AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charte : Des Fondements d’une Guilde… et des Règles qui la Régissent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Charte : Des Fondements d’une Guilde… et des Règles qui la Régissent.   Sam 8 Nov - 15:17

De la Postulation

En un monde en crise et incertain où la mainmise des deux cités écrase Raval sous une chape de plomb, la méfiance est, hélas, de mise. Pourtant l’Ordre, plus que jamais, doit voir ses rangs s’accroître pour faire entendre sa voix. Aussi, s’il se présente, seul, aux portes de l’Ordre il est fort probable qu'elles restent désespérément closes.

Pour qui souhaite ardemment les voir s'ouvrir deux solutions s'offrent à ses attentions :

La première, peut-être la plus simple, est de se rendre au Bosquet de Saoriandra, en notre bibliothèque recouverte de verdures, est de faire connaissance avec la bibliothécaire. Si vous parvenez à la convaincre d'incorporer aux récits conservés par l'Ordre votre propre histoire... alors vous ne serez plus vraiment un inconnu pour les Chevaliers !(HRP : Dépôt d'un Background de qualité, récit biographique, dans le Bosquet de Saoriandra )

La seconde consiste à écumer les terres des Treize divinités à la recherche des Chevaliers, partagez leurs aventures, apprenez à les connaître ! Et quand vous pensez qu'ils ont pour vous une estime réciproque... demandez leur l'aide que vous semblez mériter ! Rien de bien difficile rassurez vous, c'est juste un coup de main, une recommandation d'un Chevalier à son Ordre assurant que vous êtes un futur chevalier de qualité. Deux néanmoins vous seront nécessaires pour voir les portes s'ouvrir.

Avec sur lui les lettres de recommandation de deux chevaliers ou l'accord de la bibliothècaire, le postulant verra pour lui les portes s’ouvrir. Nanti de ses deux parrainages il pourra se présenter sans peur et se présenter de façon détaillée à ses futurs compagnons. (HRP : Présentation RP obligatoire, HRP facultative)

Si le moindre vote négatif peut être éliminatoire… cinq votes positifs suffisent pour accéder au statut d’apprenti chevalier. Avec les deux voix des parrains il apparaît donc que seules trois personnes supplémentaires ont normalement besoin d’être convaincues. Un effort certes… mais pas si conséquent il faut bien l’admettre. Méfiez vous cependant de l'indifférence des chevaliers, notre archiviste est une personne pénible et procédurière, elle considère que trois votes neutre valent un vote négatif !

Oh ! N’oubliez pas qu’une rencontre, organisée ou non, est parfois le meilleur moyen de faire naître des sourires et des appréciations positives à votre encontre. Ne soyez pas trop insistant mais faîtes preuve de combativité ! Parfois certains chevaliers seront un peu rudes, bourrus… imposez votre propre caractère ! Nul ne vous demande ici de changer ce que vous êtes.

Après cela, si votre verbe a été assez éloquent, les portes de l’Ordre s’ouvriront sans doute à vous.

De la Mise à l’Essai

Vous avez, presque, fait le plus dur… les portes de l’Ordre se sont ouvertes, faisant de vous un apprenti chevalier. Vous apprenez à côtoyer les autres Mystras, jour après jour, à les connaître un peu plus, qui sait ?, à vous forger de nouvelles amitiés. Cette période étrange dure, la plupart du temps, deux longues semaines. C’est le temps jugé nécessaire par les chevaliers pour juger dans les faits vos actes et votre comportement… et donc pour déterminer si, ou non, vous êtes digne de porter définitivement les couleurs et le blason de l’Ordre.

Une deuxième barrière qui en rebutera sans doute certains… mais, dans les faits, ne sommes nous alors pas nous aussi à l’essai ? Car rien ne vous empêche, vous, de jeter votre blason au sol si l’endroit ne convient pas à vos espérances… et sans que l’on ait à cela à redire. Un juste équilibrage donc que cette mise à l’essai réciproque.

Durant cette période certains droits vous serons attribués, utiliser et récolter les percepteurs de la guilde, gérer l’énergie que vous souhaitez consacrer à voir progresser l’Ordre des Chevaliers de Mystra, ainsi que la possibilité d’utiliser les enclos de l’Ordre.

Un endroit peut guider le postulant dans ses efforts, au cœur de la bibliothèque de l’Ordre se trouve un ouvrage peu connu encore « Le Destin des Postulants », les Chevaliers y inscriront les conseils, utiles ou non, pour faciliter votre intégration… ou les torts qu’ils pourraient avoir à vous reprocher durant cette période d’essai. C'est durant cette période de découverte mutuelle que, dans le souci de devenir un Chevalier à part entière, le nouveau venu se devra de réussir une épreuve toute particulière. Une aventure, un jeu, des festivités... à lui la décision ! Un événement de son choix où les autres Chevaliers seront conviés et durant lequel il pourra faire connaissance plus encore avec eux. A la suite charge à lui d'aller raconter cette journée mémorable dans le Destin des Postulants, que tous puissent avoir un aperçu des bons moments passés.

A noter, enfin, qu’en cas de souci, problème, longue absence, manquement grave aux règles de l’Ordre… le postulant pourra voir sa période d’essai rallongée indéfiniment … ou même être exclu de l’Ordre sans préavis par un des membres du conseil. Mais vous avez su rester digne et ces deux semaines se sont passées bien vite, les autres chevaliers sont ravis de votre présence et aucun n’a eu à redire de votre comportement. Cette situation est officialisée par les huit votes positifs nécessaires que vous avez recueilli à la suite de votre récit dans "Le Destin des Postulants". Le chef de l’Ordre (ou, en son absence, un des membres du conseil) va se charger de vous offrir définitivement un rang digne de vous dans l’Ordre.

Vous êtes désormais un Chevalier de Mystra. Félicitations.

Du Fonctionnement de la Guilde

Des Statuts dans la Guilde

Comme dans toute organisation il existe au sein de la guilde une hiérarchie réelle et complète. Les rangs ne permettent de la deviner qu’en partie.

En effet, lors de son intégration au sein de l’Ordre, le nouveau Chevalier, généralement appelé à servir comme « Elu » ou « Initié » pourra, sur sa demande, exercer une autre activité, plus spécifique et spécialisée. Tous les rangs lui sont ainsi ouverts en dehors de ceux de :

- Bras Droit : Il en existe deux dans la guilde possédant les mêmes pouvoirs que le chef de guilde. Ils sont chargés de le suppléer et d’assister son action. Ces deux personnes sont membres du conseil de l’Ordre.

- Trésorier : Une personne étrange, parfois peu présente, que l’imaginaire Mystra représente comme ayant les ongles longs et le nez crochu. Nul ne sait véritablement la vérité à son sujet… l’on sait juste qu’il sera toujours à même, si vous le croisez, de vous refiler quelques bons tuyaux sur les bonnes affaires ou sur l’état, pitoyable, des finances de l’Ordre. Membre du conseil lui aussi.

- Diplomate : Comme son nom l’indique le diplomate est chargé, en cas de conflit avec une autre guilde, de représenter la guilde et de régler, de son mieux, la question. Tenant de la confiance du chef de guilde il a un pouvoir non négligeable sur la politique, active, de la guilde. Il est évidemment, membre du conseil.

Du Conseil de l’Ordre

Il était sans doute temps d’y venir. Le conseil de l’Ordre réunit au sein d’une assemblée plusieurs membres de la guilde pour discuter des sujets, problèmes, ayant traits à la politique interne de l’Ordre. Il est constitué de 9 membres : le Chef de la Guilde, les Deux Bras Droits, Le Trésorier, Le Diplomate, ainsi que quatre Chevaliers fondant la base de l’Ordre. Les discussions tenues en son sein, sont, généralement, secrètes et ont pour but de régler certains cas conflictuels dans l’ombre sans provoquer une crise au grand jour.

De l’Utilisation des Percepteurs

Issus d’un temps révolu où les poneys étaient de terribles voleurs, les percepteurs de l’Ordre des Chevaliers de Mystra ont pour vocation première d’être de remarquables combattants. Aussi, lors de l’entraînement de ces poneys aux noms si remarquables, les Chevaliers leur ont appris à combattre leurs instincts primitifs de voleurs. Résistants, parfois utiles, chaque Chevalier et même chaque apprenti chevalier a le droit de les utiliser comme bon lui semble à condition de respecter certaines règles.

Deux raisons peuvent pousser un chevalier à utiliser un percepteur. La première, et la plus compréhensible, est de demander au poney un coup de main dans la récolte de ressources. La seconde, presque aussi compréhensible, est de vouloir en découdre avec des forces adverses, pour le plaisir de la joute et de la passe d’armes. Libre à lui d’investir ses kamas dans les deux cas.

Cependant…

Même s’ils ne sont pas des chevaliers à parts entières, les percepteurs portent fièrement le blason de notre Ordre. Ils sont donc, comme chacun des chevaliers, des représentants de l’Ordre. Il est donc nécessaire et impératif qu’ils soient défendus par leurs propriétaires. Dans cet optique, et afin d’assumer leurs actes, les Chevaliers devront défendre les percepteurs qu’ils auront eux même posé. Libre choix aux autres, selon les raisons motivant la pose de ce percepteur, d’accompagner la défense. De même, sitôt les activités terminées… le percepteur doit être retiré, lui évitant de fait une humiliante défaite nocturne. Aucun percepteur ne doit demeurer après le départ de son propriétaire.

Une personne qui enfreindrait ses règles à de multiples reprises se verrait retirer le droit d’usage des percepteurs.

De l’Utilisation des Enclos et des Maisons

Chaque membre de la guilde, s’il en fait l’achat, peut choisir de « prêter » une maison à la guilde si cette dernière en a la capacité. Rien ne l’y oblige. De même c’est au propriétaire, et uniquement à lui, de décider de quels droits il dote sa maison pour ses compagnons de guilde. Le seul blason peut ainsi être posé sur la porte… comme l’ensemble des droits et possibilités offertes à tous. Aucune critique ni plainte ne sera tolérée à cet égard, considérant que l’effort financier est là individuel.

De plus une maison de guilde aux droits complets sera ouverte à tous. (Actuellement en Madrestam) Libre à chacun d’utiliser le coffre de guilde, pour y poser des affaires… ou pour en prendre. Ne l’encombrez pas !
Pour les enclos, il sera considéré que les Chevaliers sont capables de s’entendre sur leurs utilisations et sur les places disponibles en personnes responsables. En cas de conflits, litiges… le chef de guilde tranchera l’affaire. De même il est le seul, avec les deux bras droits, à avoir la capacité de gérer les montures d’autrui. (Sauf autorisation Spéciale)

De l’Effort de Guilde

Les Chevaliers de Mystra sont libres, et c’est une tradition de l’Ordre, d’aider, ou non, au développement de la guilde via l’entraînement des percepteurs et du développement de la puissance immobilière de la Guilde. Selon le codex d’Amakna et des deux cités Bonta et Brakmar, seules puissances politiques réelles en Raval, une Guilde ne pourra partager qu’une maison et un enclos supplémentaires tous les dix cercles. Quelque part le confort et le prestige de la guilde sont donc fonction, aussi, de la générosité des Chevaliers.

Il est évident, dans cette optique, que ne seront pas tolérées les remarques et critiques sur les maisons et enclos de la part de personnes n’ayant en rien aidé au développement de la guilde. Un peu de bon sens suffit à comprendre pourquoi : l’on ne peut parler que de ce que l’on a aidé à construire.

Du Bannissement

Chaque membre du conseil possède en soit le pouvoir de bannir un membre. Cependant cette décision extrême doit être débattue au sein du conseil et doit recueillir au moins cinq voix, preuve d’un problème réel et donc reconnu par une majorité au sein du conseil. Il en va de même pour le chef de guilde qui doit, aussi, se référer au conseil en la matière. Cependant, et en des cas vraiment extrêmes (HRP : Vol de compte, Propos orduriers, insultes répétées, comportement déplorable IG) un membre du conseil pourra décider de la justesse de a décision et, dans le souci de pérennité de la guilde et de son image, d’exclure un membre. Il devra néanmoins en référer au conseil ensuite.

Du Recrutement

Chaque Chevalier a la capacité officielle d’inviter un nouveau membre dans la guilde. Cependant cela ne peut et ne doit se faire qu’après une postulation au sein des quartiers de l’Ordre et après au moins cinq votes positifs. Cependant, considérant qu’il est parfois difficile de croiser le chef de guilde ou les deux bras droits… le droit de recrutement a été élargi à l’ensemble de la Chevalerie de Mystra.


Dernière édition par Belomen le Mar 25 Mai - 19:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
Belomen
Matou Chanceux


Messages : 544
Date d'inscription : 06/06/2008
Age : 31
Localisation : Madrestam

Quelques informations...
Race: Ecaflip Aquatique
Guilde: Chevalier de Mystra
Cercle de Puissance:
180/200  (180/200)

MessageSujet: Re: Charte : Des Fondements d’une Guilde… et des Règles qui la Régissent.   Sam 8 Nov - 15:18

Du Comportement des Chevaliers de Mystra en Raval

De la Bworkitude (HRP : Comportement HRP)

Les Chevaliers de Mystra sont une guilde luttant activement contre l’épidémie, dramatique, de Bworkitude qui ravage les contrées amaknéennes et en tout particulier Astrub. Aussi, et même dans le souci de se faire comprendre des autres personnes en présence, un Chevalier de Mystra se devra de toujours conserver un langage correct et complet, faisant honneur à sa langue et à son blason. Des manquements graves et répétées à ce principe fondateur sont une raison majeure d’exclusion.

Cependant, comprenant qu’il faille, parfois, faire un effort d’adaptation pour se faire comprendre des malades de la Bworkitude chaque chevalier se devra de maîtriser la langue des signes afin de mieux se faire comprendre (HRP : Utilisation des parenthèses pour encadrer tous les propos HRP sur canal noir et canal de guilde… libre fonctionnement sur les canaux de groupe, mais toujours en français correct et construit). Cela reste et demeure un des piliers de la guilde, dîtes-vous, sans nul doute, que si cela vous pèse… c’est que vous n’êtes pas fait pour rester parmi nous et que la Bworkitude, déjà, a fait chez vous des ravages conséquents. Mystra puisse vous sauver… nous nous n’avons pas le temps pour ça.

De l’Attitude Générale

En plus d’être des bretteurs confirmés du verbe, les Chevaliers de Mystra sont des personnes agréables à fréquenter et qui doivent, dans cette optique, toujours rester courtois, même dans les affrontements les plus durs et les situations les plus pénibles. Un bwork insultant ne mérite guère plus que votre mépris : ignorez-le. Céder à la tentation et lui répondre n’équivaut qu’à tomber à son niveau. Pensez à votre blason, à la fierté qui doit être vôtre d’être supérieur à toutes ces personnes rustres et incultes, ayez un sourire, intérieur ou non, et passez votre chemin. Cela vaudra mieux. Un comportement digne d’un bwork est passible de sanctions, et, comme à l’habitude, d’exclusion de l’Ordre si le comportement se répète.

En guilde… il est évident que chacun a ses envies et plus ou moins de temps à consacrer aux besoins de chacun ou même aux activités de guilde. De ce fait il est tout aussi évident que le temps passé au sein de l’Ordre doit être et rester un plaisir pour chacun. Les problèmes vestimentaires, d’affrontements entre cités, ne sont en rien une priorité. Libre ensuite à chacun d’utiliser son temps à ses activités propres… ou à l’entraide. L’Ordre des Chevaliers de Mystra n’a nullement pour vocation de servir les intérêts individuels et reste une collectivité d’amis aux goûts et objectifs différents réunis sous l’étendard de la même déesse. Rien de plus. Un comportement jugé pénible, fait de demandes systématiques, d’exigences ou de jérémiades systématiques concernant la dernière tenue à la mode… sera bien vite sanctionné. Les rassemblements de la guilde n’ont jamais eu pour but d’être des défilés de mode, dîtes vous que les gens ont probablement autre chose à faire que de vous aider systématiquement et en tout...

Des Affrontements Entre Cités et Autres Agressions

De nombreux habitants de Raval ont décidé durant leurs aventures réciproques de rejoindre l’une des deux cités rivales, Brakmar ou Bonta. Il en est de même, évidemment, pour certains Chevaliers de Mystra, que ce soit dans un camp… ou dans l’autre. Cela tombe bien l’Ordre des Chevaliers de Mystra souhaite être totalement neutre dans l’affaire, libre à ses membres de servir sous tel ou tel drapeau. Participer à la guerre est un choix individuel qui n’engage en rien les autres membres de l’Ordre. Ainsi, sortir ses ailes peut amener un Chevalier à être confronté à une situation déséquilibrée où il affrontera bien plus fort que lui, ou même plusieurs adversaires de l’alignement adverse. Cela ne regarde encore une fois en rien la guilde. S’aligner c’est prendre part à une guerre… et la guerre n’est en rien un affrontement loyal.
Cependant, seule exception à la règle, la Guilde se chargera, de son mieux, de venger ses membres neutres victimes des exactions des membres de tel ou tel alignement. La neutralité de l’Ordre en est ainsi respectée ainsi que l’honneur du blason. Cette situation sera la même en cas d’agression provenant d’un clan des mercenaires, l’Ordre protège ses membres.

Il est évident que les agressions entre Chevaliers sont une aberration totale formellement proscrite, l'Ordre est une famille solidaire et non un groupe motivé par des intérêts individuels mesquins et mercantilistes. Un chevalier qui enfreindrait cette règle d'or se verrait exposer à de terribles sanctions.

Des Conflits Entre Guildes

Il arrive parfois, rarement, qu’un conflit entre deux personnes puisse dégénérer. Comme nous le disions plus haut l’Ordre protège ses membres, surtout si elle juge que le Chevalier est dans son droit. Il arrive en effet que soit jugé puérile ou fautif le comportement d’un de ses membres, auquel cas il sera incité à s’excuser platement. L’intelligence étant parfois aussi de reconnaître ses fautes. L’on évitera ainsi toutes les insultes et autres provocations inutiles (HRP : Surtout les insultes HRP… risque de bannissement pour un tel comportement) avant d’en référer à la guilde, au chef de Guilde en particulier ou à un des deux bras droits en désespoir de cause.

Si, alors, la situation est jugée problématique et que la guilde reconnaît le bon droit de son membre, il sera fait bloc derrière le membre concerné. L’Ordre des Chevaliers de Mystra est une communauté solidaire quand la situation le demande. Et ce même si cela doit faire naître une crise entre elle et une autre communauté. Le conflit entre guildes est ainsi une possibilité bien que non souhaitable. Dans ce cas précis, et seulement ce cas, l’agression systématique des membres des guildes adverses est autorisée, tout comme l’acharnement sur les membres ennemis. Il faudra cependant s’attendre, malheureusement, à des répercussions équivalentes sur nos propres membres… ainsi que sur nos Chevaliers ayant choisi la neutralité et qui se retrouvent ainsi en danger sans pouvoir riposter.

C’est pourquoi, je le répète, la voix de la diplomatie – la guilde possède un diplomate – est parfois, souvent, la plus souhaitable et la meilleure. Ne laissez pas vos rancœurs et la colère dicter votre comportement… et pensez aux autres Chevaliers et aux répercussions de vos actes sur leurs quotidiens et sur leur plaisir de vivre en ces terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oc-mystra.jdrforum.com
 
Charte : Des Fondements d’une Guilde… et des Règles qui la Régissent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charte de l'Ordre du Mérite
» La Charte de Guilde .
» charte d'honneur pour dinocard
» Non respect de la charte.
» Charte de Création de la CANF - 15 Décembre 1457

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre des Chevaliers de Mystra :: Qui Sommes Nous ?-
Sauter vers: