AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [JEU] Dies Ira - Premier Chapître

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: [JEU] Dies Ira - Premier Chapître   Lun 6 Oct - 22:19

« Pour la plupart des gens l’aube se levant chaque jour sur les terres d’Amakna est un phénomène naturel, ou, pour certains plus croyants ou plus crédules, la volonté des douze de voir un nouveau jour se lever sur les terres de Raval. D’autres, au contraire, ne voient pas dans le lever du soleil un signe de renouveau. Chaque lever de l’astre solaire est considéré comme le décompte du lent sablier qui nous rapproche de la fin de notre existence, un compte à rebours funeste que chaque jour nouveau vient égrener lentement mais surement. Qu’est ce que la vie finalement sinon une longue fuite, éperdue et vaine, devant la mort et sa faux impitoyable ? Seuls les douze sont parvenus, par des moyens connus d’eux seuls, à briser l’aliénation les reliant à ce destin qui nous attend tous. Pourtant… il est des Amaknéens prêts à refuser l’inévitable fin, prêts à refuser cette fatalité. Certains d’entre eux se sont lancés à la recherche des dofus, les puissants artefacts issus des dragons élémentaux, espérant vainement que le pouvoir qui s’en dégagera parviendra à repousser au loin l’ombre de la faucheuse. Pauvres fous attirés par la puissance, incapables de se rendre compte que la vérité est ailleurs, cachée au sein de… »


- Au sein de ? Au sein de quoi ?!

Belomen secouait un parchemin poussiéreux, fixant avec impatience son vis-à-vis, un ecaflip à la fourrure sombre et au regard de braise. Ce dernier eut un petit rire ironique et haussa les épaules.

- Qu’est ce que tu veux que j’en sache… Je n’ai pas écrit ce torchon que je sache… ce genre d’écrits stupides serait plutôt ton style.

L’ecaflip à la fourrure blanche retroussa la lèvre, révélant un croc tandis que ses poils se hérissaient sous le coup de la colère.

- Pardon ?!

Comme à chaque fois le moindre sujet, le moindre point, devenait un sujet de désaccord profond entre Belomen et son pendant Below. Les deux ecaflips, aussi semblables que le jour et la nuit, et qui s’évitaient comme la peste, se retrouvaient là dans une même aventure. Obligés de lier leurs deux destins dans une quête un peu plus difficile que prévu. Leurs deux destins ? Pas vraiment…

- Ah non ! Vous n’allez pas recommencer !

Une tornade à la chevelure ocre s’interposa entre les deux félins, opposant à chacun une main pour faire taire d’éventuels arguments.

- Si vous recommencez à vous tapez dessus à coups de bluff et autres topkaj je vous cloue tous les deux aux murs fissa et je vous immobilise pour la journée histoire de calmer vos ardeurs masculines !

Se disant, elle aussi atteinte par le stress ambiant – et il y avait de quoi – la jeune crâette fouilla dans sa poche pour plonger ses doigts fins dans des graines de pavot fraichement récupérées. Le contact de ces dernières la rassura aussitôt et elle reprit la parole.

- Sinon vous vous débrouillez sans moi les garçons, j’ai déjà assez donné dans cette histoire sans queue ni tête.

Et elle jeta un regard sur un bandage ornant son bras droit avec une petite grimace pleine d’amertume.

- J’ai une ai… un bras déjà bien abimé. Je ne veux pas revenir dans une boîte.

Un court silence suivi son intervention. Belomen reprit la parole, ignorant au passage le sourire sardonique de Below.

- Tu as raison Ode… pleinement raison même… Où sommes-nous exactement maintenant ?

Avec une moue désolée l’archère secoua vainement une carte.

- Le plan s’arrêtait il y a déjà deux cents mètres… je suis désolée Belo.

- … en clair on est paumés.

C’était de nouveau l’ecaflip noir, ignoré une fois de plus dans sa plaisante remarque par ses compagnons. Pourtant, malgré le manque de tact de sa prise de position, il avait parfaitement résumé la situation, plutôt mauvaise à dire vrai, dans laquelle se trouvait le trio. Belomen toussa, recrachant au passage un peu de la poussière, pesante, omniprésente, qui infestait les lieux.

- Ne traînons pas… Je les sens proches de nous…

Les trois compagnons d’infortune jetèrent de concert un regard chargé d’appréhension vers les ténèbres derrière eux. Sous la maigre lueur de leur torche, flamme vacillante dans l’obscurité apportant aux aventuriers perdus un maigre réconfort, les piliers immenses s’élevant vers un plafond inconnu semblaient prendre tour à tour vie, statues de pierre animées par les ombres. Comme un écho aux craintes du groupe des cliquettements se firent entendre, semblant venir de chaque coin de l’immense salle où ils se trouvaient. Belomen jeta un regard entendu à Ode qui décocha une flèche enflammée au hasard à travers l’immensité de la pièce. L’éclat éphémère du trait enflammé révéla bien plus que des ombres. Below eut un rictus.

- Je les avais oublié ceux là… je suis d’accord avec le blafard… on avance. Et fissa.

Et la course reprit, violente, forcée, entrecoupée de quelques topkajs et de quelques flèches enflammées pour faire reculer, même une seconde, les ombres derrière eux. Le souffle court les trois Mystras parvinrent enfin jusqu’à une arche de pierres blanches. Pendant que Below s’excitait avec ses flammes, Belomen et Ode-Hurlevent s’approchèrent des inscriptions gravées sur la roche. Les cartes enflammées de l’ecaflip noir venant parfois offrir aux deux aventuriers un peu de la lumière nécessaire à leur examen.

- Belo… Ce sont les mêmes inscriptions que tout à l’heure non…

Ode jeta un regard perplexe à son compagnon, légèrement inquiète. Belomen restait quand à lui pensif, les traits tirés, les dents serrés. Il lui semblait, à lui aussi, qu’ils avaient déjà vu ses inscriptions plus tôt. Avaient-ils tourné en rond ? Etaient-ils perdus ?

- Je…

- Attends !

La crâette avait poussé un cri aux accents joyeux, chose pour le moins étrange en de pareilles circonstances. Elle ferma les yeux, laissant ses sens prendre le dessus sur ses perceptions visuelles tronquées.

- … Du vent… Du vent !

Elle sauta sur place en tapant dans ses mains.

- Allez les deux vieux ! On se bouge ! Je sens la sortie par là ! Le vent court dans mes cheveux !

Et elle franchit en courant l’arche avec un rire sonore. Belomen resta un instant interdit, puis, avec un soupir résigné, fit un geste de la main vers Below resté plus loin.

- Bouge-toi… La folle est déjà de l’autre côté…

Cette fois, essoufflé par ses efforts, l’ecaflip noir ne prit pas le temps de lancer une remarque assassine. Cette fois ils n’étaient plus seulement proche d’eux… ils étaient sur eux… à quelques mètres seulement. D’un mouvement synchrone les deux ecaflips franchirent à leurs tours la porte de pierre, laissant un instant leurs opposants derrière eux. Un vent frais, véritable brise d’air pur vivifiante, vint leur caresser le visage. Ode était non loin d’eux, quelques dizaines de mètres plus avant, l’air radieux et, derrière elle, une immense étendue d’eau sous marine. Une véritable mer intérieure rendue luminescente par la présence en tous points de roches inconnues reflétant la lumière et offrant à l’ondée un éventail chatoyant de couleurs vives et changeantes. Une vision enchanteresse, irréelle, qui éclipsa un instant la réalité. Belomen reprit le premier conscience des choses et se retourna, prêt au combat, le poil hérissé dans ce vent marin.

- Calme-toi… Ils ne sont plus là…


Dernière édition par Belomen le Lun 6 Oct - 22:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: [JEU] Dies Ira - Premier Chapître   Lun 6 Oct - 22:19

Et en effet, alors que trônait derrière l’arche qu’ils avaient traversée, passage vers les ténèbres dont ils provenaient tous, aucun bruit de lutte ou d’arrivée des créatures de l’ombre, rien. Comme si la porte, par une étrangeté inconnue, les avait projeté en une dimension, en un temps… en un endroit peut-être seulement, où ces créatures ne pouvaient mettre pieds, voir n’existaient pas. Les combats avaient été éreintants, épuisants d’intensité et de longueur, et la fuite qu’ils avaient tous les trois dû réaliser pour échapper aux créatures les avaient laissés sur les rotules. Belomen se laissa choir au sol tandis que Below reposait son dos contre un pilier proche, seule Ode, apparemment revigorée par cette découverte et par le calme obtenu, courait le long de la berge en riant, heureuse de ce répit arraché de longue lutte. L’archère avait beaucoup souffert de cette aventure, peu habituée à risquer ainsi sa vie… aussi ses compagnons la laissèrent exprimer ainsi son soulagement sans mot dire, envieux quelque part de ce bonheur même fugace.

- Ils demeurent que je n’ai aucune idée de l’endroit où nous sommes…

- … moi non plus…

Les deux ecaflips se jetèrent un regard en silence. A vrai dire aucun d’entre eux n’aurait pu, véritablement, expliquer le pourquoi du comment de cette aventure ou plutôt mésaventure. Tout avait commencé plusieurs semaines avant ces événements, avec la publication par l’intendant de Bonta des recherches menées en l’île Minotoror par les alchimistes d’Amakna sous la férule d’Allister lui-même. La possibilité seule des mystères et potentiels trésors à découvrir sous l’île avait excité la convoitise de bien des aventuriers qui s’étaient rués à l’assaut du mausolée et du labyrinthe. Partie apparente d’un mystère bien plus entier et aux implications quasi divines, nul n’avait cherché à relier entre eux les mystères du monde des douze, personne n’avait tenté, contre le courant de pensée collectif, de comprendre véritablement le sens de ces découvertes. L’appât du gain, fléau de l’intelligence et de la droiture, avait corrompu les âmes et voilé la vérité aux yeux de tous.

Pourtant… ces découvertes faisaient échos à d’autres, plus anciennes de quelques années, réalisées par une guilde aujourd’hui disparue et aux membres éparpillées dans divers fratries. Une guilde de voyageurs, sans cesse en mouvement, qui avait durant des mois, des années, exploré chaque recoin du monde connu des douze, assemblant lentement les pièces d’un puzzle dont ils ne saisissaient pas, pas encore, la véritable teneur. Mais qu’un ordre disparaisse importe peu… tant que survivent certains de ses membres sa mémoire ne meurt pas, ne disparaît pas… et c’est en cette mémoire que les découvertes des alchimistes trouvèrent quelques échos. Loin de l’île du Minotoror, en une ville désertée par la vie et laissée aux seuls eaux et à ses rares habitants, en la cité mythique et mystérieuse de Sufokia, là où des mois durant les caravaniers du silence avaient posé leurs bagages, loin où, explorateurs inconscients et juvéniles, Coko et Belomen avaient réuni à eux seuls une somme d’informations incomparables sur les colosses de pierre et les étranges constructions immergées… autant dire que conjuguées à celles des autres caravaniers l’on obtenait un dossier pour le moins complet.

Mais les choses avaient changé, comme nous l’avons déjà dit, Coko avait disparu dans la nature… et Belomen n’avait plus rien d’un caravanier du moins pas en apparence. Vodkazawa avait rejoints les MAD, Khaalya les Moyocoya, Odhana-luv les Flibustiers de Madrestam et pour le reste… et bien les douze seuls savent où ils ont bien pu mettre les pieds et le reste. Et qu’ils y restent, non mais, faudrait parfois penser à donner des nouvelles ! Mais je m’égare… Je disais donc que les choses avaient depuis bien changé. Les données recueillies lors de ces années d’exploration avaient en partie disparu, emportées par Vodkazawa dans ses pérégrinations désormais passées et sans doute futures… et… le reste… Toute cette partie concernant Sufokia… Par Belomen lui-même. En souvenir des bons moments passés avec Coko. Ce n’était rien de plus que quelques feuillets épars, rendus presque illisibles par les outrages du temps et des aventures passées, mais l’Ecaflip y accordait une réelle importance, sentimentale bien entendu, du moins dans un premier temps. Car cet attachement prit une seconde jeunesse à la publication des découvertes des savants. Cela plongea aussitôt Belomen dans une excitation incontrôlable et, mettant dans le grenier des Mystras un chaos indescriptible, il se lança à la recherche des précieux feuillets.

Deux journées lui furent nécessaires… mais il les trouva enfin et les relia entre elle en un petit carnet de cuir noir. Véritable éclat au milieu de sa fourrure recouverte de poussière son sourire fut le plus éloquent des discours, et cela n’échappa pas à deux personnes en présence. Ode-Hurlevent, intriguée par tout ce remue-ménage et Below qui traînait dans le coin, attiré par la présence de son double assistèrent à la découverte. Belomen claqua le carnet reconstitué sur sa cuisse.


- J’en étais sûr ! On avait raison !

Il commença à tourner en rond dans le grenier devant le regard étonné d’Ode. Below eut un rictus.

- T’en fais pas ma vieille, il débloque juste…

C’est en un effet un regard complètement exalté que leur lança Belomen en se retournant vers eux.

- Ces crétins ne savent pas sur quoi ils ont débouché à force de creuser des trous partout !

Petit rire ironique de Below, regard ahuri d’Ode qui s’était depuis assise.

- Hein ?

Mais l’ecaflip à la fourrure blanche, un peu souillée il est vrai pour l’occasion, avait repris sa marche en rond.

- Tout commence au colosse des constructions, au centre du visage… cela nous avait étonnés à l’époque… Cette apparence étrange… Je comprends tellement mieux maintenant…

Il partit d’un grand éclat de rire, Below quitta la salle non sans lâcher une toute dernière remarque.

- Ode… préviens-moi quand il aura fini de s’exciter… J’ai bien envie de voir où sa folie va bien pouvoir nous mener cette fois…

La crâette hocha la tête et, penchant la tête de côté.


- Bon le chat… tu m’expliques ?

Comme subitement réveillé, d’une semi conscience où le rêve prédomine encore, Belomen tomba à genoux devant Ode-Hurlevent, plongeant son regard enfiévré dans le sien.

- Nous sommes à l’aube d’une formidable aventure… ou plutôt d’une aventure formidable ![/color]

- Gné ? Ce n’est pas exactement la même chose ?

Mais l’Ecaflip ignora cette dernière remarque et, d’un bond – du félin qui sait ? – il décrocha une vieille sacoche pendant à une poutre et qu’il avait abandonnée là comme un vestige perdu de l’époque de la Caravane Du Silence. Il hésita un instant à prendre aussi un vieux fouet traînant à terre et qui prenait la poussière, prit d’une inspiration subite.

- Below a raison… Tu commences à débloquer toi…

Mais il avait dit ça d’un sourire éloquent. Il est parfois inutile de se dresser contre l’aventure lorsque le vent vous y mène. Et, quittant la petite maison de Madrestam, Ode et Below sur ses talons, il s’engagea dans l’aventure… sans se rendre compte que dans la précipitation un feuillet mal fixé s’était détaché du carnet, tombant sur le sol devant la bicoque. Chaque aventure a un commencement… celle-ci débute ici. A vous de la suivre… ou non.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
 
[JEU] Dies Ira - Premier Chapître
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Neutre] Le Premier Cercle
» vos premier jeux : PS2, XBOX , GC
» Finir le premier niveau en une vie
» Un jeu sur le premier empire pour rassembler la communauté..
» MTGO Sealed Premier event.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: La Taverne De Madrestam-
Sauter vers: