AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le papillon bleu, celui avec une queue de chat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daclusia



Messages : 92
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 24
Localisation : Où tu veux que je sois...?

Quelques informations...
Race: Félin félé
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
86/200  (86/200)

MessageSujet: Le papillon bleu, celui avec une queue de chat   Mar 9 Fév - 14:03

Prénom: Dakh' Kuluh' Zyia, dit Daclusia

Nom: Kaäha'Leéosse, dit Kaleos

Quelques infos:
Disciple d'écaflip, du moins par le physique, de sexe masculin, né le jour de la saint ballotin.

Signes particuliers:
Ses yeux bleus électriques, d'où parfois un œil attentif verra s'échapper des flammèches bleues ou de petits éclairs, qui changent de couleur suivant son humeur, le tatouage dans son dos, représentant soit disant un papillon et un sablier, et les nombreuses cicatrices qu'il arbore au niveau des avants bras, ainsi que sur la poitrine, au niveau du cœur.

Sur le plan physique:
Le pelage marron chocolat, dans les un mètre soixante-quinze, le ventre partagé entre l'exercice quotidien et le goût pour les pâtisseries, Daclusia n'est pas le genre de personne à se faire remarquer. Souvent dans les coins sombres, et portant des haillons sombres, entre beige et noir, en tant que pantalon large et cape-foulard, les seules tâches de couleurs de cette écaflip sont ses yeux bleus, et son écharpe rapiécée de même couleur.
Malgré tout, on devine une musculature développée mais légère quand ses bras se dévoilent, et quand on regarde la dextérité de ses mains, lorsqu'il est agité de ses nombreux tics, ainsi que les nombreuses cicatrices balafrant ses avant-bras et ses griffes acérées, on comprend qu'il est une ombre à ne pas déranger.
Cependant, les expressions haineuses ne sont que rarement de passage sur son visage, ne dévoilant aux autres que sourires et grimaces, et ses grandes prunelles ne se plissent que d'étonnement, de curiosité, ou de l'air joueur qui caractérise sa nature d'écaflip.

sur le plan psychique:
Si on pouvait voir les âmes en tant que gerbes de flammes bleues, celle-ci formerait un trop grand contraste avec ce corps pour qu'on l'y croit associée. Épanoui, libre et vif, cet esprit là est une turbine en perpétuel mouvement, une roue qui ne s'arrête de tourner, analysant chaque détail de ce qui l'entoure, inconsciemment, mais bien trop vite et fort pour qu'on puisse comprendre quoi que ce soit. Un poids autant qu'un don de la nature, cette cervelle dont est doté Daclusia lui fait réfléchir le monde, en continue, n'ayant de répit qu'une fois chaque chose analysée et comprise d'une manière à ce qu'il se l'approprie. Si on lui donne un rocher, et qu'il dit que c'est un bouftou, alors ne cherchez pas. C'est un bouftou. Mais si quelqu'un vient lui dire que c'est un tofu, alors c'est aussi un tofu.

Les conséquences? Si on y regarde du bon côté, il est incroyablement vif d'esprit, et très ouvert, acceptant toute vérité, la sienne et celle d'autrui est réalité, en plus d'être pourvu d'une imagination débordante et fourmillante, bien qu'un peu farfelue aux yeux du commun des mortels. Imagination qu'il tente de coucher, bon gré mal gré, sur le papier, par le dessin ou l'écrit.
Si on y regarde du mauvais côté, il est incroyablement isolé, la plupart des gens le prenant de haut car "fou", ou, à cause de certains de ses propos, hérétique, et qui plus est il est dur à suivre, et parfois trop imposant car partant dans ses divagations sans pouvoir s'en décrocher.

Hérétique... En effet, à partir du moment où on arrête de croire aux dieux, on en est sans doute un aux yeux de leurs suivants.

Extrêmement paradoxal, il n'est plus à deux contradictions près, acceptant une vérité et son contraire, mais également dans sa personnalité; certains disent de lui qu'il est bipolaire, passant du rire aux larmes, et des larmes aux hurlements, de l'un à l'autre sans prévenir et sans raison. Dans la liste des exemples, on peut aussi noter qu'il est aussi dépendant aux autres qu'il les hait, qu'il est très tactile dans son affection, malgré le fait qu'il privilégie le mental au physique, autant en général que dans le jugement qu'il porte à l'autre, et qu'il est aussi logique dans sa façon d'être qu'il est irréfléchi, agissant et parlant instinctivement, sans y réfléchir consciemment outre mesure. La liste est longue, et jamais exhaustive pour plus de quelques secondes...

Aime: dessiner, lire, être en bonne compagnie, danser avec sa lame et avec un adversaire, les grands espaces, le vent, rêver, les feux de cheminée, les chachats, le chocolat, les sucreries, le chaos, faire des calins aux autres, l'amour, embêter Gemna, jouter verbalement avec Niabea sur la métaphysique, taquiner Elrawen, empêcher Pantomine de faire des bêtises, toutes les choses faites avec cœur et passion, les gens qui concentrent le Wakfu en grande quantité, les Mystras... Mystra elle même? Chais pas... Peut être...

N'aime pas: les dieux, les fanatiques, les bworks, les types trop carrés, les dictateurs, les légumes, les fruits, l'alcool, les chienchiens, l'esclavage, la guerre, les conservateurs, les prisons, la garde, Brâkmar, Bonta, les Nephtys, le sang, la mort, la perte d'un être proche, la haine, les gens, les préjugés, les roux, les kikoos, les émos, les punks, les gothiques, les fashions, ceux qui disent "mazette" et ceux qui boivent du granola, la stase, les ânes bâtés, les langues de bois, ceux qui n'assument pas leurs actes, ceux qui sont trop sérieux, les regrets, la dose qui fait le poison, l'eau qui fait déborder le vase...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kayrmyth.deviantart.com
Daclusia



Messages : 92
Date d'inscription : 17/12/2008
Age : 24
Localisation : Où tu veux que je sois...?

Quelques informations...
Race: Félin félé
Guilde: Ordre des Chevaliers de Mystra
Cercle de Puissance:
86/200  (86/200)

MessageSujet: Re: Le papillon bleu, celui avec une queue de chat   Mar 9 Fév - 16:43

Bien peu connaissaient le passé de l'écaflip au sein des Mystras. Et à l'extérieur, encore moins. Il n'en avait jamais parlé, à personne. Par peur? Par méfiance? Non... Simplement... Par honte.

" Tu sais... Je ne considère que peu de choses comme des pêchés. Le regret est l'une d'entre elles. "

Il avait tourné la page. Prit un nouveau départ. Voilà ce qu'il racontait. "Je suis un homme nouveau, je ne veux plus rien entendre de mon passé".

" Mais tu sais... Au fond, je suis humain. J'ai des regrets. Et encore du mal à les oublier. Ou peut être, justement, parce que j'essaie de les oublier. "

C'est en Belomen, plus qu'en aucun membre des Mystras, que Daclusia accordait sa confiance. Il ne faut pas chercher à comprendre pourquoi, ou comment... Le fait est qu'il lui fait confiance. Et par cette soirée de Javian, accoudé à la fenêtre de la taverne, il avait décidé de lui confier un peu de son passé. L'air était frais. La brise légère. Et la lune se reflétait, disque d'ivoire au milieu des flots noirs, dans le port pour une fois vide de toute embarcation.

" Tu es libre d'en penser ce que tu veux... D'en tirer tes propres conclusions, et d'en parler, si ça te fait plaisir. Je sens juste que j'ai besoin de parler. Que tu m'écoutes ou pas, j'ai juste envie d'être entendu. "

Je suis le fils d'un cuisinier d'une contrée à l'ouest, bien au delà des océans, au delà, même, de l'île d'Otomaï. J'aurais pu rester là bas, ma famille était aisée, et faire des études pour devenir un lettré diplômé ne m'aurait pas posé de problèmes... Mais les choses n'ont pas été ainsi. Depuis tout jeune, ma déviance me vaut d'être qualifié de fou, et d'être mis à l'écart. Et malgré les encouragements que me donnait ma mère, le tout sonnait faux. Je ne me sentais pas à ma place. Et l'avenir me donna raison.

Ma folie, comme on l'appelle, je l'ai hérité de ma mère. Et mon père, trop normal, nous voyait, moi et elle, d'un mauvais œil. Je ne sais même pas pourquoi ils se sont mit ensembles en premier lieu...


L'écaflip laisse s'échapper un rire, et marque une pause en fixant un poisson bondir hors de l'eau. Dans ses yeux bleus d'éclair, on pouvait voir de l'amertume mêlé à l'ironie de la situation.

Lui, c'était un grand et fier Iop, au sang de bwork, imbu de lui même et trop fier pour admettre ses erreurs, ou pour reconnaître ses défauts.
Elle, c'était une Osamodas, douée pour tenir les rennes de l'affaire familiale, mais traitant ceux sous ses directives avec douceur et compréhension.
La paire était déjà dépareillée quand on sait que tous les deux menaient une lutte de pouvoir qui n'allait que dans un sens. Lui à prendre toujours plus d'importance, prétextant que ma mère en avait trop, alors qu'elle la lui donnait sans broncher. Au final, c'est ça qui a perdu l'affaire. Elle a tiré trop tard la sonnette d'alarme.

S'en est suivit une période maussade où l'amour n'existait plus, me laissant perdu dans ce conflit, en plein milieu de l'adolescence, avec une petite sœur que je n'arrivais pas à reconnaître, et des parents qui me semblaient inconnus.
Ce qui a du arriver arriva, et quand la soupape explosa... Disons que mon père a eu le geste de trop, et qu'il a réveillé toute la colère refoulée de ma génitrice. Ce fut un vrai massacre. Bien que plus faible que lui, ma mère semblait habitée de quelque chose d'animal, faisant voler ses mains comme des griffes qui ne frappaient que pour faire couler le sang. Il l'acheva en l'empalant sur sa lame, la laissant au sol, dénuée de toute vie, avant de succomber quelques minutes plus tard à ses blessures, le dernier regard qu'il m'ait jeté ayant été un regard de mépris.


Il s'arrêta, frissonnant, et entoura de ses bras ses genoux repliés. Il soupira, les souvenirs procurés par cette mémoire qu'il voulait disparue lui tenaillant le cœur.


" Ça va aller... C'est juste que... J'avais enterré tout ça si profondément... Je raconte des souvenirs, mais j'ai l'impression de les découvrir pour la première fois à mesure qu'ils sortent de ma bouche...

La suite, tu la devines. Pris de panique, j'ai fuit. J'avais assisté à toute la scène, et ça a achevé de briser mon esprit déjà torturé. Je suppose que là bas, on croit toujours que je suis l'assassin de mes parents...
Après ça, j'ai tenté de fuir par bateau. On devait voyager jusqu'à une île proche, mais malheureusement une tempête nous a surprit. Le bateau a fait naufrage, et je me suis retrouvé seul sur une île déserte. Perdu, je survivais plus par instinct que par volonté propre, trop sensible pour vivre, mais trop sensible pour partir. J'ai été retrouvé par un navire d'explorateurs Amaknéens après 3 ans de réclusion totale, avant d'être déposé à Madrestam en 635. J'avais 16 ans à l'époque.

À partir de là... J'ai survécu tant bien que mal en faisant des petits boulots par ci par là. Le phénomène bwork était en pleine éclosion, et j'ai malheureusement été entraîné par celui ci. J'avais eu le temps de réfléchir pendant ces trois années d'isolement, mais tout à fondu en quelques jours. J'avais réfléchi à la vie, à la mienne mais aussi celle des autres, et j'avais pris conscience de ce à quoi j'avais assisté lors du combat de mes parents.


" Mon père avait déclenché la colère d'un dragon. "

Devant l'air interrogateur et dubitatif de son ami, Daclusia n'émit qu'un petit rire nerveux, et sortit une carte de son paquet personnel. Un as de trèfle.
Murmurant des choses incompréhensibles, dans une langue inconnue à Belomen, et à forpriori tout Amakna, il enflamma celle-ci, d'une flamme d'un bleu pur, qui, étrangement, ne brûlait pas le bout de papier carton. Elle se contentait d'éclairer, hésitante, sur un rayon de quelques centimètres, diffusant une chaleur à peine perceptible pour le corps, une chaleur réchauffant le cœur, dans toute la pièce, et un peu au dehors.


" Laisses... C'est pas grave... "

Comme je te le disais, tout ça, je l'avais perdu. Je ne m'exprimais plus que par dé mo 1conpréencibl, et je devenais égoïste, hautain, mégalomane... La suite, tu la connais.

En effet, il la connaissait, et bien même. Ainsi que quelques autres Mystras. A l'époque, l'affaire avait fait du bruit, vite étouffé par les différents gouvernements.
Il avait passé un pacte avec un démon, acquérant une grande puissance, mais également un parasite qui dévorait peu à peu son cœur et son corps. Sa colère, qui surgissait souvent, provoquait désolation et discorde partout où il passait. A tel point... Qu'il avait réuni quelques uns des criminels les plus recherchés d'Amakna, et avait monté une organisation, digne héritière des roublards, qui avait pour but de renverser l'ordre établi, et de prendre possession du pouvoir.
Les paroles qu'il prononçait à l'époque résonnaient encore dans le crâne de l'écaflip:


" Mes frères! Ils nous ont trahis! Ils nous ont rejeté! Ils nous ont fait étrangers à notre propre terre! C'est une vengeance, qui les conduira tout droit en enfer! "

" Nous sommes des Parias. Un jour, on se vengera. "

" Pourquoi je fais tout ça? Le monde a besoin d'un bon coup de pied au cul. "


Au final, tout ça n'avait été qu'un pétard mouillé, mais qui, même sans faire de mal, avait fait beaucoup de bruit. Mais au bout du compte, quand il avait tué ceux qu'il considérait jadis comme ses amis, membres d'une caravane sans nom guidée par un Mouchoir...

Rien que se rappeler cette nuit de carnage fit passer un éclair rouge à travers le regard du félin. Une fois le sang coulé, le démon apaisé... Il était redevenu lui. Il était redevenu lui, et il avait compris une chose: ce démon, ce n'était rien d'autre que lui. Lui même, qui s'était laissé allé à ses plus bas instincts.
Utilisant la puissance qui lui restait, il se scinda en deux. Deux entités, le créateur et le destructeur, qui n'était autre que les deux facettes de son lui. Ymir et Loki.

Leur histoire... Est ce qu'elle est. Ce qui importe, c'est qu'une fois réunis, Daclusia revint des morts. Il était redevenu complet, avait créé un équilibre entre sa discorde et sa stase, son bien et son mal, sa haine et son amour. Lui même. Et après ça, il avait disparu... Pendant quelques mois, avant d'apparaître, comme par magie, dans cette demeure qui était encore aujourd'hui la sienne, la taverne des Mystras.


" Voilà... Pour ce que je peux te raconter... Avec les détails de ce qui s'était passé lors de ma folie destructrice... Et avant. Il y a autre chose... Mais je ne sais pas si je peux en parler. Je ne sais pas si on me prendra pour un fou ici aussi... Ou si ce qui s'est produit par le passé se reproduise. Je ne parle pas de mon passage possédé par moi même, où j'ai semé mort et malheur... Je parle... De la colère d'un dragon... "

Ces mots prononcés, les yeux de l'écaflip luirent bien plus puissamment qu'à l'habitude, alors qu'il fixait ce que le vent faisait voler au dessus des quais. Un papillon bleu, luminescent, dont la simple vue projetait dans l'esprit de qui le fixait le hurlement d'une de ces créature dont les œufs attirent aujourd'hui tant de convoitise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kayrmyth.deviantart.com
 
Le papillon bleu, celui avec une queue de chat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résumé de BG] Néadhora Chantesoleil
» Lucky Le Chien Roux comme Roy vient vous faire rire 8D[validé]
» Look into my eyes [Julian] TERMINÉ
» Peinture et association de couleur
» Entraînement de Quidditch n°2 - Celui avec les vraies règles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Qui Sommes Nous ?-
Sauter vers: