chère à Brâkmar, et combien il était facile d’y mourir de faim. Tout cela parce que quelques riches Bontariens avaient réussi à concentrer les richesses, et on ne savait comment, à installer durablement le gros du commerce de tout Amakna dans leur capitale. Cette injustice, pourtant, ne semblait pas peser aux yeux des négociants de la ville du « bien », qui au contraire se gaussaient d’affamer Brâkmar et de s’en mettre plein les poches. Elle se demanda si cela était bien moral, et ses premières règles apparurent, comme pour confirmer son intuition. Non, naturellement, cela ne l’était pas. Et cette ville n’était pas la ville du bien comme elle le prétendait, mais celle de l’hypocrisie la plus élémentaire, et d’un égoïsme sans partage. Elle quitta Bonta.


* * * * *


Ses pas la menèrent tout naturellement dans la Cité Noire, Brâkmar, la grande rivale de Bonta. Même si elle avait pensé initialement que la déesse Eniripsa serait froissée qu’elle rejoigne la ville obscure, elle n’avait eu de cesse d’y repenser secrètement. Elle y avait passé de si nombreuses années !

Elle arriva devant les larges portes de Brâkmar au beau milieu de la journée mais, comme d’habitude, une nuit perpétuelle entourait de son sombre manteau les ruelles de la cité. Les gardes la laissèrent passer sans faire attention à elle – après tout, elle n’était pas considérée comme une ennemie – et elle eut un petit pincement au cœur en repensant à l’époque où ils s’inclinaient devant elle lorsqu’elle revenait de campagne, glorieuse, ses larges ailes rouges déployées, couverte du sang de ses ennemis. Elle traversa malgré tout le pont avec excitation. Finalement, voilà une chose qui avait compté pour elle dans son ancienne vie : Brâkmar, et tous les souvenirs s’y rattachant. Cela faisait quinze ans maintenant qu’elle n’y avait pas remis les pieds, depuis ce funeste matin où elle avait quitté sa maison pour ne plus y revenir. Elle franchit la porte et inspira un grand coup. Elle reconnut immédiatement l’odeur si caractéristique de la Cité Noire. C’était bien là, elle était chez elle. Son cœur battait à tout rompre. Elle se promena un instant dans les ruelles mal éclairées, heureuse comme rarement elle l’avait été. Elle eut un nouveau pincement au cœur lorsqu’elle passa devant son ancienne maison et constata que celle-ci était désormais habitée par d’autres personnes. Puis elle décida que finalement cela n’avait pas d’importance puisqu’elle avait une nouvelle vie devant elle.
Ne sachant trop où aller, les rues de Brâkmar étant nettement moins animées que celles de Bonta, elle se rendit à la milice. Et comme elle avait beaucoup marché, elle se roula en boule dans un coin et prit seulement plaisir à rester là quelques heures, sans rien dire, tantôt dormant, tantôt écoutant les gens ou les regardant se défier les uns les autres.

Mais, alors qu’elle était en train de s’assoupir une énième fois, elle entendit une conversation qui attira son attention.

Une Iopette aux grandes ailes rouges, qui lui faisait penser à elle autrefois, était assise en face d’un Sacrieur, et parlait de la déesse qu’elle révérait, et de sa guilde, qui en avait instauré le culte. Une certaine Mystra, et un certain « Ordre des Chevaliers de Mystra », comme l’indiquait son blason.
La Iopette s’exprimait dans un bel amaknéen classique, tout comme le Sacrieur qui était en face d’elle. Celui-ci, bien que portant le blason d’une autre guilde, semblait tenté de le quitter pour adopter celui de la Iopette, même si l’on pouvait se demander si cela aurait réellement été par attachement à Mystra, ou seulement pour séduire son interlocutrice.
En tout cas, il lui demanda de nombreux renseignements, dont Myrthe prit note consciencieusement dans sa petite tête.
La jeune femme disait notamment au Sacrieur que sa guilde ne recrutait pas n’importe qui, mais seulement des gens qui n’étaient pas touchés par la maladie appelée « bworkitude ». « C’était donc ça ! » pensa Myrthe. Au contraire, ils la combattaient.
De même, le combat était secondaire à leurs yeux, et la puissance de leurs co-guildés leur importait peu tant que ceux-ci étaient agréables à vivre. Myrthe se racla la gorge. Il faudrait qu’elle fasse de sérieux efforts pour être ne serait-ce que « passable à vivre ». Mais peut-être que ça valait la peine d’essayer.
La Iopette dit aussi que Mystra était la déesse de la sieste, et qu’elle gardait le repos de tous. Le Sacrieur lui demanda si c’était là une déesse bien puissante, et la Iopette lui posa une question pour toute réponse : quoi de plus irrésistible qu’une bonne sieste au pied d’un chêne dans l’herbe fraîchement coupée, un bel après-midi de printemps ou d’été, lorsque le soleil réchauffe les terres d’Amakna ? Même le plus fort des guerriers ne résistait pas à cela !

L’argument finit de convaincre totalement Myrthe. Elle nota discrètement l’adresse de la taverne où il fallait se présenter pour postuler lorsque la Iopette la communiqua au Sacrieur, et se promit d’aller y faire un tour rapidement.

_________________
Myrthe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BG] Myrthe, histoire d'une nouvelle vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [chacha & Betty] Une histoire d'amour (nouvelle fantastique)
» L'effroyable tragédie : Une nouvelle histoire de la campagne de Russie
» Preview ONI (nouvelle armée AT43)
» Palmiatis : Nouvelle histoire + images de Leïssa Kaylnor Page 7
» [HISTOIRE] Nouvelle d'un corbeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Le Bosquet De Saoriandra-
Sauter vers: