AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yriane Jaya fait tomber le Masque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yriane Jaya



Messages : 4
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 29
Localisation : Île de Moon ou de Frigost

Quelques informations...
Race: Zobale
Guilde: Mystra
Cercle de Puissance:
147/200  (147/200)

MessageSujet: Yriane Jaya fait tomber le Masque   Mar 22 Fév - 23:36

Jeunesse...

La vie était belle. Vraiment.

Depuis sa naissance, elle avait toujours été choyée. Dernière née de la célèbre famille Jaya, elle avait grandi avec la culture et la richesse pour compagnes, et n'avait jamais manqué de rien. Et, comme si ça n'avait pas été suffisant, elle était très belle et pourvue d'une intelligence vive.

Ses parents, grands-parents, oncles et tantes, frères et soeurs, cousins et cousines, vivaient tous du même commerce : marchands, collectionneurs, antiquaires ou aventuriers, les uns prenaient le large à la recherche d'objets précieux, les autres les revendaient lors de ventes aux enchères ou dans les boutiques d'antiquités des membres de la famille.
Mais tous, absolument tous, avaient en commun une passion immodérée pour les masques. Objets de désir et de mystère, objets de convoitise, tous les membres de la famille Jaya en étaient fous.

12 ans...

Le jour de son douzième anniversaire, ses connaissances étant devenues suffisantes pour qu'elle participe enfin aux activités de sa famille, Yriane reçut son premier masque en cadeau. Un masque tout simple, celui de sa classe, qui prouvait au monde qu'elle était une zobale. Toute la famille avait été là pour l'applaudir quand elle l'avait reçu. Autant qu'une zobale, elle était désormais une Jaya à part entière.

Après quelques années passées à se perfectionner dans la connaissance des différents types d'artefacts existant, à aider ses oncles et tantes au cours des ventes aux enchères ou dans leurs boutiques, elle put réaliser son rêve et partir à l'aventure.

Elle commença par explorer la baie de Sufokia. Cette presqu'île lui apporta ses premières trouvailles et ses premières expériences de fouilles efficaces. Après deux ans de cette vie, la communauté zobale l'autorisa à porter le masque du pleutre, deuxième grande distinction après le masque de classe.

Lorsque les coins et recoins de Sufokia n'eurent plus de secret pour elle, elle décida de rejoindre l'une de ses cousines sur l'île d'Otomai. Elle y apprit d'autres techniques pour récupérer des objets rares, coraux et pierres précieuses. Elle rencontra même Otomai lui-même, dont elle apprit beaucoup sur la faune et la flore du monde des Douze. Et, ultime récompense, elle fut autorisée à porter le masque du psychopathe.

Au bout de trois ans à farfouiller jusque dans la tourbe de l'île, elle se sentit prête à s'attaquer à l'endroit au monde qui regorgeait le plus d'artefacts susceptibles de l'intéresser : l'île de Moon.

20 ans...

Elle y rejoignit l'un de ses frères, qui y faisait des fouilles depuis plusieurs années et connaissait bien les tribus de la jungle. Très vite, il l'y emmena, et ensemble ils récupérèrent auprès des Kanniboules de nombreux masques d'une rareté et d'une beauté époustouflantes. Yriane en était à ce point obsédée que, les premiers temps, elle se relevait la nuit pour aller en admirer la complexité en silence, les caressant du bout des doigts en espérant en percer les mystères... Cela lui passa au bout d'un moment, mais la découverte d'un nouveau masque suscita pour toujours chez elle une émotion intense, et un respect religieux.

La jeune zobale se lia vite d'amitié avec les Kanniboules, bien qu'elle ne partageât pas leurs goûts alimentaires. Et, régulièrement, elle revenait les bras chargés de cadeaux, dont elle gardait les plus précieux et revendait les plus simples, accroissant ainsi l'influence de sa famille et sa fortune personnelle.

Mais la routine vint bientôt ternir ses journées, et son goût de l'aventure la poussa à partir pour d'autres horizons. Aussi, lorsque l'on entendit parler de l'île de Frigost pour la première fois, elle décida d'y partir immédiatement pour en découvrir les trésors. Et comme elle et son frère s'adoraient, elle réussit à le convaincre de l'accompagner.

La mort d'Yriane...

Ils passèrent leurs premières semaines sur Frigost dans la bourgade, à se trouver des vêtements chauds et à se renseigner sur les alentours et ce qu'ils pourraient y trouver. Et, très vite, ils furent convaincus que leurs recherches deviendraient intéressantes au-delà des champs de glace, et que l'essentiel des premiers trésors qu'ils trouveraient se situait près de l'épave du navire de Ben le Ripate. Ils s'équipèrent donc pour traverser Frigost jusqu'au berceau d'Alma, chassèrent quelques mansots pour se nourrir en chemin, et arrivèrent bientôt à destination. Mais ils se rendirent compte bien vite que les fantômes qui rôdaient dans les alentours n'avaient rien d'amical, et qu'ils ne pourraient pas traverser ces landes désolées si facilement. Ils le comprirent d'autant plus vite que la première escouade de ces monstres décharnés qu'ils croisèrent les poursuivirent longuement. Et, lorsqu'Yriane et son frère parvinrent à se cacher dans une grotte, leurs poursuivants décidèrent de camper devant l'entrée du berceau d'Alma, leur interdisant toute retraite.

Plusieurs jours durant, ils restèrent terrés dans leur caverne, mangeant et buvant leurs provisions, attendant que les fantômes se lassent.
Mais ils ne se lassèrent pas. Et les ressources vinrent à manquer.

Au bout de deux semaines, affamés et épuisés, ils tentèrent finalement une sortie, pour trouver de quoi se nourrir. Mais en dehors de quelques racines, l'environnement hostile n'offrait rien à se mettre sous la dent. Alors, ils se décidèrent à forcer le barrage des monstres.

Chacun enfilant son masque du pleutre, ils se faufilèrent parmi les rochers, chacun d'un côté des fantômes, sans faire de bruit, ombres parmi les ombres. S'entourant des plus grandes précautions, ils avancèrent lentement sur le chemin qui les mènerait vers les champs de glace, vers leur liberté.
Le coeur d'Yriane battait à se rompre. Tout avait été si simple auparavant... Jamais elle n'avait réellement été en danger au cours de ses pérégrinations, jamais elle n'avait eu à se battre ou à craindre pour sa vie... Et jamais elle n'avait encore utilisé son masque du pleutre et ses immenses pouvoirs autrement que pour parader. Elle ne savait pas qu'elle aurait peur à ce point. Elle ne savait pas qu'elle maîtriserait sa progression avec peine, ses jambes en coton décidant par elles-mêmes qu'ils serait plus sûr de tomber à genoux, maintenant, et d'arrêter d'avancer. Elle ne savait pas qu'elle n'aurait pas dû regarder en bas, au moment de passer au niveau du groupe des fantômes...

Ses pas traînants et malhabiles la firent trébucher sur une pierre, qui roula depuis le haut de sa cachette pour envoyer une pluie de petits gravillons sur les monstres. Ils levèrent la tête, la devinèrent dans l'obscurité, se ruèrent sur elle et la frappèrent brutalement, lui arrachant du visage le masque qu'elle portait.

Un harpirate l'embrocha de sa lance, un fancrôme lui lacéra le visage d'un coup d'ancre, et lui cisailla l'épaule de sa pince, une vigie pirate lui fractura le bras gauche d'un coup de boulet, et une pitraille qu'elle n'avait pas remarquée explosa près d'elle alors qu'elle tentait de se défendre, lui déchiquetant les jambes.

Sa dernière heure était venue. Ses trois masques pendaient lamentablement à son cou, elle ne parvenait pas même à en mettre un seul pour profiter de sa puissance. Elle n'avait jamais combattu, n'avait pas l'habitude de la violence...

Elle allait donc mourir, avec cette souffrance atroce qui infiltrait chaque parcelle de sa peau, sans pouvoir se défendre, se laissant transpercer sans réagir. Chaque coup lui faisait cracher un petit geyser de sang qui, dans son délire, lui semblait esthétique. Elle allait mourir, sans le moindre doute, et pour apaiser au moins un peu cette douleur lancinante, elle jeta un dernier regard à son frère, son ami, son confident, lui avec qui elle avait tant partagé, lui avec qui elle avait tant ri, tant appris... Elle voulait lui offrir son dernier sourire.

Mais en fait de sourire, un rictus horrifié se figea sur ses traits lorsqu'elle comprit ce qu'il était en train de faire. Elle voulait crier, sans pouvoir ouvrir la bouche : Qu'il la laisse ! Qu'il parte ! Qu'il sauve sa propre vie ! Mais il n'en était déjà plus question. Son frère avait placé le masque du psychopathe sur son visage, et arrivait en courant vers les tortionnaires d'Yriane. Il se débarrassa du fancrôme, celui qui s'acharnait le plus sur sa soeur, puis se rua sur le harpirate, attirant sur lui l'attention des autres monstres.

Allongée sur le sol, les yeux débordants de larmes, Yriane aurait voulu hurler, se jeter sur ses ennemis, aider son frère, mais ses muscles endoloris, ses os brisés, refusaient de lui obéir. Elle ne pouvait que regarder, repérant dans la mêlée les couleurs vives du masque et du sang de son frère.

Soudain, le bras de ce dernier surgit au travers des corps des fantômes. Il attrapa le masque du pleutre qui pendait au côté d'Yriane et le plaqua sur le visage de la jeune fille. Ses yeux enfiévrés se plongèrent dans les siens, et ce fut comme si tout son être avait été submergé par l'ordre qu'il lui donna de sa voix rieuse : « Fuis... »

Non, elle ne voulait pas. Même blessée, elle voulait rester là, mourir avec lui. Mais sa volonté avait été brisée en même temps que ses os, et elle sentit le pouvoir du masque du pleutre prendre le contrôle de son esprit. Contre son gré, elle se remit debout. Et tandis que son frère, couvert de sang, luttait pour venir à bout des monstres, elle se vit prendre la fuite, courir malgré ses blessures loin du berceau d'Alma. Elle reconnut bientôt les étendues glacées de la forêt des Pins perdus, et, ses muscles endoloris ne pouvant plus la soutenir, elle s'écroula dans la neige et s'évanouit.

Renaissance...

À son réveil, elle était allongée dans sa chambre, au domicile familial. On lui apprit qu'elle ne devait sa survie qu'à un bûcheron qui avait trébuché sur son corps inerte et l'avait ramenée à la bourgade de Frigost, où elle avait été soignée par le docteur Albert Paisse en personne. Puis elle avait été ramenée chez ses parents, où elle était restée plus de trois semaines dans le coma, veillée jour et nuit par sa mère et une armée d'Eniripsas qui l'avaient maintenue en vie. De son frère, pas de nouvelles. Honteuse de sa fuite forcée, Yriane se contenta de dire à sa famille qu'ils avaient été attaqués et qu'elle ne savait pas s'il avait survécu.
Ses blessures témoignaient de sa bonne foi, de ses souffrances, mais il lui semblait que tous les regards qui se posaient sur elle lui disaient « Nous savons. C'est de ta faute. »

Au bout de quelques semaines, elle put se relever. Elle découvrit alors avec horreur dans le miroir celle qu'elle était devenue. Les éclats de pitraille, retirés de ses jambes avec peine, avaient criblé sa chair de cicatrices en forme d'étoiles. Son bras cassé, resté immobile pendant si longtemps, semblait plus amaigri encore que le reste de son corps, devenu squelettique. La lance du harpirate lui avait laissé non loin du nombril une large fente qui peinait à se refermer. Ses seins amaigris, pourtant déjà petits, semblaient pendre incongrument sur son buste, comme s'ils avaient été ajoutés d'un autre corps sur le sien. Ses joues étaient creuses, ses yeux cernés, et son visage semblait toujours tuméfié.

Mais, surtout, la hache du Fancrôme lui avait laissé une longue cicatrice qui traversait tout son visage en diagonale, d'un bout à l'autre, rouge et boursouflée, mal refermée, hideuse du sommet droit de son crâne à la pointe gauche de son menton. Elle fut trop choquée pour émettre un son. Elle resta interdite, sa mère derrière elle se tordant les doigts, prête à la consoler, qui lui répétait en boucle des mots réconfortants appris par coeur, que, d'après les médecins, la plupart des cicatrices ne se verraient plus au bout de quelques années.

Yriane s'étudia quelques instants dans le miroir. Finalement, elle allait donc vivre, avec cette souffrance physique et morale de chaque instant. Il était étrange de savoir sa beauté cachée par les cicatrices, comme un nouveau masque sur sa peau. Mais cela lui convenait, en fin de compte. Ce qui la frappait, c'était combien son aspect extérieur reflétait désormais son chaos intérieur. Mais sa douleur sautait trop aux yeux pour être laissée ainsi à la vue de tous. Elle caressa les cicatrices de son visage, doucement, puis attrapa le premier masque Kanniboule qu'elle avait découvert du temps où elle arpentait Moon avec son frère adoré. Elle décida qu'il était toujours vivant, quelque part, et qu'il reviendrait lorsqu'elle serait guérie. En attendant, elle porterait ce masque pour cacher ses souffrances, et sa honte d'avoir fui, souvenir et repentir.

23 ans...

Elle partit dès que ses jambes purent la porter sans aide extérieure, quelques objets de valeur dans un sac, pour reprendre seule sa vie d'aventures.

Dans les mois qui suivirent, elle se fit tatouer des étoiles noires sur les jambes, là où elle avait reçu les éclats de pitraille, et s'entraina comme une forcenée pour remuscler son corps et devenir plus forte.

Quand elle fut satisfaite de ce qu'elle était redevenue, moins belle, sans doute, moins innocente, mais plus sage et plus forte, elle arpenta les places marchandes, lieux de ragots en tous genres, pour vendre les trésors qu'elle avait récoltés et tenter d'obtenir des informations sur de nouveaux lieux à explorer, et, peut-être, sur son frère disparu.

Et c'est au cours de l'une de ces journées de marché où elle vendait de petits bijoux qu'elle fit la connaissance des Chevaliers de Mystra.

_________________
Ne pas déposer les armes,
Ne pas déposer le masque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yriane Jaya fait tomber le Masque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's Have Some Fun [feat Domenico]
» Vampire la Mascarade (Une nouvelle qui fait tomber par terre)
» [Bionicle] Le masque de Gavla ou Jaller sur un Decepticon
» Aux armes ! La Horde doit tomber.
» Lever le masque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Le Bosquet De Saoriandra-
Sauter vers: